Réflexions sur une « iconologie territoriale » de l’URSS. Le cas de Bruno Pontecorvo.

Bruno Pontecorvo en 1955 (copyright expiré)

Alors que le concept de territoire de puissance fait son chemin dans mes recherches, je pense être arrivé à un point où il est impossible de poursuivre dans cette voie sans étudier de près quelques trajectoires individuelles qui s’élèvent en symbole de mon hypothèse.
La dialectique marxiste-léniniste, en tant qu’objectivation politique d’un projet tout entier fondé sur les logiques du matérialisme, se doit de faire la part belle aux sciences. Sans parler de la guerre froide ou de l’idée de compétition Est-Ouest, chaque progrès scientifique notoire est considéré comme un pas de plus vers la société communiste. Egalitaire et rationalisée, celle-ci devait puiser dans la science les ressources essentielles à son développement afin d’en finir avec l’hostile chaos de la nature, dont la traduction politique première est l’idée de classe. C’est dans ce contexte idéologique que les grandes figures de la science soviétique se développent, de Serguei Korolev a Igor Kurchatov comme des « icônes », symboles vivants des réalisations du socialisme dans leurs domaines respectifs.
C’est également dans ce contexte que (re)naissent nos « territoires de puissance », entre impératifs idéologique et stratégiques. Le territoire dédié à la puissance de l’URSS serait l’émanation concrète d’une situation objective située quelque part entre ces deux extrêmes de la pensée que sont la conceptualisation idéologique et les nécessités matérielles et symboliques du rapport de force. Et si ces territoires doivent être étudiés en tant que tels, il me semble inéluctable et nécessaire d’en faire autant avec les figure iconiques façonnées par le discours soviétique. Ce que je nomme – de manière un peu barbare – « iconologie territoriale » pourrait se comprendre comme la rencontre d’un homme avec un espace géographique au sein d’une destinée commune forgée dans les représentations. Dans ce sens, la figure iconique soviétique pourrait permettre de mieux saisir la portée symbolique d’un territoire dont le récit correspond à celui de l’homme dans les buts à atteindre.
C’est pourquoi je crois bon d’évoquer ici le destin singulier du physicien Bruno Pontecorvo, et de lier cette trajectoire individuelle à mes recherches sur la représentation de Dubna en tant que territoire de puissance.

Caricature offerte à Pontecorvo pour son anniversaire par des collègues physiciens soviétiques. Copyright JINR

Biographie succincte

Bruno Pontecorvo est le fils d’un négociant en textiles installé à Pise. Né en 1913, il est durant toute sa scolarité un élève brillant qui montre rapidement ses prédispositions pour les sciences dures. Au terme de son cursus universitaire, il est recruté par le célèbre physicien italien Enrico Fremi en 1934 et rédige sa thèse de doctorat au sein de ce groupe de recherche mondialement renommé. En 1937, de nouvelles lois antisémites sont votées par l’Italie de Mussolini et Pontecorvo, d’origine juive, choisit de s’exiler en France où ses recherches sont financées par le CNRS. Au moment de la débâcle de mai 1940, il choisit une fois de plus l’exil en s’installant aux Etats-Unis, où il est rapidement recruté comme ingénieur par une société d’exploitation pétrolière. Mais dès 1943, Pontecorvo est contacté par le gouvernement britannique qui recherche activement des physiciens dans le cadre d’un projet secret anglo-canadien de recherche sur l’énergie nucléaire. Installé à Montréal, ce groupe de recherche nucléaire du Commonwealth jouit d’une relative indépendance par rapport au faramineux projet Manhattan qui permet aux américains de disposer de l’arme atomique dès 1945. En 1943 donc, Pontecorvo intègre le groupe anglo-canadien de Montréal et devient sujet de la Couronne britannique. De récentes recherches dans les archives déclassifiées du MI6 indiquent que Pontecorvo bénéficie dès cette époque-là d’une security clearance (habilitation à accéder à des informations classifiées) assez élevée, quand bien même les agents du FBI chargés d’enquêter sur lui aient trouvé à son domicile de nombreux ouvrages et brochures attestant de ses opinions communistes. Aussi pouvons-nous nous risquer à avancer qu’en ce temps-là, la perception d’une menace communiste n’en était qu’à son stade « embryonnaire ». Après la victoire sur le III ème Reich, il devient cependant clair que le prochain ennemi est tout désigné. Pontecorvo se voit proposé en 1945 d’intégrer comme chercheur le prestigieux centre de recherche britannique de Harwell, toujours dans le domaine de l’énergie nucléaire.

