CARTO-UKRAINE. Quelques (cyber)considérations.

Cliquez pour agrandir

Cliquez pour agrandir

Depuis le début de la crise, l’Ukraine occupe une situation délicate pour ce qui est de ses réseaux informatiques physiques. La carte ci-dessus montre que, malgré sa densité et sa bonne connexion au monde extérieur, le réseau comporte une faiblesse de taille : ses IXP (Internet Exchange Point), c’est-à-dire des installations physiques permettant aux fournisseurs d’accès d’échanger du trafic en optimisant la bande passante. Ceux-ci agissent comme des tremplins qui relaient le signal, permettant de réduire considérablement la latence et les coûts de connexion. Or, les IXP ukrainiens sont tous situés dans les zones dites « russophones » d’Ukraine, traditionnellement attachées à une ligne politique complaisante à l’égard de Moscou. J’ai ici pris les résultats des élections de 2010 pour rendre visible la division est-ouest, en gardant cependant à l’esprit qu’il s’agit d’une extrême simplification de la réalité … Mais c’est un test. Compte tenu de la tension politique qui règne dans le pays entre l’est et l’ouest (la Rada vient de voter la création d’une garde nationale, qui aura pour but de garantir l’intégrité territoriale du pays, notamment à l’est où des incursions russes sont redoutées) la localisation des IXP pourrait s’avérer pour la Russie un atout stratégique en vue de nuire aux intérêts du nouveau gouvernement ukrainiens dans le cyberespace. En effet, plusieurs cyberattaques ont déjà eu lieu depuis le début du mois de mars. Si les premières furent vraisemblablement d’origine russes, les plus récentes semblent s’être largement appuyées sur les infrastructures situées en Crimée, une zone aujourd’hui sous contrôle de l’armée russe. Par ailleurs, les forces présentes aux deux points d’accès terrestres de la presqu’île (isthme de Perekop et Flèche Tatare) auraient volontairement endommagé les infrastructures reliant la Crimée au reste de l’Ukraine. Ces même forces auraient pris le contrôle de l’IXP situé dans le centre-ville de Simferopol.

NOTA : Merci à Yannick Harrel qui, par un billet posté sur son site, m’a donné l’idée de croiser les IXP avec des données politiques.

Posted in Actualités / News | Tagged , , | Leave a comment

La flotte russe de mer Noire à Sébastopol : une « forteresse impériale » au sud ?

Vue l’actualité de ces derniers jours concernant la Crimée et Sébastopol, je me permets de reposter ici un article que j’avais rédigé en 2010 pour la revue Hérodote sur la question.

Cliquez ici pour accéder à l’article (format pdf)

 

 

Posted in Sébastopol | Leave a comment

La puissance technologique de la Russie dans l’imaginaire collectif. Le « fantasme » d’UVB76, entre théorie du complot et culte du mystère.

Connaissez-vous UVB76, cette mystérieuse fréquence militaire russe qui émet depuis les années 1970 sans que l’on sache pourquoi ? Dans le cadre de mes travaux consacrés aux représentations de la puissance technologique de la Russie, voici un petit texte sans prétention aucune à ce sujet. Il revient sur cette anecdote aussi amusante qu’évocatrice de l’image particulière dont la Russie et son complexe technologique continuent de bénéficier 20 ans après la fin de la guerre froide – entre fascination et culte du mystère.

UVB-76

Une nuit de janvier 1983, Ary Boender, banquier à Rotterdam et opérateur radio amateur, était assis comme souvent devant le poste à ondes courtes qu’il avait installé dans son garage. Là, dans la pénombre, il écoutait le bruit du monde. Les ondes courtes, en se réfléchissant sur la ionosphère, permettent de propager très loin les signaux radios. A cette époque où Internet n’existait pas, ils étaient nombreux à bricoler leur poste pour surfer d’une fréquence à l’autre : un bulletin marine provenant du Pacifique sud, un signal en morse émis depuis le Sahara à l’aide d’un générateur diesel, une conversations de pilotes d’hélicoptères sur la côte ouest des Etats-Unis … Un véritable foutoir de voix, de musiques et de signaux provenant des quarte coins du monde, émis dans des environnements extrêmement divers. Rien de mieux pour stimuler l’imagination, surtout lorsque vous êtes assis dans votre garage, vers trois heures du matin, et que vous venez de terminer la dernière cigarette de votre paquet.
Alors lorsque soudain vous tombez, comme Ary Boender, sur une fréquence qui diffuse en continue des bips énigmatiques à raison de 25 par minutes, vous voulez au moins savoir qui diffuse cela, depuis où, et surtout dans quel but. Pendant une quinzaine d’années, un petit groupe d’opérateurs radios amateur qui avait remarqué l’étrange « buzz » sur la fréquence 4625khz a tenté de répondre à ces trois questions, en vain. Tout ce que l’on savait, grâce à la triangulation du signal, c’est que cela provenait de quelque part en Union Soviétique, et que le son était inhabituel. L’utilité du signal demeurait quant à elle un mystère. Il n’en fallut pas plus pour exciter les imaginations. Certains avancèrent que le « bip » était un code, destiné soit au réseau diplomatique soviétique, soit à des agents en couverture à l’étranger. Mais d’autres leur rétorquèrent que cela ne pouvait pas être un code, en raison de l’absence de variation des intervales entre les bips. Alors d’autres encore supposèrent que cette fréquence énigmatique faisait partie du système Dead Hand, un protocole dont l’existence n’a jamais été véritablement prouvée, et qui serait programmé pour que l’arsenal nucléaire de l’URSS puisse riposter automatiquement à toute frappe atomique sur son territoire, même si les centres de commandements avaient été détruits (Il est à l’honneur, notamment dans Docteur Folamour de Kubrick). Le « buzz » de la fréquence 4625khz serait alors une sorte de système d’alarme, le pendule de l’apocalypse nucléaire. Enfin, quelques personnes à l’imagination fertile supposèrent que le fréquence permettait de dialoguer avec des races extraterrestres …

Cliquez ICI pour écouter le signal

Et puis virent la Perestroïka, la glasnost’, la chute de l’URSS … La mystérieuse fréquence 4625khz continuait d’émettre son « bip », imperturbable aux bouleversements géopolitiques. Bien sur, on l’écoutait moins : l’ennemi était vaincu, et le petit frisson que ressentaient de nombreux radios amateurs en « switchant » sur le « buzz » avait disparu en même temps que les derniers fantasmes sur la puissance militaire de l’URSS s’étaient envolés.

uvb76-2

Mais en 1997, quelque chose se produisisit. Le buzz régulier avait cessé. Il fut brusquement remplacé par une série de de sons sans aucun rapport apparent entre eux : un morceau du Lac des Cygnes passait en boucle, avant qu’une voix féminine, lointaine et cachée sous une bonne dose de « friture » (c’est à dire le parasitage d’un signal en raison des perturbations atmosphériques), ne se mette à réciter des comptes à rebours et que des points d’interrogation ne soient transmis en morse. La fréquence rentrait en action, sans aucune raison ni logique apparente, avant de sombrer à nouveau dans la léthargie de son « buzz » régulier. A partir de d’octobre 2010, il semblerait que la source d’émission se soit déplacée. Depuis lors, le signal des émissions a lui aussi évolué. Exit le Lac des Cygnes. La mystérieuse voix féminine récitait désormais – de plus en plus régulièrement – des séries de prénoms russes et de chiffres, sur ce modèle :

“Ya UVB-76, Ya UVB-76. 180 08 BROMAL 74 27 99 14. Boris, Roman, Olga, Mikhail, Anna, Larisa. 7 4 2 7 9 9 1 4”.

En parallèle de ces changements, le développement de l’Internet et la retransmission du signal en ligne par un ingénieur estonien passionné par le mystère de cette fréquence désormais nommée UVB76, contribua à un fort regain d’intérêt pour celle-ci. Des forums lui furent dédiés, les théories les plus farfelues fleurirent à nouveau, cette fois-ci dans les recoins du Web. Le soir du 20 décembre 2012, pour la première fois depuis que le signal a été découvert, UVB76 cessa d’émettre complètement pendant quelques heures. Les forums s’affolèrent. Certains avancèrent qu’UVB était bien le minuteur du système Dead Hand : le lendemain devait être la soi-disant fin du monde selon le calendrier Maya. Le lendemain, la fréquence reprit comme si de rien n’était. Je ne peux m’empêcher de penser que l’opérateur en charge, quel que soit le but de sa fréquence, ait eu vent de sa notoriété en ligne et décider de faire une petite surprise à ses fans.
Nous savons aujourd’hui encore peu de choses sur le signal. Si ce n’est qu’n 2010, la localisation de celui-ci a changé, et qu’une équipe de fans a pu pénétrer dans une petite caserne de Povarovo, une voenny gorodok (village militaire fermé) dans la région de Moscou, d’où il était anciennement émis. Outre un passionnant reportage photo, les « fans » ont découvert sur place un bunker abandonné, ainsi qu’un certain nombre de documents militaires malheureusement muets sur les buts de la fréquence. Selon les habitants du petit bourg, les soldats seraient partis précipitamment après un orage, ils auraient évacué les lieux en à peine 90 minutes. Désormais, le signal émet depuis l’oblast’ de Pskov, et certains avancent que la fréquence sert en réalité à mesurer les évolutions de la ionosphère.

Le village de Kirsino, dans l’oblast’ de Pskov, est la nouvelle source du signal depuis 2010.