Défection et passage à l’Est

Il convient de rappeler au lecteur qu’en ces années 1945-1950, quand bien même certains journaux américains trouvaient encore sympathique la frimousse moustachue d’Uncle Joe, une véritable guerre secrète fait rage entre l’Union Soviétique et les anglos-américains dans le domaine des recherches nucléaires. Sur la scène internationale, je ne reviendrai pas sur les raisons évidentes qui poussent Staline à vouloir que l’URSS se dote de l’arme atomique le plus rapidement possible, par tous les moyens possibles. Sur la scène publique américaine, cette guerre d’espions se traduit par la montée progressive de l’anticommunisme, porté à son paroxysme par le sénateur MacCarthy et sa célèbre «chasse aux sorcières». Aux oubliettes, le sourire complice de Joe. Le communisme s’affiche dans les colonnes des journaux américains comme une menace sérieuse, résumée par ce simple nom : Rosenberg. Il n’est pas question de retracer ici le terrible chemin qui mena les époux Rosenberg jusqu’à la chaise électrique. Accusés d’avoir livré aux « rouges » des informations capitales concernant la conception de bombes atomiques, ils sont d’abord le symbole d’une époque marquée par une certaine « paranoïa » volontairement entretenue par Staline. D’ailleurs, les époux Rosenberg sont arrêtés sur aveux de deux «espions à la soldes des communistes» découverts en 1950 : Harry Gold et David Greenglass. La même année, et suivant un recoupement d’informations aussi minutieux qu’obstiné, les services de renseignement américains et britanniques arrêtent Klaus Fuchs, chercheur à l’institut Harwell (on trouvera des informations sur cet institut sur le site de la Nuclear Decommissioning Authority britannique) accusé de livrer des informations secrètes aux soviétiques. Pour Pontecrovo, il semblerait que cette arrestation ait été un déclic. Fuchs était un collègue de Pontecorvo, mais nous ne savons toujours pas quel était la nature de leur relation. Toujours est-il que pour Pontecorvo, la décision est prise : lui qui n’a jamais clamé haut et fort ses convictions communistes sent se mettre en branle autour de lui la sinistre noria des arrestations qui probablement lui rappellent sa situation de juif dans l’Italie de Mussolini et la France de 1940.
En octobre 1950, Pontecorvo et sa famille sont « exfiltrés » vers l’Union Soviétique. Sa présence sur le territoire de l’URSS ne sera officiellement confirmée que cinq ans plus tard, lors de sa première conférence de presse donnée à Dubna en faveur de l’utilisation pacifique de l’atome. Nul doute qu’entre temps, le MI6 et la CIA aient su exactement où il était. Mais pour le grand public, le mystère de sa disparition engendra toute une série d’interprétation cocasses : fuite en sous-marin, enlèvement forcé par les « rouges » … En fait, la réalité de son départ, bien moins spectaculaire, permet de mieux saisir la réalité du secteur nucléaire soviétique des années 1950. Depuis les années 1930, Pontecorvo était en lien avec des organisations communistes clandestines italiennes. En 1950, après l’arrestation de Fuchs à Harwell, il décide de contacter l’un de ses camarades italiens, Giulio Seniga, qui publie les détails de l’affaire en 1992. Seniga contacte les autorités soviétiques et les informent du souhait de Pontecorvo de passer à l’Est. Celui-ci profite de vacances à Stockholm où sa famille le rejoint de Rome pour fausser compagnie aux agents de sécurité britanniques. Après une nuit à l’ambassade soviétique de Suède, il s’envole avec son épouse et ses deux enfants pour Helsinki où un navire soviétique les attend. Débarqués dans la région de Leningrad, ils rejoignent Moscou en train où ils se voient attribuer immédiatement un luxueux cinq pièces sur l’avenue Tverskaya, où résident de nombreuses personnalités du régime.
Pour la petite histoire S. Truchetti rapporte, dans un article publié dans le British Journal of History of Science, que « l’affaire Pontecorvo » aurait été grandement minimisée par le gouvernement britannique, allant même jusqu’à nier que le scientifique italien ait bénéficié d’une accréditation lui permettant d’avoir accès à des informations top secrètes. En 1950, le gouvernement de sa Majesté s’apprête à signer avec les Etats-Unis le Atomic Energy Act, par lequel les américains peuvent puiser dans les stocks britanniques d’uranium en échange d’importants transferts de technologies qui préfigurent la logique du système de dissuasion nucléaire de la Grande-Bretagne sous contrôle américain. On comprend alors l’embarras des autorités britanniques lorsque l’un de leurs scientifiques «s’enfuit» en Union Soviétique [1].

Physiciens soviétiques travaillant sur l'accélérateur à particules de Dubna. Photo non-datée. Copyright JINR

Pourquoi passer à l’Est ? Convictions et représentations

Au-delà des faits, il est intéressant de se pencher sur les motivations qui ont poussé Pontecorvo à rejoindre Moscou. Celles-ci témoignent de la représentation qu’avaient certains occidentaux de l’Union Soviétique et de son complexe nucléaire. Rappelons qu’en 1950, l’Union Soviétique dispose depuis un an déjà de la bombe atomique. Au terme de sa vie, en 1992, Pontecorvo se confie à un journaliste de The Independent, à qui il explique : «le communisme était pour moi comme une religion révélée … avec ses mythes, et ses rites pour l’expliquer. C’était absolument illogique. L répression de l’insurrection de Budapest [en 1956] ne fit pour moi aucune différence». Même la fuite d’Andreï Sakharov à l’Ouest ne provoqua rien : «je l’ai toujours admiré en tant que scientifique et homme de grande intégrité. Cependant, pour moi il était naïf… En fait, c’est moi qui était naïf» [2].
Rappelons que ces paroles sont enregistrées en 1992, année de terrible désillusion pour l’ex-URSS. Le frère de Bruno, Gilo Pontecorvo (réalisateur entre-autre du film longtemps censuré en France La bataille d’Alger) se souvient de ses convictions d’alors : «Le cas de Bruno était très simple. Il m’a dit ‘oublie tous les mensonges qu’on raconte. On vit une époque de grands changements’. Il y avait cette croyance en une ville du futur. Cette croyance était presque irrationnelle, mais était entretenue par toute une génération, et surtout par des intellectuels … Il était de cette religion, pour laquelle le capitalisme équivaut à la guerre, aux crises et au racisme. Et que tout cela devait être bouleversé pour créer un monde nouveau. Il était comme les premiers chrétiens, qui croyaient en quelque chose de beau, quelque chose qui n’existait pas» [2]. Le physicien soviétique G.P. Dzhelepov se souvient ainsi que lors d’une réunion, on posa à l’épouse de Pontecorvo la question suivante : «pourquoi êtes-vous venus en URSS ?» Et celle-ci de répondre : «Comment ça pourquoi ? Mais pour construire le communisme !» [3].
Pontecorvo avoue lui-même que ses premiers doutes sont apparus lors du printemps de Prague, en 1968, mais que sa « prise de conscience » intellectuelle s’est étalée jusqu’à la chute de l’Union Soviétique.

Pontecorvo à Dubna sous Khrouchtchev : âge d’or de l’atome internationaliste et pacifique.

Sans vouloir trop nous attarder sur des souvenirs et des opinions personnelles, celles de Pontecorvo reflètent assez bien l’ambiance intellectuelle et politique qui régnait au sein de la communauté des scientifiques du Dubna. Leur croyance en un avenir radieux était soutenue par les preuves matérielles que leur fournissait leur ville bien tenue, tranquille, où l’on ne manquait de rien. Ici, il convient de s’arrêter quelques instants sur les témoignages de physiciens soviétiques qui ont connu Pontecorvo. Celui-ci, apprend-on, était passionné de cinéma. Assez régulièrement, il organisait des projections de films non censurés pour le plaisir de ses collègues : Fellini, Godard … Aussi ces projections étaient-elles animées par des cercles de cinéphiles où l’on pouvait parler librement sans craindre de contrôle trop strict. De même, V.A. Chernogova, physicienne à Dubna, rapporte ce que j’ai pu vérifier lors d’entretiens avec des « vétérans » du complexe nucléaire de Dubna : Pontecorvo adorait le sport, et on le voyait souvent le week-end sur son bateau à voile, ou bien en train de faire son footing dans la forêt [4]. J’ai pu remarquer le touchant attachement que les habitants de Dubna témoignent aujourd’hui encore à l’égard de «Notre Bruno Maksimovitch» (si le « notre » a en russe une connotation positive, nous pouvons remarquer la russification du nom de Pontecorvo, dont le prénom est complété du patronyme. Son père s’appelait Massimo). Outre cette liberté de manœuvre, Pontecorvo jouissait à Dubna d’un excellent cadre de vie. Installé dans l’une de ces maisons réservées aux sommités de la science nucléaire soviétique, il se rendait chaque jour à son laboratoire à vélo, en passant par une paisible forêt de sapins aujourd’hui encore peuplée par de nombreux écureuils.