Alors, horloge de l’apocalypse, fréquence pour les agents « en couverture », ou simple instrument scientifique ? Quel que soit son but, UVB est un exemple qui a l’avantage de lier l’utile à l’agréable pour évoquer le « fantasme » qu’éveille aujourd’hui encore dans la culture populaire les sciences et techniques russes. Marquées dès Staline par la démesure et une volonté démiurgique de transformation de la nature, la technique soviétique a vite suscité à l’Ouest des représentations qu’alimentaient aussi bien la peur de l’ennemi que son caractère mystérieux et lointain. Véritable source d’inspiration pour de nombreuses œuvres de la « mass culture » des années 1950-1990, la puissance technologique de l’URSS continue d’irradier sur celle d’une Russie qui entend en préserver et valoriser les héritages matériels. UVB76 est un point parfaitement anecdotique dans tout cela, une brève de comptoir que l’on évoque entre deux verres avant de l’oublier aussitôt. Mais une chose est sûre : si UVB76 avait été une fréquence des forces armées du Luxembourg, il y a fort à parier qu’elle n’eut jamais suscité le même engouement passionné …

0_89e3a_b81542a2_L

 

PS : si vous avez du temps à revendre, vous pouvez vous aussi surveiller la fréquence en temps réel en l’écoutant ici.

Posted in Non classé | 2 Comments

“E-diaspora” russophone sur Twitter. Exemple d’utilisation du corwdsourcing en géopolitique

201312_twitter_geonomastics_rus_vlarge

Voici une cartographie originale qui référence les tweets envoyés en langue russe. Bien que l’on puisse reprocher à la cartographie d’être uniquement quantitative, elle ouvre de prometteuses perspectives pour d’ultérieures analyses qualitatives. La répartition des tweets en langue russe pourrait en effet servir à une cartographie de ce qui est communément appelé le Runet, c’est à dire le “cyberespace” russophone. Mais le Runet est aussi bien plus que cela : pour certains, c’est carrément un espace virtuel dans lequel se répercuteraient les discours et représentations inhérentes à “l’étranger proche”, à savoir ces anciennes républiques soviétiques dont une partie de la population continue de partager un vivre ensemble, une communauté de destin et d’identité dont l’histoire et les valeurs se racontent en russe.

A cet égard, le crowdsourcing des tweets en langue russe pourrait fournir un outil quantitatif très pertinent pour évaluer la réalité d’une représentation géopolitique et territoriale projetée dans une dimension numérique dématérialisée.

Cliquez ici pour accéder à la carte interactive

Posted in Non classé | Leave a comment

Ethnicité & business en Russie : les chemins prometteurs de l’onomastique

Voici une étude préliminaire effectuée par l’atelier cartographique Atlasis et NameSorts sur la base d’un nouveau système de classement onomastique très prometteur. Voir ci-dessous une petite étude cartographique (en anglais) très originale qui permet de saisir toutes les potentialités de la méthode :

There has been a lot of confusion last week, in the aftermath of the identification of two suspect terrorists in Boston : Dzhokhar and Tamerlan Tsarnaev. Twitter mistaked Czech Republic for Chechnya and Czech Ambassador Petr Gandalovic had to issue an official statement. A twitter user from Bulgaria complained that in the US suddenly “anyone with a last name ending on -EV or OV is a supposed Chechen“. Sarah Kendzior’s article The wrong kind of Caucasian made a parallel with the case of Leon Czolgosz, a 28-year-old American named assassinated US President William McKinley in 1901.

Chechnya is a subject of the Russian Federation, but Chechen names are recognisable from ethnic Russian names. The onomastics of the Russian Federation are complex due to the large number of ethnic groups, the population transfers during Soviet times, the rural exodus and various other factors. The following flowchart shows our analysis of a few name classes, to illustrate the complexity (click to enlarge) :

FLOWCHART

About the author

Atlasys is a cartography workshop specialized in geopolitical analysis

About the contributors

RUSSOSCOPIE™ is the distributor of INTEGRUM, a leading professional database covering Russian media, companies, and decision makers.

NAMSOR™ is a provider of applied onomastics, sociolinguistics and name recognition software.

 

Posted in Non classé | Leave a comment

Humour et défiance sur le Web russe. Le cas de Skolkovo.

Dans un article paru récemment dans la revue Hérodote, je mentionnais le fait que Skolkovo, ce projet d’un vaste technoparc qui redonnerait à la Russie l’image d’une grande puissance technologique, s’attirait les moqueries du Web. Voici donc en images la preuve de cette défiance qui en dit long sur la confiance que certains russes peuvent porter en l’appareil d’innovation de leur pays. Plus largement, c’est bien la représentation d’une quelconque “puissance” technologique russe qui est ici questionnée à travers une crise de confiance plus large que la simple moquerie. C’est, d’une certaine manière, la façon dont une partie de la jeunesse russe s’amuse sans illusion des politiques d’une élite au pouvoir usant allègrement de la dimension symbolique des hautes technologies (dont les racines plongent dans l’expérience soviétique) qui est ici le véritable objet d’étude.

Intraduisible ! Il s’agit d’un jeu de mot sur “obmanov” (qui signifie escroquerie, imposture) ici devenu “obnanov”. Globalement, le message est le suivant : “le temps des nouvelles nano-impostures”. Si certains ont de meilleures traductions je suis preneur !

L’utilisation humoristique qui est faite ici (et dans certaines des images suivantes) du préfixe “nano” est d’ailleurs à noter, lorsque l’on sait que les nanotechnologies constituent une direction stratégique majeure du plan de développement des hautes technologies en Russie jusqu’en 2020 (document officiel du ministère de la recherche). La raillerie du “nano” se rattache sans doute au matraquage médiatique qui entoure non seulement Skolkovo, mais également Rosnanotech, la holding d’Etat dirigée par le milliardaire Anatoli Tchoubaïs.

Défiance et crise de confiance dans les tréfonds du Net russe, loin des rassemblements sur la place publique …

 

On commence tout de suite très fort :

“Le vrai objectif de Skolkovo”

“Skolkovo. L’avenir du secteur IT russe”

“Skolkovo. AvtoVAZ est sauvé”

“Nanopelmini de Skolkovo”

“Skolkovo. Mythe et réalité”

“A l’épicentre de l’innovation”

“SKOLKOVO – Lancement d’un nanobateau”

“Skolkovo. Grand collisionneur de particules”

“Le robot policier. Nouveau projet de Skolkovo”

“Skolkovo – Prototype de costume furtif”

“Skolkovo – projet secret”

“Nano-tablette, de Skolkovo”

“Nouveauté de Skolkovo”

“Skolkovo. Nanotramway”

Posted in Non classé | 1 Comment

Analyse géopolitique des enjeux d’une politique de puissance : le cas de la science et de l’innovation en Russie

Article paru dans la revue Hérodote 146-147 — “La géopolitique, des géopolitiques” (troisième et quatrième trimestres 2012)

Résumé

Depuis quelques années, la science et l’innovation sont devenues pour les autorités russes une préoccupation majeure qui touche à l’avenir économique du pays. Mais, au-delà du fait que la Russie cherche aujourd’hui des moyens de sortir de l’ornière énergétique en misant sur une « économie de la connaissance », la science et l’innovation constituent également une question brûlante sur le plan politique. Après une décennie de mise en scène d’un renouveau du pays comme grande puissance, la Russie se trouve actuellement confrontée à une série d’enjeux internes qui questionnent le devenir d’un projet de puissance qui s’appuie sur un patrimoine matériel et identitaire issu de l’Union soviétique. Le secteur scientifique n’échappant pas à cette règle, c’est à travers celui-ci que cet article se propose de questionner les modalités d’une mise en scène politique et économique qui s’ancre dans le territoire sur la base de divers réseaux de pouvoir et représentations du renouveau qui entrent parfois en conflit.

[Télécharger l'article complet au format PDF sur le site de la revue Hérodote]

Abstract : Geopolitical analysis of what is at stake in a policy of power : the case of science and innovation in Russia

For a few years now, science and innovation have become, for russian authorities, a major preoccupation that concerns the country’s economical future. But a part from the fact that Russia is now looking for means to get out of the energetic rut it finds itself in by betting on “knowledge economy”, science and innovation are a burning question on the political front. After a decade of staging the rebirth of the country as a great power, Russia is know confronted to a series of internal political issues that question the future of the power project that leans on a material and identity heritage taken from the USSR. The scientific does not escape from this rule, it is from that angle that this article proposes to look into the political and economical staging that anchors itself in the territory on the basis of various power networks and representations of the rebirth that sometimes come into conflict.

Posted in Non classé | Leave a comment

Les chemins douloureux d’une économie russe de l’innovation

Cet article a été initialement publié sur lemonde.fr

Dans le cas de la science et de l’innovation, le défi auquel la Russie doit faire face n’est pas seulement économique mais également politique, dans la mesure où la réussite du grand projet de Skolkovo (une “Silicon Valley russe”) permettrait à la Russie de reconquérir une partie de son identité et de réaliser un projet de puissance hérité des canons du marxisme-léninisme.

L’année 2013 sera cruciale pour la Russie et son économie. Aux défis caucasiens et financiers des jeux olympiques de 2014 s’ajoutent désormais l’entrée de Moscou dans l’OMC et une crise économique qui n’épargne pas le pays, dont les perspectives de croissance ont été revues à la baisse. En cause, le handicap structurel d’une économie de rente qui ne parvient pas à s’affranchir du cours des hydrocarbures, alors même que la société russe atteint désormais un point de maturité démocratique qui va de pair avec l’émergence d’une classe moyenne urbaine dont les prétentions salariales grimpent rapidement.

Car ce n’est pas uniquement le déni de démocratie qui a poussé de nombreux Moscovites dans la rue depuis cet hiver. Les jeunes russes qui ont grandi dans le cocon de la stabilité poutinienne de la dernière décennie arrivent sur le marché du travail avec un sentiment grandissant d’indignation face aux injustices sociales et aux inégalités salariales, alors que le clientélisme et la corruption gangrènent toujours une large partie des administrations et entreprises publiques et privées.
Le pouvoir russe l’a bien compris. Celui-ci ne se contente pas d’acheter la paix sociale en augmentant brutalement le salaire de certaines professions symboliques (les policiers, les professeurs), mais cherche depuis plusieurs années à réformer en profondeur un système de rente qui ralentit la production de richesses et fait même dire à certains que la Russie d’aujourd’hui n’est plus qu’un vaste émirat pétrolier.

Après avoir réformé plusieurs domaines symboliques tels que le complexe militaro-industriel, le Kremlin se cherche désormais une stratégie de développement économique durable qui répondrait aux aspirations d’une société urbaine en quête de méritocratie et de transparence. C’est ainsi avec beaucoup d’enthousiasme qu’a été accueilli par la presse étrangère le grand projet de Skolkovo, cette “Silicon Valley russe” que l’ex président Dmitri Medvedev a très largement soutenue, et qui devrait ouvrir ses portes en 2014. L’idée est de créer en périphérie de Moscou une “ville intelligente” où les grandes entreprises mondiales pourraient bénéficier d’un potentiel scientifique et technique latent dans la société russe depuis l’époque soviétique, quand le chercheur faisait partie de l’élite et que la science constituait non seulement une force majeure à opposer à l’ennemi capitaliste, mais surtout le fondement philosophique et identitaire d’une société à visée utopiste et universelle. Dans le cas de la science et de l’innovation, le défi n’est ainsi pas seulement économique mais également politique, dans la mesure où la réussite de Skolkovo permettrait à la Russie de reconquérir une partie de son identité et de réaliser un projet de puissance hérité des canons du marxisme-léninisme.

Pourtant, à peine la première pierre posée, Skolkovo a été en Russie l’objet de toutes les railleries, avant de devenir un sujet de choix pour les opposants, qui y trouvèrent la quintessence des incohérences, de la malhonnêteté et de l’hubris de leurs dirigeants. Accusé d’être un ” village Potemkine “, ou encore une nouvelle Roubliovka (quartier du sud-est de Moscou où vivent les milliardaires proches du pouvoir), Skolkovo serait inaccessible au Russe ordinaire et deviendrait vite une ville fermée d’un nouveau genre, où seuls quelques privilégiés se feraient embaucher à prix d’or par des entreprises américaines ou européennes avant d’émigrer.

Et s’il est attaqué par l’opinion publique, le projet l’est aussi par une partie de la classe politique qui considère qu’il s’agit là d’un gouffre financier, alors même que la Russie dispose déjà sur son territoire de plusieurs dizaines de villes scientifiques construites pour les besoins du complexe militaro-industriel soviétique, dans lesquelles on trouve d’excellents instituts de recherche en quête de capitaux pour leur développement. Dmitri Medvedev a largement favorisé à Skolkovo l’émergence d’un milieu entrepreneurial de type anglo-saxon qui glorifie l’archétype du jeune milliardaire californien en chemise hawaiienne ultraprésent sur les réseaux sociaux. Un stéréotype qui n’est pas du goût d’une majorité des chercheurs russes qui vivent dans ces villes de science, où l’on peut parfois même trouver un camp de pionniers.

Si Skolkovo indigne une partie de la société russe, il divise également profondément ses élites politiques sur les choix à venir en matière de développement d’une économie durable. Reste à savoir si, avec l’entrée de la Russie dans l’OMC, les investisseurs occidentaux resteront cantonnés à Skolkovo, ou bien s’ils oseront s’aventurer dans cet archipel scientifique provincial qui envoya jadis le premier homme dans l’espace, et produisit un nombre considérable des grands noms de la science du XXème siècle.

Posted in Non classé | Leave a comment

PARUTION : La flotte russe de mer Noire à Sébastopol, un outil d’influence géopolitique au service de « l’étranger proche »

A lire dans le numéro août-septembre du magazine diplomatie, un article de votre humble serviteur sur le rôle géopolitique de la flotte russe de mer Noire et du port de Sébastopol.

Posted in Non classé | Leave a comment

Carnet de terrain : Obninsk “première naukograd”

Obninsk est une ancienne ville fermée soviétique ouverte dès 1991. A l’époque soviétique, celle-ci abritait plusieurs instituts de recherches et sa population était essentiellement composée de chercheurs et d’ingénieurs. Depuis 2000, Obninsk est juridiquement une « cité des sciences » (naukograd) de la fédération. Premiers pas dans une ancienne ville d’élite qui entend recomposer avec son passé.

En arrivant par le train Moscou-Kalouga en gare d’Obninsk, la première chose qui frappe le visiteur est la relative indigence des infrastructures. La ville fait pourtant partie de cet « archipel de la science » qui, armé de privilèges considérables à l’époque soviétique, dispose d’infrastructures de meilleure qualité. En comparaison avec Doubna, une autre ville de sciences de profil sensiblement similaire, les choses sont ici moins brillantes. J’ai pu dire que la ville de Doubna faisait aujourd’hui figure de vitrine, avec ses gazons bien tondus, ses parterres de fleurs, ses trottoirs pavés (un luxe à la mode dans les villes russes qui en ont les moyens). A Obninsk rien de cela. La place de la gare est bordée par une série de bâtiments en briques, tout à fait significatifs de l’urbanisme khrouchtchévien. Des immeubles de 5 étages environ, que les russes appellent aujourd’hui encore « khrouchtchevki », dans la mesure où ils furent la grande réponse du premier secrétaire d’alors au problème de logement que connaissait l’URSS des années 1950 (ce fut la priorité du 7ème plan quinquennal, dans lequel la question du logement est qualifiée de « bombe à retardement » pour la stabilité du régime, les plans antérieurs ayant fait peu de cas du « byt », c’est à dire des biens de consommations et des commodités civiles telles que le logement).

Cinéma abandonné aux environs d'Obninsk

Si l’on poursuit depuis cette place de la gare, l’on tombe sur l’hôtel « ioubilejnoe », dont l’architecture est quant à elle tout à fait représentative des années 70. A quelques pas de là, le bâtiment de la mairie est modeste, le marteau et la faucille sont toujours présents sur la façade, discrètement … voilà qui change de l’imposant immeuble dont dispose l’administration de Doubna, quant à lui tout à fait moderne et pourvu d’un ascenseur. Ici rien de cela. Pourtant, Obninsk compte 40 000 habitants de plus que Doubna.

Lors de ma rencontre avec une députée du soviet local, je lui pose la question : comment se fait-il que cette ville, prestigieuse, dotée budgétairement au niveau fédéral du fait de son statut de ville de science de la fédération (naukograd), ait une allure si modeste, en comparaison de l’opulence de Doubna ? La réponse pour elle qui a vécu les trente dernières années de vie politique locale est claire. Obninsk ne se situe pas dans la région de Moscou, et ne dispose pas des réseaux d’influence sur lesquels s’appuie l’administration de Doubna. De même, l’oblast’ de Kalouga (dont dépend Obninsk) ne dispose pas de la force de frappe financière de l’oblast’ de Moscou en termes de science et d’innovation. Si la région de Kalouga attire les investisseurs étrangers (PSA est très implanté), elle ne se hisse pas au niveau de celle de Moscou qui dispose par exemple de son propre ministère régional de l’innovation (réformé et mieux doté il y a quelques mois). De même, Obninsk ne dispose pas (ou plus) de toute l’infrastructure socio-culturelle dont bénéficie Doubna. Il existe bien encore un palais de la culture datant de l’époque soviétique, où se produisent de nombreux artistes, mais à part cela les éléments qui faisaient à l’époque soviétique la particularité de cette ville d’élite ne sont plus. Les causes sont encore pour moi obscures, mais il semblerait qu’au niveau municipal, la ville n’ait pas disposé (au contraire de Doubna) d’une élite politique assez forte et influente pour organiser des opérations de sauvegarde des infrastructures socio-culturelles. A Doubna, la proximité des élites municipales et de la direction de l’institut de recherche nucléaire (JINR) avaient pu permettre le rachat par la ville de nombreuses installations détenues jusqu’alors par le JINR ou d’autres entreprises municipales. Mais surtout, à Doubna, c’est la même équipe municipale qui se maintient depuis 1991 et les réseaux sont très solidement installés à tous les niveaux. A Obninsk, rien de cela. Il y a eu 3 maires depuis 1991, et leurs liens avec le complexe scientifique ne sont pas aussi profonds qu’à Doubna. En cause, le fait que les instituts de recherches d’Obninsk soient des structures couvertes par le secret à l’époque soviétique, installant irrémédiablement une barrière entre activités de production/recherche et vie politique locale.

Un peu d’histoire …

Officiellement, la ville est née en 1956 pour héberger la première centrale nucléaire du monde, dont les haute cheminées dominent encore le paysage urbain. Mais la ville est secrètement créée dès 1945 autour du « laboratoire V », un objet secret ayant relevé au début du ministère de l’intérieur et du NKVD. Il s’agissait d’une branche secrète de l’institut de physique énergétique, où furent « invités » de nombreux chercheurs allemands ayant travaillé sur le programme nucléaire nazi. Très vite, les recherches portèrent au sein du Laboratoire V sur la possibilité de construire un réacteur nucléaire pour la production d’énergie. La première centrale nucléaire du monde y fut donc ouverte en 1954. Ici, le parallèle historique avec Doubna est frappant. Doubna fut officieusement créée autour de l’institut des problèmes hydrauliques, un « pseudonyme » derrière lequel se cachait un institut de recherche ayant pour but de créer le premier accélérateur à particule de l’URSS. Là aussi, quelques chercheurs allemands furent employés, bien que la plupart aient travaillé sur l’autre berge de la Volga, au sein de l’OKB 30, qui produisit les premiers réacteurs pour l’armée de l’air soviétique (cf. article correspondant sur ce carnet).

En 1956, Obninsk est donc élevée au rang de ville, au même moment que Doubna. Dans le cas de cette dernière, son élévation est due au fait qu’elle fut désignée comme siège du JINR, une organisation nucléaire internationale fondée sur le modèle du CERN et qui devait permettre la mise en commun des savoirs sur la maîtrise de l’atome entre les pays socialistes. Dans ce cas, l’influence des réformes du XX ème congrès est prégnante. Nous passons d’un modèle de villages secrets à celui de ville internationaliste et pacifique. Dans le cas d’Obninsk, j’ai pour le moment un peu de mal à systématiser la correspondance des deux événements au sein du contexte global des réformes du XX ème congrès.