Pièce de théâtre ... jouée par des physiciens à Dubna ! Photo non-datée. Copyright JINR

Il est intéressant de remarquer que nous ne disposons que de très peu d’informations sur la vie de Pontecorvo entre son arrivée en URSS (1950) et sa première apparition publique à Dubna en 1955, un an avant la création de l’Institut Unifié de recherche nucléaire qui devait faire de la ville un centre international de recherche sur l’énergie nucléaire. Les anecdotes rapportées ci-dessus datent toutes de périodes postérieures, notamment les années 1960, vécues comme un véritable « âge d’or » à Dubna. Ces « trous noirs » ne sont pas anodins. Et si les souvenirs du « bon vieux temps » se concentrent dans les années 1960, ils nous en apprennent beaucoup sur la représentation de la ville en tant que territoire de puissance. Dubna est une ville qui s’est développée après le XX ème congrès du PCUS, lors duquel Khrouchtchev lit son fameux rapport secret dans lequel il critique les dérives totalitaires du stalinisme. Gardons-nous cependat de faire de Pontecorvo un symbole du XX ème congrès et de la dénonciation du stalinisme. Dans un témoignage, le physicien soviétique Serguei Gershtein témoigne :

La définition que Bruno avait du communisme relevait presque de la religion. La plupart des communistes occidentaux, en ardents défenseurs du communisme soviétique, étaient partisans d’un « communisme à visage humain » et pensaient lutter pour le bonheur du genre humain. Mais depuis que le dogme scientifique avait établi que l’utopie ne pourrait être atteinte qu’à l’aide de la dictature du prolétariat, ils ont justifié la suppression des libertés en URSS avant tout le monde, en appréhendant absolument pas les atrocités et les crimes, en ne comprenant pas qu’il s’agissait, en lieu et place de la dictature du prolétariat, d’une dictature des apparatchiks. Mais la religion ne permet pas le doute. Je me souviens comment, au moment du XXII congrès du PCUS, qui devait en finir avec le culte de Staline, un camarade demandait à Bruno : « Etait-il possible que les communistes étrangers n’aient rien su de tout ça avant ? – « oui », répondit Bruno. « Dans les années 30, tous les journaux bourgeois écrivaient là-dessus, mais nous pensions que ce n’était que mensonges. Et les communistes qui les ont finalement cru on mal fini, dans les rangs du parti fasciste ». [5]

 

Session d'ouverture de l'Institut Unifié de recherches nucléaires. Dubna, 1956. Copyright JINR