Le palais de la culture de l'institut de physique

Toujours est il que peu de temps après, le réacteur nucléaire d’Obninsk intéresse la marine soviétique qui s’apprête à lancer son premier sous-marin nucléaire en 1958. Le Leninski Komsomol ou K-3 (code OTAN « November ») se distingua notamment en atteignant le pôle nord en 1962. Ce sous-marin de toute nouvelle génération nécessitait d’importantes formations spéciales pour l’équipage : radiations, maîtrise et gestion du réacteur nucléaire … Obninsk fut donc choisie pour héberger le centre d’entraînement des équipages de sous-marins nucléaires soviétiques. Aujourd’hui encore, la marine russe y entraine ses équipages dans le même but. En marge de cette activité, un institut d’étude médicale des radiations fut installé afin d’observer l’impact de la radioactivité sur l’organisme humain dans un premier temps. Dans un second temps, cet institut eut une grande utilité dans l’invention des premiers rayons-x qui équipèrent les hôpitaux du pays. Durant toute la période soviétique, et pour des motifs compréhensibles, Obninsk fut fermée. Les citoyens soviétiques ne disposant pas d’autorisation ne pouvaient s’y rendre, et les étrangers étaient absolument interdits.

Bâtiment jouxtant l'institut de physique. L'architecture est typique du monumentalisme stalinien d'après guerre.

Le soucis du secret fut poussé si loin que les marins qui venaient s’entrainer à Obninsk étaient tenus de porter des uniformes de l’armée de terre, et de ne divulguer à personne leur véritable mission. Mais comme souvent en URSS, le secret concernait plus les populations locales que les Etats-Unis qui eurent vite vent de ces installations.

Une anecdote célèbre m’a été rapportée à ce sujet. Dans les années 80, le commandant du centre secret d’entraînement des sous-mariniers fut surpris d’apprendre que Radio Free Europe (la radio américaine qui émettait en direction des pays socialistes et qui était très écoutée par l’intelligentsia malgré les interdits et brouillages d’ondes) lui souhaita un jour non seulement un bon anniversaire, mais également plein de réussites dans l’accomplissement de sa mission ! Le sens de l’humour de l’ennemi américain fut ce jour-là salué par les physiciens d’Obninsk dont beaucoup écoutaient radio free europe, même si certains crièrent à la provocation …

Carte schématique de la répartition des activités à Obninsk à l'époque soviétique.

Obninsk est devenue en 2000 la première naukograd (cité des sciences) de la fédération de Russie. Dans ce cadre, elle est devenue une ville pilote pour la gestion des politiques de sauvegarde et de reconversion du complexe scientifique de l’URSS. Mais ceci fera l’objet d’un autre billet.

Posted in Non classé | Leave a comment

Les prémices d’un pluralisme politique “à la russe”? La contestation silencieuse de la classe moyenne de l’archipel de la puissance.

Cet article est paru dans les pages idées du journal le Monde le 01/02/2012, ainsi que sur le site de la fondation Res Publica. Il s’agit d’une très courte synthèse sur l’actualité de mes recherches concernant les anciennes villes fermées. Un article plus détaillé sur le même sujet est à paraître dans le prochain numéro de la revue Hérodote. Il sera également repris sur ce carnet, si l’éditeur est d’accord.

Sans aller jusqu’à envisager une défaite pour Vladimir Poutine lors des prochaines élections présidentielles, la remise en cause de la suprématie électorale de Russie Unie par certaines couches de la population lors des dernières législatives pourrait bien suggérer que le pays entre dans une phase de reformulation progressive de son système politique, tout en conservant certains invariants de la culture politique poutinienne.

Lors des événements survenus après les élections législatives russes du 4 décembre 2011, la presse française a eu tendance à se focaliser sur le mouvement de manifestations contre les fraudes, ainsi que sur son leader – le blogueur Alexis Navalny. La mobilisation du 24 décembre 2011 sur l’avenue Sakharov pour dénoncer le « parti des escrocs et des voleurs » est certes une première depuis 1993, dans un pays que beaucoup disaient politiquement amorphe. Mais la spontanéité du mouvement, tout comme sa dimension spectaculaire ne doivent pas faire oublier que les manifestants ne constituent qu’une partie infime de l’électorat russe, dont une majorité continue de soutenir la « verticale du pouvoir », ce modèle politique instauré par Vladimir Poutine au début des années 2000, et souvent associé à l’idée de stabilité et de croissance retrouvées après le « chaos » des années 1990. Pourtant, une réelle contestation du parti au pouvoir Russie Unie a eu lieu dans les urnes à l’occasion des législatives, et ce malgré les fraudes. Celle-ci, plus que les manifestations elles-mêmes, pourrait bien préfigurer des changements politiques majeurs lors des présidentielles de mars 2012.

Lors des élections législatives de décembre dernier, dans de nombreux endroits de Russie occidentale, et souvent pour la première fois, Russie Unie est ainsi arrivé en deuxième – voire troisième – position derrière le parti communiste et la coalition Russie Juste (centre-gauche). Ce retournement électoral a eu principalement lieu dans des villes bien précises, où se concentre une classe moyenne provinciale d’un genre très particulier. Ces villes, souvent de taille moyenne, étaient les fleurons du gigantesque appareil de production de l’URSS. Centres de recherches nucléaires, usines stratégiques, villes de science … Ces territoires ont en commun une histoire souvent faite de privilèges, mais aussi de secrets. Dès le début de son premier mandat, Vladimir Poutine a débloqué de très importantes sommes pour favoriser la relance économique de ces agglomérations spécialisées et monofonctionnelles, afin d’en faire les vitrines d’une puissance technologique et scientifique retrouvée. Si de sérieux doutes persistent quant à la rentabilité de ces investissements, il n’en demeure pas moins que l’argent public – qui y a été investi massivement grâce aux dividendes du gaz et du pétrole – a contribué à l’émergence d’une véritable classe moyenne dans ces municipalités réparties en archipel sur l’immense océan d’une « Russie déclassée » (terme emprunté à J.R. Raviot).

C’est justement dans ces îlots que Russie Unie a subi les revers les plus importants lors des dernières législatives, les électeurs y ayant largement préféré le parti communiste et la coalition Russie Juste. Dans la ville de Doubna, fondée en 1947 autour du premier accélérateur à particules d’URSS et capitale des physiciens, le vote Russie Unie est par exemple tombé à 21% en 2011, contre 48% lors des précédentes élections parlementaires de 2007. De même à Korolev, ville qui abrite le centre de contrôle des vols de l’agence spatiale russe (22% pour Russie Unie en 2011 contre 59% en 2007), ou encore dans la fameuse Cité des Etoiles, où s’entraînent les cosmonautes avant leurs missions (20% pour Russie Unie en 2011). Dans ces trois villes, le parti au pouvoir est arrivé en troisième position, la première place ayant été récupérée par le parti communiste, et la deuxième par la coalition Russie Juste. Le même phénomène a pu être observé dans des dizaines de villes au profil similaire.

Loin des remous de l’avenue Sakharov, principalement entretenus par des mouvements libéraux et nationalistes, la contestation silencieuse de cette classe moyenne provinciale hautement qualifiée pourrait bien être le signe avant-coureur de grands changements politiques en Russie. Le Parti communiste, tout comme la coalition « Russie Juste » (centre-gauche, a appelé à voter Medvedev aux dernières présidentielles), sont des formations politiques importantes qui partagent un certain nombre de valeurs. Toutes deux sont favorables à un modèle d’Etat providence fondé sur une conception verticale du pouvoir, et ils se placent de fait dans une vision de la Russie compatible avec les discours de Vladimir Poutine, là où nationalistes et libéraux présents dans les rues de Moscou proposent des modèles alternatifs parfois très éloignés du modèle poutinien et peu représentatifs des aspirations de la majorité de l’électorat.

Le changement de comportement électoral de cette classe moyenne provinciale correspondrait alors à l’expression d’un ras-le-bol du système clientéliste autour duquel s’organise Russie Unie, bien plus qu’à une remise en cause fondamentale de principes politiques encore jugés comme la panacée à la catastrophe économique, sociale et morale qui frappa le pays dans les années 1990. La classe moyenne provinciale pourrait alors être à l’avant-garde d’un vaste mouvement électoral de condamnation de Russie Unie. Cela suggérerait la reformulation d’un pouvoir qui, s’il serait toujours fondé sur l’idée de verticalité, pourrait bien faire éclore un embryon de pluralisme entre Russie Unie, Russie Juste et les communistes. Le départ de Vladimir Poutine, demandé par les manifestants, ne serait alors pas la condition sine qua non à l’avènement d’un tel modèle ; l’ex-président pourrait bien parvenir à reformuler ses réseaux de pouvoir sur la base de ces nouvelles aspirations en s’éloignant peu à peu de sa créature, Russie Unie. Le pays pourrait alors s’engager sur la voie d’une alternance « à la russe ».

 

Posted in Non classé | Leave a comment

Un retour de la Russie en Méditerranée ?

Invitation à la conférence

[Télécharger le carton d'invitation en pdf:invitation LIMONIER]

Posted in Non classé | Leave a comment

Réflexions sur une « iconologie territoriale » de l’URSS. Le cas de Bruno Pontecorvo.

Bruno Pontecorvo en 1955 (copyright expiré)

Alors que le concept de territoire de puissance fait son chemin dans mes recherches, je pense être arrivé à un point où il est impossible de poursuivre dans cette voie sans étudier de près quelques trajectoires individuelles qui s’élèvent en symbole de mon hypothèse.
La dialectique marxiste-léniniste, en tant qu’objectivation politique d’un projet tout entier fondé sur les logiques du matérialisme, se doit de faire la part belle aux sciences. Sans parler de la guerre froide ou de l’idée de compétition Est-Ouest, chaque progrès scientifique notoire est considéré comme un pas de plus vers la société communiste. Egalitaire et rationalisée, celle-ci devait puiser dans la science les ressources essentielles à son développement afin d’en finir avec l’hostile chaos de la nature, dont la traduction politique première est l’idée de classe. C’est dans ce contexte idéologique que les grandes figures de la science soviétique se développent, de Serguei Korolev a Igor Kurchatov comme des « icônes », symboles vivants des réalisations du socialisme dans leurs domaines respectifs.
C’est également dans ce contexte que (re)naissent nos « territoires de puissance », entre impératifs idéologique et stratégiques. Le territoire dédié à la puissance de l’URSS serait l’émanation concrète d’une situation objective située quelque part entre ces deux extrêmes de la pensée que sont la conceptualisation idéologique et les nécessités matérielles et symboliques du rapport de force. Et si ces territoires doivent être étudiés en tant que tels, il me semble inéluctable et nécessaire d’en faire autant avec les figure iconiques façonnées par le discours soviétique. Ce que je nomme – de manière un peu barbare – « iconologie territoriale » pourrait se comprendre comme la rencontre d’un homme avec un espace géographique au sein d’une destinée commune forgée dans les représentations. Dans ce sens, la figure iconique soviétique pourrait permettre de mieux saisir la portée symbolique d’un territoire dont le récit correspond à celui de l’homme dans les buts à atteindre.
C’est pourquoi je crois bon d’évoquer ici le destin singulier du physicien Bruno Pontecorvo, et de lier cette trajectoire individuelle à mes recherches sur la représentation de Dubna en tant que territoire de puissance.

Caricature offerte à Pontecorvo pour son anniversaire par des collègues physiciens soviétiques. Copyright JINR

Biographie succincte

Bruno Pontecorvo est le fils d’un négociant en textiles installé à Pise. Né en 1913, il est durant toute sa scolarité un élève brillant qui montre rapidement ses prédispositions pour les sciences dures. Au terme de son cursus universitaire, il est recruté par le célèbre physicien italien Enrico Fremi en 1934 et rédige sa thèse de doctorat au sein de ce groupe de recherche mondialement renommé. En 1937, de nouvelles lois antisémites sont votées par l’Italie de Mussolini et Pontecorvo, d’origine juive, choisit de s’exiler en France où ses recherches sont financées par le CNRS. Au moment de la débâcle de mai 1940, il choisit une fois de plus l’exil en s’installant aux Etats-Unis, où il est rapidement recruté comme ingénieur par une société d’exploitation pétrolière. Mais dès 1943, Pontecorvo est contacté par le gouvernement britannique qui recherche activement des physiciens dans le cadre d’un projet secret anglo-canadien de recherche sur l’énergie nucléaire. Installé à Montréal, ce groupe de recherche nucléaire du Commonwealth jouit d’une relative indépendance par rapport au faramineux projet Manhattan qui permet aux américains de disposer de l’arme atomique dès 1945. En 1943 donc, Pontecorvo intègre le groupe anglo-canadien de Montréal et devient sujet de la Couronne britannique. De récentes recherches dans les archives déclassifiées du MI6 indiquent que Pontecorvo bénéficie dès cette époque-là d’une security clearance (habilitation à accéder à des informations classifiées) assez élevée, quand bien même les agents du FBI chargés d’enquêter sur lui aient trouvé à son domicile de nombreux ouvrages et brochures attestant de ses opinions communistes. Aussi pouvons-nous nous risquer à avancer qu’en ce temps-là, la perception d’une menace communiste n’en était qu’à son stade « embryonnaire ». Après la victoire sur le III ème Reich, il devient cependant clair que le prochain ennemi est tout désigné. Pontecorvo se voit proposé en 1945 d’intégrer comme chercheur le prestigieux centre de recherche britannique de Harwell, toujours dans le domaine de l’énergie nucléaire.

Défection et passage à l’Est

Il convient de rappeler au lecteur qu’en ces années 1945-1950, quand bien même certains journaux américains trouvaient encore sympathique la frimousse moustachue d’Uncle Joe, une véritable guerre secrète fait rage entre l’Union Soviétique et les anglos-américains dans le domaine des recherches nucléaires. Sur la scène internationale, je ne reviendrai pas sur les raisons évidentes qui poussent Staline à vouloir que l’URSS se dote de l’arme atomique le plus rapidement possible, par tous les moyens possibles. Sur la scène publique américaine, cette guerre d’espions se traduit par la montée progressive de l’anticommunisme, porté à son paroxysme par le sénateur MacCarthy et sa célèbre «chasse aux sorcières». Aux oubliettes, le sourire complice de Joe. Le communisme s’affiche dans les colonnes des journaux américains comme une menace sérieuse, résumée par ce simple nom : Rosenberg. Il n’est pas question de retracer ici le terrible chemin qui mena les époux Rosenberg jusqu’à la chaise électrique. Accusés d’avoir livré aux « rouges » des informations capitales concernant la conception de bombes atomiques, ils sont d’abord le symbole d’une époque marquée par une certaine « paranoïa » volontairement entretenue par Staline. D’ailleurs, les époux Rosenberg sont arrêtés sur aveux de deux «espions à la soldes des communistes» découverts en 1950 : Harry Gold et David Greenglass. La même année, et suivant un recoupement d’informations aussi minutieux qu’obstiné, les services de renseignement américains et britanniques arrêtent Klaus Fuchs, chercheur à l’institut Harwell (on trouvera des informations sur cet institut sur le site de la Nuclear Decommissioning Authority britannique) accusé de livrer des informations secrètes aux soviétiques. Pour Pontecrovo, il semblerait que cette arrestation ait été un déclic. Fuchs était un collègue de Pontecorvo, mais nous ne savons toujours pas quel était la nature de leur relation. Toujours est-il que pour Pontecorvo, la décision est prise : lui qui n’a jamais clamé haut et fort ses convictions communistes sent se mettre en branle autour de lui la sinistre noria des arrestations qui probablement lui rappellent sa situation de juif dans l’Italie de Mussolini et la France de 1940.
En octobre 1950, Pontecorvo et sa famille sont « exfiltrés » vers l’Union Soviétique. Sa présence sur le territoire de l’URSS ne sera officiellement confirmée que cinq ans plus tard, lors de sa première conférence de presse donnée à Dubna en faveur de l’utilisation pacifique de l’atome. Nul doute qu’entre temps, le MI6 et la CIA aient su exactement où il était. Mais pour le grand public, le mystère de sa disparition engendra toute une série d’interprétation cocasses : fuite en sous-marin, enlèvement forcé par les « rouges » … En fait, la réalité de son départ, bien moins spectaculaire, permet de mieux saisir la réalité du secteur nucléaire soviétique des années 1950. Depuis les années 1930, Pontecorvo était en lien avec des organisations communistes clandestines italiennes. En 1950, après l’arrestation de Fuchs à Harwell, il décide de contacter l’un de ses camarades italiens, Giulio Seniga, qui publie les détails de l’affaire en 1992. Seniga contacte les autorités soviétiques et les informent du souhait de Pontecorvo de passer à l’Est. Celui-ci profite de vacances à Stockholm où sa famille le rejoint de Rome pour fausser compagnie aux agents de sécurité britanniques. Après une nuit à l’ambassade soviétique de Suède, il s’envole avec son épouse et ses deux enfants pour Helsinki où un navire soviétique les attend. Débarqués dans la région de Leningrad, ils rejoignent Moscou en train où ils se voient attribuer immédiatement un luxueux cinq pièces sur l’avenue Tverskaya, où résident de nombreuses personnalités du régime.
Pour la petite histoire S. Truchetti rapporte, dans un article publié dans le British Journal of History of Science, que « l’affaire Pontecorvo » aurait été grandement minimisée par le gouvernement britannique, allant même jusqu’à nier que le scientifique italien ait bénéficié d’une accréditation lui permettant d’avoir accès à des informations top secrètes. En 1950, le gouvernement de sa Majesté s’apprête à signer avec les Etats-Unis le Atomic Energy Act, par lequel les américains peuvent puiser dans les stocks britanniques d’uranium en échange d’importants transferts de technologies qui préfigurent la logique du système de dissuasion nucléaire de la Grande-Bretagne sous contrôle américain. On comprend alors l’embarras des autorités britanniques lorsque l’un de leurs scientifiques «s’enfuit» en Union Soviétique [1].

Physiciens soviétiques travaillant sur l'accélérateur à particules de Dubna. Photo non-datée. Copyright JINR

Pourquoi passer à l’Est ? Convictions et représentations

Au-delà des faits, il est intéressant de se pencher sur les motivations qui ont poussé Pontecorvo à rejoindre Moscou. Celles-ci témoignent de la représentation qu’avaient certains occidentaux de l’Union Soviétique et de son complexe nucléaire. Rappelons qu’en 1950, l’Union Soviétique dispose depuis un an déjà de la bombe atomique. Au terme de sa vie, en 1992, Pontecorvo se confie à un journaliste de The Independent, à qui il explique : «le communisme était pour moi comme une religion révélée … avec ses mythes, et ses rites pour l’expliquer. C’était absolument illogique. L répression de l’insurrection de Budapest [en 1956] ne fit pour moi aucune différence». Même la fuite d’Andreï Sakharov à l’Ouest ne provoqua rien : «je l’ai toujours admiré en tant que scientifique et homme de grande intégrité. Cependant, pour moi il était naïf… En fait, c’est moi qui était naïf» [2].
Rappelons que ces paroles sont enregistrées en 1992, année de terrible désillusion pour l’ex-URSS. Le frère de Bruno, Gilo Pontecorvo (réalisateur entre-autre du film longtemps censuré en France La bataille d’Alger) se souvient de ses convictions d’alors : «Le cas de Bruno était très simple. Il m’a dit ‘oublie tous les mensonges qu’on raconte. On vit une époque de grands changements’. Il y avait cette croyance en une ville du futur. Cette croyance était presque irrationnelle, mais était entretenue par toute une génération, et surtout par des intellectuels … Il était de cette religion, pour laquelle le capitalisme équivaut à la guerre, aux crises et au racisme. Et que tout cela devait être bouleversé pour créer un monde nouveau. Il était comme les premiers chrétiens, qui croyaient en quelque chose de beau, quelque chose qui n’existait pas» [2]. Le physicien soviétique G.P. Dzhelepov se souvient ainsi que lors d’une réunion, on posa à l’épouse de Pontecorvo la question suivante : «pourquoi êtes-vous venus en URSS ?» Et celle-ci de répondre : «Comment ça pourquoi ? Mais pour construire le communisme !» [3].
Pontecorvo avoue lui-même que ses premiers doutes sont apparus lors du printemps de Prague, en 1968, mais que sa « prise de conscience » intellectuelle s’est étalée jusqu’à la chute de l’Union Soviétique.