Sans entrer dans le détail, l’idée de Khrouchtchev était de sortir du paradigme stalinien de la « forteresse du socialisme » assiégée et de revenir à certains fondamentaux du marxisme-léninisme qui veulent que la révolution et la marche vers le communisme soit mondiale. Mais Khrouchtchev était conscient des forces et faiblesses de l’Union Soviétique des années 1950. Lors de ses voyages aux Etats-Unis, il a pu constater le retard de son pays dans la production légère, notamment les biens de consommation. L’idée du système khrouchtchévien, développée de manière brillante par Sari Autio-Sarasmo, est de sortir de cette situation tout en rétablissant le communisme comme finalité du système soviétique. Ainsi, les réformes visent dès la fin des années 1950 la production légère et la construction de logement car la réalisation du communisme passe évidemment par l’augmentation matérielle du niveau de vie des travailleurs. Mais comme l’avance Autio-Sarasmo : « l’une des grandes difficultés de l’URSS résidait dans son incapacité à transformer ses hautes technologies (créées pour le VPK, l’atome ou l’espace) pour une utilisation « civile » [6]. Pour cela, le gouvernement soviétique a besoin d’un apport massif de technologies occidentales, ainsi que Lénine lui-même l’avait voulu dans les années de la NEP. Ces technologies devaient être intégrées au système de production soviétique très performant dans les domaines de pointe tels que l’atome, l’espace, l’armement ou l’acier. Or, ce transfert de technologies nécessite dans les esprits l’acceptation du « cosmopolitisme » (c’est à dire la collaboration avec des étrangers) si honni par Staline. Bien entendu, et malgré le nouveau concept de « coexistence pacifique » prôné par Khrouchtchev et ses homologues américains, la collaboration avec l’Ouest ne peut être que limitée pour des raisons évidentes d’idéologie et de maintien des structures du socialisme soviétique.
Ainsi Dubna et Pontecorvo apparaissent comme des illustrations tout à fait intéressantes de cette période faste de l’URSS : cosmopolitisme, internationalisme et progrès forment un triptyque au sein duquel la ville va évoluer. Dubna, avec l’inauguration de l’Institut Unifié de recherches nucléaires (JINR) en 1956 se place tout à fait dans l’optique de ce cosmopolitisme, puisque l’Institut est fondé dans l’optique d’une coopération «mutuellement bénéfique» des Etats qui souhaitent y participer. Comme une image réduite du projet khrouchtchevien, Dubna se transforme. Les maisons semi-individuelles construites sous Staline sont abandonnées car jugées « petites bourgeoises », et on leur préfère l’idée du Mikroraion, ces immeubles d’habitation si typiques du paysage soviétique. Pontecorvo l’occidental accepté au sein du projet khrouchtchevien grâce à ses opinions, peut quant à lui projeter ses films non-censurés et organiser des débats au nom de ce cosmopolitisme.
Aujourd’hui encore, Dubna est marquée par cette époque faste qui l’a vue naître. Idéalisée, son incarnation physique la plus répandue en reste Bruno Pontecorvo, symbole de cette amitié internationale des peuples travaillant à l’utilisation pacifique de l’atome et fustigeant l’utilisation militaire faite par les Etats de l’Ouest, poussant les travailleurs soviétiques à s’armer à leur tours afin de défendre la révolution.

On imagine alors bien comment, réunis autour de leur poste Mayak dans une salle où flotte un épais nuage de tabac, les scientifiques soviétiques, tchécoslovaques, hongrois, cubains du JINR ont dû, anxieux, suivre heure par heure l’avancée du navire Iouri Gagarine qui se dirigeait droit sur les bâtiments de l’US Navy lui barrant la route de Cuba. C’était en 1962. Bruno Pontecorvo ainsi que la plupart des physiciens de Dubna croyaient encore à la marche radieuse vers le communisme.

"L'atome n'est pas un soldat, l'atome est un travailleur !" Slogan inscrit sur le mur d'un immeuble de Dubna

Sources :

[1] TRUCHETTI S., Atomic Secrets and Governmental Lies: Nuclear Science, Politics and Security in thePontecorvo Case, The British Journal for the History of Science, Vol. 36, No. 4 (Dec., 2003), pp. 389-415

[2] RICHARD C., Confessions of an atom spy: Forty years after Bruno Pontecorvo, a British scientist, went to work for Moscow. The Independent, 2 aout 1992

[3] DZHELEPOV G.P. Genii Bruno Pontecorvo, en ligne sur le site du JINR

[4] CHERNOGOROVA V.A., Vospominanija Fiziki (témoignage d’une physicienne), journal Ploshad’ Mira, octobre 2000, Dubna.

[5] GUERSHTEIN S.S., vospominanija i razmyshlenija o Bruno Pontecorvo (souvenirs et réflexions sur Bruno Pontecorvo), disponible en ligne sur le site du JINR.

[6] AUTIO-SARASMO Sari, Khrushchev and the challenge of technological progress, in SMITH J., ILIC M. (dir.), Kurshchev in the Kremlin : policy and government in the Soviet Union 1953-1964, Routledge, 2011, Oxford

 


Imprimer ce billet Imprimer ce billet
This entry was posted in Dubna. Bookmark the permalink.

2 Responses to Réflexions sur une « iconologie territoriale » de l’URSS. Le cas de Bruno Pontecorvo.

  1. Kevin Limonier says:

    Bien vu !
    Merci de me l’avoir signalé

  2. eric verdeil says:

    caucasses, caucases, cosaques ou cocasses?! :-))

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">