Pontecorvo à Dubna sous Khrouchtchev : âge d’or de l’atome internationaliste et pacifique.

Sans vouloir trop nous attarder sur des souvenirs et des opinions personnelles, celles de Pontecorvo reflètent assez bien l’ambiance intellectuelle et politique qui régnait au sein de la communauté des scientifiques du Dubna. Leur croyance en un avenir radieux était soutenue par les preuves matérielles que leur fournissait leur ville bien tenue, tranquille, où l’on ne manquait de rien. Ici, il convient de s’arrêter quelques instants sur les témoignages de physiciens soviétiques qui ont connu Pontecorvo. Celui-ci, apprend-on, était passionné de cinéma. Assez régulièrement, il organisait des projections de films non censurés pour le plaisir de ses collègues : Fellini, Godard … Aussi ces projections étaient-elles animées par des cercles de cinéphiles où l’on pouvait parler librement sans craindre de contrôle trop strict. De même, V.A. Chernogova, physicienne à Dubna, rapporte ce que j’ai pu vérifier lors d’entretiens avec des « vétérans » du complexe nucléaire de Dubna : Pontecorvo adorait le sport, et on le voyait souvent le week-end sur son bateau à voile, ou bien en train de faire son footing dans la forêt [4]. J’ai pu remarquer le touchant attachement que les habitants de Dubna témoignent aujourd’hui encore à l’égard de «Notre Bruno Maksimovitch» (si le « notre » a en russe une connotation positive, nous pouvons remarquer la russification du nom de Pontecorvo, dont le prénom est complété du patronyme. Son père s’appelait Massimo). Outre cette liberté de manœuvre, Pontecorvo jouissait à Dubna d’un excellent cadre de vie. Installé dans l’une de ces maisons réservées aux sommités de la science nucléaire soviétique, il se rendait chaque jour à son laboratoire à vélo, en passant par une paisible forêt de sapins aujourd’hui encore peuplée par de nombreux écureuils.

Pièce de théâtre ... jouée par des physiciens à Dubna ! Photo non-datée. Copyright JINR

Il est intéressant de remarquer que nous ne disposons que de très peu d’informations sur la vie de Pontecorvo entre son arrivée en URSS (1950) et sa première apparition publique à Dubna en 1955, un an avant la création de l’Institut Unifié de recherche nucléaire qui devait faire de la ville un centre international de recherche sur l’énergie nucléaire. Les anecdotes rapportées ci-dessus datent toutes de périodes postérieures, notamment les années 1960, vécues comme un véritable « âge d’or » à Dubna. Ces « trous noirs » ne sont pas anodins. Et si les souvenirs du « bon vieux temps » se concentrent dans les années 1960, ils nous en apprennent beaucoup sur la représentation de la ville en tant que territoire de puissance. Dubna est une ville qui s’est développée après le XX ème congrès du PCUS, lors duquel Khrouchtchev lit son fameux rapport secret dans lequel il critique les dérives totalitaires du stalinisme. Gardons-nous cependat de faire de Pontecorvo un symbole du XX ème congrès et de la dénonciation du stalinisme. Dans un témoignage, le physicien soviétique Serguei Gershtein témoigne :

La définition que Bruno avait du communisme relevait presque de la religion. La plupart des communistes occidentaux, en ardents défenseurs du communisme soviétique, étaient partisans d’un « communisme à visage humain » et pensaient lutter pour le bonheur du genre humain. Mais depuis que le dogme scientifique avait établi que l’utopie ne pourrait être atteinte qu’à l’aide de la dictature du prolétariat, ils ont justifié la suppression des libertés en URSS avant tout le monde, en appréhendant absolument pas les atrocités et les crimes, en ne comprenant pas qu’il s’agissait, en lieu et place de la dictature du prolétariat, d’une dictature des apparatchiks. Mais la religion ne permet pas le doute. Je me souviens comment, au moment du XXII congrès du PCUS, qui devait en finir avec le culte de Staline, un camarade demandait à Bruno : « Etait-il possible que les communistes étrangers n’aient rien su de tout ça avant ? – « oui », répondit Bruno. « Dans les années 30, tous les journaux bourgeois écrivaient là-dessus, mais nous pensions que ce n’était que mensonges. Et les communistes qui les ont finalement cru on mal fini, dans les rangs du parti fasciste ». [5]

 

Session d'ouverture de l'Institut Unifié de recherches nucléaires. Dubna, 1956. Copyright JINR

Sans entrer dans le détail, l’idée de Khrouchtchev était de sortir du paradigme stalinien de la « forteresse du socialisme » assiégée et de revenir à certains fondamentaux du marxisme-léninisme qui veulent que la révolution et la marche vers le communisme soit mondiale. Mais Khrouchtchev était conscient des forces et faiblesses de l’Union Soviétique des années 1950. Lors de ses voyages aux Etats-Unis, il a pu constater le retard de son pays dans la production légère, notamment les biens de consommation. L’idée du système khrouchtchévien, développée de manière brillante par Sari Autio-Sarasmo, est de sortir de cette situation tout en rétablissant le communisme comme finalité du système soviétique. Ainsi, les réformes visent dès la fin des années 1950 la production légère et la construction de logement car la réalisation du communisme passe évidemment par l’augmentation matérielle du niveau de vie des travailleurs. Mais comme l’avance Autio-Sarasmo : « l’une des grandes difficultés de l’URSS résidait dans son incapacité à transformer ses hautes technologies (créées pour le VPK, l’atome ou l’espace) pour une utilisation « civile » [6]. Pour cela, le gouvernement soviétique a besoin d’un apport massif de technologies occidentales, ainsi que Lénine lui-même l’avait voulu dans les années de la NEP. Ces technologies devaient être intégrées au système de production soviétique très performant dans les domaines de pointe tels que l’atome, l’espace, l’armement ou l’acier. Or, ce transfert de technologies nécessite dans les esprits l’acceptation du « cosmopolitisme » (c’est à dire la collaboration avec des étrangers) si honni par Staline. Bien entendu, et malgré le nouveau concept de « coexistence pacifique » prôné par Khrouchtchev et ses homologues américains, la collaboration avec l’Ouest ne peut être que limitée pour des raisons évidentes d’idéologie et de maintien des structures du socialisme soviétique.
Ainsi Dubna et Pontecorvo apparaissent comme des illustrations tout à fait intéressantes de cette période faste de l’URSS : cosmopolitisme, internationalisme et progrès forment un triptyque au sein duquel la ville va évoluer. Dubna, avec l’inauguration de l’Institut Unifié de recherches nucléaires (JINR) en 1956 se place tout à fait dans l’optique de ce cosmopolitisme, puisque l’Institut est fondé dans l’optique d’une coopération «mutuellement bénéfique» des Etats qui souhaitent y participer. Comme une image réduite du projet khrouchtchevien, Dubna se transforme. Les maisons semi-individuelles construites sous Staline sont abandonnées car jugées « petites bourgeoises », et on leur préfère l’idée du Mikroraion, ces immeubles d’habitation si typiques du paysage soviétique. Pontecorvo l’occidental accepté au sein du projet khrouchtchevien grâce à ses opinions, peut quant à lui projeter ses films non-censurés et organiser des débats au nom de ce cosmopolitisme.
Aujourd’hui encore, Dubna est marquée par cette époque faste qui l’a vue naître. Idéalisée, son incarnation physique la plus répandue en reste Bruno Pontecorvo, symbole de cette amitié internationale des peuples travaillant à l’utilisation pacifique de l’atome et fustigeant l’utilisation militaire faite par les Etats de l’Ouest, poussant les travailleurs soviétiques à s’armer à leur tours afin de défendre la révolution.

On imagine alors bien comment, réunis autour de leur poste Mayak dans une salle où flotte un épais nuage de tabac, les scientifiques soviétiques, tchécoslovaques, hongrois, cubains du JINR ont dû, anxieux, suivre heure par heure l’avancée du navire Iouri Gagarine qui se dirigeait droit sur les bâtiments de l’US Navy lui barrant la route de Cuba. C’était en 1962. Bruno Pontecorvo ainsi que la plupart des physiciens de Dubna croyaient encore à la marche radieuse vers le communisme.

"L'atome n'est pas un soldat, l'atome est un travailleur !" Slogan inscrit sur le mur d'un immeuble de Dubna

Sources :

[1] TRUCHETTI S., Atomic Secrets and Governmental Lies: Nuclear Science, Politics and Security in thePontecorvo Case, The British Journal for the History of Science, Vol. 36, No. 4 (Dec., 2003), pp. 389-415

[2] RICHARD C., Confessions of an atom spy: Forty years after Bruno Pontecorvo, a British scientist, went to work for Moscow. The Independent, 2 aout 1992

[3] DZHELEPOV G.P. Genii Bruno Pontecorvo, en ligne sur le site du JINR

[4] CHERNOGOROVA V.A., Vospominanija Fiziki (témoignage d’une physicienne), journal Ploshad’ Mira, octobre 2000, Dubna.

[5] GUERSHTEIN S.S., vospominanija i razmyshlenija o Bruno Pontecorvo (souvenirs et réflexions sur Bruno Pontecorvo), disponible en ligne sur le site du JINR.

[6] AUTIO-SARASMO Sari, Khrushchev and the challenge of technological progress, in SMITH J., ILIC M. (dir.), Kurshchev in the Kremlin : policy and government in the Soviet Union 1953-1964, Routledge, 2011, Oxford

 

Posted in Dubna | 2 Comments

Les spécialistes allemands à Dubna : mise au secret et privilège au lendemain de la seconde guerre mondiale (1946-1953)

L'équipe des spécialistes allemands de Podberez'e

L'équipe des spécialistes allemands de Podberez'e

Avant d’être un territoire de science au service du communisme, Dubna a également été (et est resté, jusqu’à aujourd’hui) un important centre de production militaro-industrielle ayant accueilli plus de 600 spécialistes allemands contraints de travailler pour l’URSS après la chute du III ème Reich. Mis au secrets et choyés par le régime, ces ingénieurs allemands sont les premiers acteurs de ce territoire de puissance au service de la guerre froide que devient rapidement Dubna.

L’histoire commence avant la guerre. Après la construction du barrage d’Ivankovo et l’inauguration du canal Volga-Moscou à la fin des années 1930, le territoire de ce qui sera plus tard Doubna acquiert une importance stratégique nouvelle. Composé de trois villages (Ivankovo, Bol’shaja Volga et Podberez’e), cet ensemble ne représente pas grand chose avant la mise en service du canal. Eloigné des grandes routes qui relient Moscou aux villes du nord (Tver’ …), cet espace qui s’étend sur les deux rives de la Volga n’avait été au cours de l’époque médiévale qu’une marche entre la république de Novgorod et la Moscovie. Après l’unification de la Russie, il ne se passe plus grand chose dans ces trois lieux-dits reculés, si ce n’est le passage de barges de commerce qui descendent la Volga.

Avec Staline, les choses changent. Et il est intéressant de remarquer que ce changement radical s’est effectué sous l’impulsion de deux grandes thématique du communisme soviétique : électrification et aménagement de nouveaux axes de communication. L’endroit devient ainsi exploitable : le canal permet la circulation des marchandises, alors que l’électricité produite par le barrage pourrait alimenter de futures usines. C’est ainsi que les villageois de Podberez’e, écarté de tout, voient arriver vers 1939 barges et travailleurs qui construisent une usine sur la rive gauche de la Volga. Cette usine, pendant la guerre, produit la quasi-totalité des hydravions dont sont pourvues les flottes soviétiques du Nord et du Pacifique. Une fois établi ce cadre géographico-historique, intéressons nous maintenant au processus qui mène dès 1946 à la constitution d’une première entité fermée (antérieure à celle des accélérateurs à particules) autour de cette usine. Quittons un instant la fraîche Volga et ses forêts de bouleaux pour nous projeter dans une Crimée ravagée par la guerre. Sous le soleil de Yalta, les futurs vainqueurs du nazisme imaginent la façon dont sera découpé le « gâteau allemand ». A l’initiative de Winston Churchill, l’une des mesures adoptées à ce moment là concerne l’appareil militaro-industriel de Hitler :  les Anglais avertissent qu’il faudra, une fois la guerre terminée, « soit récupérer, soit détruire les installations militaires allemandes, liquider ou prendre le contrôle de tout l’appareil de production allemand qui pourrait être utilisé à des fins militaires ».

Après la chute de Berlin et la capitulation des dernières poches de résistance nazies, la délcaration de Churchill devient d’actualité.  Dans un rapport fait à Staline le 29 avril 1946, Ivan Aleksandrovitch Serov (le représentant spécial du NKVD auprès de l’administration militaire soviétique d’occupation de l’Allemagne) avertit le Kremlin que la loi n°25 vient d’être adoptée par les Alliés, suivant laquelle toute organisation allemande de recherche ayant trait à l’armement doit être détruite ou contrôlée. Le mois suivant, Ivan Serov est mis au courant que la grande récupération a déjà commencé chez les Alliés. Il explique entre autre à Staline que dans leur zone d’occupation, les autorités françaises ont déjà remis en état une usine de production de moteurs d’avions. Il indique en outre que dans la zone sous contrôle des soviétiques se trouvent un certain nombre de personnes et d’infrastructures ayant travaillé sur des projets de réacteurs pour le Reich. L’Union Soviétique prend donc le 22 octobre 1946 la décision d’intégrer à son complexe militaro-industriel les bureaux d’étude et de fabrication allemands situés dans sa zone d’occupation. Le maître d’oeuvre de cette opération est Serov lui même, répondant directement aux ordres de Béria. Durant l’été 1946, Serov et ses services du NKVD s’étaient évertués à dresser une liste aussi complète que possible des personnes susceptibles d’être incorporées à l’appareil de recherche et de production militaire soviétique. Le choix de ces «coopérants» allemands s’est bien entendu fait dans le secret, et surtout à l’insu des principaux intéressés. C’est donc au petit matin du 22 octobre 1946 que plus de 2500 spécialistes allemands voient débarquer chez eux des détachements de l’armée soviétique, qui leur intiment l’ordre, à eux et leur famille, de monter dans des camions militaires. Dans les gares, des trains spéciaux les attendent déjà, direction Moscou. Apparemment, cette « réquisition » ne s’est pas faite dans la précipitation à laquelle les rafles de la seconde guerre mondiale nous avaient habitué. Certains « coopérants » ont eu le temps de préparer des bagages, et même d’amener avec eux des meubles. Si certains ont pu opposer une résistance symbolique, tous montent finalement dans ces trains spéciaux et se voient remettre chacun une ration, ainsi qu’une enveloppe contenant entre 3000 et 10 000 roubles suivant leur importance hiérarchique. Ces allemands ont été dispersés dans plus de 31 lieux de recherche et de production en Union Soviétique, de Moscou au Daghestan.

Ivan Serov, haut-responsable du NKVD, "cerveau" du transfert des spécialistes allemands en Union Soviétique

Parmi ces 31 unités figure celle de Podberez’e, notre petit village paisible sur la Volga. Anticipant l’arrivée des spécialistes allemands, les autorités soviétiques avaient stoppé la production d’hydravions et commencé à reconvertir l’usine en centre de recherche et de production de réacteurs. Et c’est justement là que Staline a besoin de ces coopérants allemands. En effet, parmi les 2500 spécialistes réquisitionnés, plus de 600 sont des spécialistes de la propulsion à réaction. Enjeu majeur du début de la guerre froide, la mise au point des premiers avions à réaction nécessite un savoir-faire et une organisation que les soviétiques sont loin de maîtriser. Pourtant cette évolution est nécessaire dans la lutte qui se profile contre les Alliés : un avion propulsé par des réacteurs peut se déplacer à des vitesse et des altitudes qu’aucun appareil à hélice ne peut espérer atteindre. Cela, l’Allemagne nazie l’avait compris alors que la Luftwaffe était débordée par les effectifs pléthoriques des aviations américaines et soviétiques dès 1944. En 1945, la firme Junkers avait alors mis au point le tout premier avion à réaction du monde, le Ju-287.Ingénieurs, techniciens et même pilotes d’essai qui avaient travaillé sur ce projet figuraient évidemment sur la liste dressée par Sedov au cours de l’été 1946. La tâche des 600 spécialistes allemands de la propulsion à réaction est alors d’organiser les usines de Podberez’e (alors connues sous les noms de OKB 1 et OKB 2), de former des équipes de travailleurs soviétiques et finalement d’assurer un transfert total de technologies. Leur tâche est également de participer à la reconstitution de certaines installations démontées de l’usine Junkers de Dessau (Allemagne de l’Est) pour être transférées à Podberez’e.  Dans ces conditions, on comprend que Staline ait pu se montrer généreux et patient avec ces personnes, au point de les laisser emporter leurs meubles et de leur distribuer des milliers de roubles.Dès l’hiver 1946, les équipes se mettent en place.

Le Junkers Ju-287, premier avion à réaction du monde. Mis au point sous le III ème Reich par les spécialistes allemands qui sont expédiés à Podberez'e (Dubna) en octobre 1946. Licence Creative Commons

La stratégie des soviétiques est alors de disperser les allemands parmi les effectifs soviétiques afin de faciliter l’intégration et le transfert de savoir-faires. Cette volonté de « mixité » se retrouve également dans la vie des familles; les petits allemands fréquentent alors la même école que leurs camarades soviétiques. Pourtant, les familles vivent à l’écart, dans des maisons confortables, du moins à l’échelle des standards soviétiques de l’époque, et leurs conditions de vie sont nettement plus avantageuses que celles des soviétiques de l’usine. Alors que ces derniers habitent souvent des maisons collectives, les allemands bénéficient de logements individuels spacieux et propres, avec un petit jardin privatif. En outre, ceux-ci peuvent gagnent un salaire mensuel de 3000 à 5000 roubles par mois pour les ingénieurs. Les pilotes d’essai allemands peuvent quant à eux gagner jusqu’à 20 000 roubles par mois, une somme énorme. A titre indicatif, les ingénieurs soviétique les plus qualifiés ne gagnaient pas plus de 1500 roubles. Une partie de ce salaire pouvait être reversée non en roubles mais en Marks allemands, afin que les coopérants puissent envoyer une partie de leur salaire à leur famille et s’acheter des produits allemands. Ainsi, l’ingénieur en chef allemand avait réussi à faire venir une Opel à Podberez’e ! Un magasin d’alimentation spécial est également installé, qui regorge de produits inaccessibles au commun des mortels soviétiques soumis au rationnement.

Maison de spécialiste allemand à Podberez'e

Malgré les inégalités de traitement entre soviétiques et allemands, il semble qu’une bonne entente régnait entre les deux communautés. Un historien local rapporte que les allemands étaient arrivés en octobre 1946 dans des vêtements assez légers, et qu’ils furent vite pris au dépourvu par le long hiver russe. Les travailleurs soviétiques avaient alors pu leur fournir manteaux et bottes en fourrure. La mixité des équipes de travail, des classes à l’école, y ont sans doute été pour beaucoup. Cela n’empêchait pas les uns et les autres de s’affronter de manière parfois violente autour de matchs de football qui opposaient soviétiques et allemands.

Le revers de ces privilège était bien entendu une liberté de mouvement quasi-nulle. Les installations de Podberez’e étant tenues secrètes, on ne pouvait risquer qu’un paysan des environs ne croise, éberlué, une Opel dans la rue de son village … Les deux accès aux village sont alors strictement contrôlés par les services spéciaux du ministère de l’Intérieur (nous aurons à y revenir), et il est interdit aux allemands d’en sortir. Rappelons d’ailleurs qu’à quelques kilomètres à vol d’oiseau, sur l’autre rive de la Volga, les équipes de l’Académie des Sciences d’URSS commençaient tout juste les travaux de construction du premier accélérateur à particules soviétique. L’histoire de ces spécialistes allemands prend rapidement fin, au carrefour de plusieurs événements importants. L’indépendance de la RDA, la mort de Staline en 1953, et l’accomplissement des principales missions qui avaient été initialement dévolues aux spécialistes allemands rendent leur présence sur place de moins en moins nécessaire. Les derniers ingénieurs quittent Podberez’e en 1953. Il ne reste aujourd’hui que peu de traces matérielles de leur présence : outre l’école dans laquelle les petits allemands étudiaient, certaines des maisons des ingénieurs ont résisté au temps et offrent aujourd’hui un spectacle désuet. Cependant, cette « aventure allemande » a inauguré plus d’un demi siècle de privilège et de cosmpolotisime qui fondent aujourd’hui le caractère de Dubna.

 

Ce billet se base sur les travaux menés par MM. Kushinov, Sobolev, Gor et Hazanov sur la contribution des spécialistes allemands à l’aéronautique soviétique au lendemain de la seconde guerre mondiale. Je remercie d’ailleurs très chaleureusement M. Prislonov, ancien secrétaire du Parti Communiste d’URSS à Dubna pour son aide précieuse dans la collecte de ces documents. Entre autres sources :

KUVSHINOV S.V., SOBOLEV D.A., ob ucasti nemeckih aviakonstruktorov v sozdanii peaknitvnyh samoletov v SSSR (le rôle des spécialistes allemands dans la construction des premiers avions à réaction en URSS), VIET n°1, pp. 103-115, Moscou, 1995

SOBOLEV D.A., HAZANOV D.B., Nemeckij sled v istorii otechestvennoj avjatsii (la trace allemande dans l’histoire de l’aviation nationale)

Une page Internet est aussi en partie dédiée à cet épisode.

 

Posted in Dubna, Non classé | Leave a comment

Carnet de terrain : premiers pas dans une ancienne ville soviétique d’élite, Dubna.

Au centre ville, sur la rue Joliot-Curie. Une ancienne maison de chercheur.

En arrivant de Moscou par l’express qui relie directement la capitale à la Naukograd de Dubna, la première impression, qui s’avérera assez juste par la suite, est celle d’une petite ville bien tenue, juchée sur un coin de Volga, au milieu de la forêt. Après un premier arrêt dans la ville de Dmitrov (à environ 40 minutes au nord de Moscou), le train s’enfonce dans une épaisse forêt qui ne s’éclaircit qu’une fois franchie la rivière Dubna, qui sert de frontière naturelle à la ville. Dubna compte deux gares : la première en venant de Moscou, celle de Bolshaja Volga (Grande Volga), est moderne, et arbore avec fierté son statut de Naukograd à travers d’imposants écriteaux. Je ne m’arrête pas dans cette première gare. Historiquement, Bolshaja Volga se situe hors de la partie scientifique de Dubna. Avant la fondation de la ville, ce n’était qu’un lieu-dit juché à quelques centaines de mètres du barrage hydroélectrique d’Ivankovo construit sous Staline, et qui ferme le lac artificiel éponyme. La plupart des voyageurs descendent à la gare de Bolshaja Volga : ce quartier est en effet devenu le poumon économique de Dubna dès la fin des années 1980, et les façades modernes qui le composent font face à la Volga. Le train reprend sa route jusqu’à son terminus, la gare de Dubna, située à 2 kilomètres à l’est.

Les bâtiments modernes de Bolshaja Volga, sur le Perspective Bogolubov, percée à la fin des années 1980 afin de relier Bolshaja Volga à la ville scientifique.

Le paysage urbain change radicalement. Après avoir traversé un agréable mikrorajon pourvu d’un grand nombre de jeux pour enfants qui ajoutent une touche colorée sous ce soleil de printemps, le train pénètre dans Institutskaja Cast’ (le quartier de l’Institut). Il s’agit de la ville « historique », construite dès 1949 autour de l’accélérateur de particules qui accueille dès 1956 l’Institut Unifié de Recherches Nucléaires. Les bâtiments sont nettement moins hauts, composés de ces briques réfractaires qui caractérisent si bien l’architecture khrouchtchévienne. Moins colorés, ils n’en sont pas moins agréables à contempler lorsqu’ils s’élèvent au-dessus des bouleaux et des pins.

"Ville de sciences, de culture et de sport !"

Car la toute première impression que j’ai en descendant du train, c’est de ne pas être en ville. Je laisse passer devant moi les groupes de jeunes moscovites qui, une bière à la main, viennent passer ce week end long à la campagne. Après quelques minutes de marche vers mon hôtel, le caractère « bucolique » du paysage se confirme. Les bâtiments sont de deux types : il y a les éternels immeubles en brique (pas plus de 3 étages) et des maisons de deux étages maximum, dont l’architecture frappe celui qui a déjà été confronté à l’urbanisme soviétique. Les façades sont jaunes ou bleues, et rappellent dans les formes nos chalets alpins. Imaginez le tout reposant paisiblement sous une véritable forêt de bouleaux et de pins, le bas-côtés des rues composé de limon sablonneux mêlé d’aiguilles et de pommes de pins. Sous ce soleil, le paysage rappelle vaguement celui des Landes.

Dans le "centre"

Je suis également frappé par le peu de voitures. Bien sûr, Dubna ne compte que 60 000 habitants. Mais en comparaison d’une ville française de la même taille, la circulation y est tout à fait anecdotique. En revanche, la majorité des gens se déplacent à vélo, renforçant l’impression de pénétrer dans un agréable lieu de villégiature.

Très vite je comprends que la ville a été conçue, pensée comme une vitrine du socialisme « à visage humain ». Rappelons que cette ville lovée dans la forêt est construite autour d’un accélérateur à particules et d’un synchrotron (les précisions techniques sur l’utilité de ces installations suivront dans un prochain billet), et que l’endroit a été, il y a plus de vingt ans, peuplé uniquement de chercheurs, de techniciens et de personnes utiles à ces installations. Or, il faut savoir que ces installations avaient un rayonnement international. L’IURN est fondé en 1956 sur le modèle du CERN européen comme un organisme de coopération interétatique pour la recherche dans le nucléaire civil. L’IURN est ainsi l’équivalent du CERN pour le Pacte de Varsovie. Dès la fin des années 1950, ce sont des centaines de chercheurs, académiciens et professeurs venant de Corée du Nord, d’Allemagne de l’Est, de Hongrie … qui s’installent dans la ville. Dès lors nous comprenons l’intérêt que les urbanistes ont pu porter à l’établissement d’un cadre de vie agréable. Les élites étrangères qui venaient travailler ici devaient percevoir le grand frère soviétique de manière positive, et Dubna servait de cadre à l’illustration d’un socialisme triomphant, agréable et pacifique, faisant la part belle à l’amélioration de la condition humaine à travers la recherche scientifique dans un domaine aussi prestigieux que celui de l’atome.

La maison de la Culture

Car la ville de Dubna a très peu changé depuis 1991. Loin du « cœur économique » de Bolshaja Volga, le quartier de l’institut semble être resté en l’état. Les quelques magasins présents se sont installés dans les locaux des ces anciens universam qui fournissaient aux habitants profusion (dans l’échelle des valeurs soviétiques!) de produit de qualité. Très peu de publicités sont visibles, qui renforcent l’impression d’évoluer au milieu d’un « fossile urbain ». Aujourd’hui comme sur les photographies des années 1960, Dubna semble véritablement construite dans la forêt, comme si celle-ci n’avait pas disparu et que les bâtiments n’étaient que d’éphémères invités au milieu de l’immense forêt russe.

Désormais je comprends mieux les mots du vice-maire de Dubna, M. Dzjiuba, lorsqu’il écrivait en 2001 : «  Dubna, c’est une ville-île, presque entièrement entourée par les eaux (celles de la Volga, de la Dubna, de la Sestra et du Réservoir d’Ivankovo lui servent d’ailleurs de frontières) et par les forêts. La ville se caractérise par un agréable microclimat qui ne se fonde pas uniquement sur des paramètres naturels, mais également sociaux.[...] Il nous incombe de sauvegarder ce patrimoine ».

Dubna est ainsi un « territoire de puissance » assez étonnant. Au contraire d’autres lieux d’accomplissement du projet idéologique de l’URSS, la puissance a ici un visage agréable, loin des villes fermées de l’Oural ou de la Baltique. En fait, il semblerait que Dubna ait été, et soit encore l’antithèse d’une ville fermée. Avec sa population issue de tous les pays du pacte de Varsovie, ses magasins bien achalandés, ses rues et ses cours ombragées, Dubna a plutôt été la « vitrine » d’une puissance à taille humaine dont l’ultime finalité est le bien commun, la paix et le progrès scientifique. En gros, une illustration dans le territoires de ces « lendemains qui chantent », ou tout du moins de cette dialectique libératrice, de cet ordre matérialiste qui, par la connaissance, devait triompher du chaos d’une nature indomptée dont les démocraties bourgeoises ne seraient que l’expression politique. Car Dubna a aussi été un territoire de la Guerre Froide, ne l’oublions pas !

"Travail, Liberté, Egalité, Fraternité, Bonheur"


Posted in Dubna, Non classé | 1 Comment