Projet de recherche initial …

Je fais le choix de retranscrire ici le projet initial de recherche dans son intégralité, sans aucune modification a posteriori. Même si ce document commence déjà à montrer ses faiblesses, il reflète assez bien mon ambition de départ.

Les anciennes villes fermées soviétiques : de l’enclave stratégique à l’ouverture, les témoins des mutations post-soviétiques. Les cas de Baïkonour, Dubna et Sébastopol.

Répartition géographique des objets d'étude. Cliquer pour agrandir.

Dernièrement, Sébastopol, Baïkonour et Dubna ont respectivement «fait la une» dans les domaines qui faisaient leur renommée à l’époque soviétique. En avril 2010, les gouvernements d’Ukraine et de la Fédération de Russie ont signé un accord bilatéral prolongeant le bail militaire russe sur Sébastopol jusqu’en 2042. En 2001, dans un contexte général de réaffirmation et de lutte contre la misère économique, la ville de Dubna, située à quelques centaines de kilomètres de Moscou, a reçu par décret présidentiel le statut de « cité des sciences » (Naukograd) avant d’être évoquée régulièrement depuis 2007 comme site d’implantation potentiel d’un technopôle; accueillant depuis les années 1960 l’Institut unifié de recherches nucléaires, la ville pourrait devenir selon les autorités un pôles de compétitivité d’envergure mondiale pour le secteur nucléaire. Baïkonour, dans le sud-ouest du Kazakhstan, au-delà des nombreux lancements d’engins spatiaux qui s’y déroulent est, depuis la mise en sommeil du programme américain de navette spatiale, le seul spatioport du monde à partir duquel s’effectuent régulièrement des missions habitées, assurant principalement les rotations de personnels de la Station Spatiale Internationale. En outre, Baïkonour se projette désormais dans des espaces autres, notamment avec le partenariat Ariane-Soyouz qui nécessite de transférer du personnel sur la base européenne de Kourou, en Guyane française.

Constats et hypothèses de départ

Ces trois villes représentent donc des secteurs très distincts, dans des espaces géopolitiques très divers. Avant d’aborder les hypothèses de travail, il convient de constater combien celles-ci sont liées par leur vécu historique de ville fermée à l’époque soviétique, véritable catalyseur identitaire et territorial qui permet de poser la question de leur pérennité en tant que centres spécialisés après 1991.

Souvent créée de toute pièce par l’URSS, la ville fermée doit répondre à un besoin stratégique dans le contexte des rivalités de la guerre froide. A cet égard, Baïkonour et Dubna sont respectivement fondées en 1956 et 1955 : l’une autour du premier cosmodrome russe (dont l’emplacement est choisi en fonction des lois de la gravité), et l’autre autour du premier accélérateur soviétique de particules (installé à quelques centaines de kilomètres de Moscou, afin de permettre aux scientifiques de l’Institut Kourtchatov de s’y rendre facilement). Dans certains cas, à l’image de Sébastopol, le statut de ville fermée peut être octroyé à une agglomération préexistante à cause de sa situation stratégique et des installations militaires qu’elle abrite. Au-delà de leurs applications pratiques, ces villes répondent au projet idéologique de puissance soviétique. Sébastopol, Dubna et Baïkonour permettent de prouver la maîtrise de l’homo sovieticus sur le chaos de la nature, et la supériorité technologique, scientifique et militaire du socialisme. Dans cette optique, ces villes sont pensées et construites uniquement autour de l’activité qui leur donne un sens. Ce caractère unifonctionnel implique la concentration dans un même endroit de personnels spécialisés, d’ingénieurs et de scientifiques précieux dans la rivalité qui oppose Moscou à Washington.

Le besoin de confidentialité autour de telles activités a induit le cloisonnement de ces villes. Les autorisations de résidence (propiska) ne sont délivrées, après enquête de confidentialité, qu’aux personnels indispensables au fonctionnement des installations stratégiques situées sur le territoire de la ville fermée, alors que les citoyens soviétiques ordinaires ne peuvent que très rarement s’y rendre. De plus, les personnes autorisées à résider dans les zones fermées ne peuvent en principe en sortir sans autorisation spéciale. Le cloisonnement est alors interne et externe : il est aussi difficile de rentrer dans une ville fermée que d’en sortir. La ville, peuplée d’ingénieurs ou de personnels indispensables au maintien de l’URSS au rang de superpuissance devient alors un territoire favorisé : les magasins y sont mieux fournis, et surtout la population peut s’identifier de manière unanime à la mission (considérée comme supérieure) qui est la sienne.

Ce cloisonnement se double d’un véritable «court-circuitage» de l’organigramme politico-administratif soviétique. Les villes sous statut d’ «entité administrative et territoriale fermée» ne dépendent pas du pouvoir local, mais sont généralement directement rattachées à Moscou. Dans le cas de Sébastopol, le budget de la ville est ainsi décidé et fourni par le ministère de la défense, et non par la région de Crimée ou la République Socialiste Soviétique (RSS) d’Ukraine. Une proximité de fait s’installe avec Moscou, participant à couper d’avantage la ville de son assise régionale. Évoluant en vase-clos, les populations éduquées et favorisées (ingénieurs, officiers …) de ces villes fermées développent alors, comme c’est le cas à Sébastopol, un sentiment de proximité avec le pouvoir central et les impératifs de la stratégie mondiale soviétique. Cela implique une véritable territorialisation de l’intérêt supérieur de l’URSS dans des lieux bien délimités, où la frontière de la ville fermée constitue une rupture administrative, sociologique, économique et symbolique avec le reste du pays.

Il est alors intéressant de remarquer que ces ensembles urbains continuent d’incarner des domaines d’activités qui faisaient leur renommée et leur particularité à l’époque soviétique. Naturelle à première vue, cette continuité soutenue et financée par les pouvoirs publics russes n’est pas évidente. Tout d’abord parce que ces trois villes se situent désormais sur le territoire de trois Etats souverains différents, et que les frontières ne semblent pas constituer des obstacles majeurs à la poursuite d’activités considérées comme stratégiques pour la Russie. Ensuite parce que l’Union Soviétique, par le biais du statut administratif de ville fermée, avait imposé à ces trois agglomérations de se consacrer uniquement aux activités qui leur étaient assignées dans une perspective idéologique, patriotique et stratégique désormais révolue depuis 1991. La perte de sens induite par la chute de l’URSS et la création de nouvelles dynamiques nationales n’ont pas fait disparaître, à l’instar de ce qui s’est passé dans d’autres villes fermées, des activités pourtant conçue par et pour un Etat qui n’existe plus. Au contraire, l’actualité des dernières années montre une volonté de rétablir ces villes dans leurs missions originelles, suggérant par là une évolution géopolitique particulière aussi bien à l’échelle de la ville qu’à celle de l’espace post-soviétique tout entier. Au sein de ces agglomérations, le fait russe paraît s’être substitué au fait soviétique, quand bien même Baïkonour et Sébastopol soient respectivement situées au Kazakhstan et en Ukraine. De par leurs caractéristiques, ces anciennes villes fermées pourraient constituer des laboratoires géopolitiques permettant de mieux saisir les complexes mutations de l’espace post-soviétique.

Problématique

Le travail devra donc se focaliser sur la mutation des territoires, tant au niveau géographique que symbolique. La question centrale sera celle de l’évolution des représentations de ces trois ensembles urbains réunis, malgré leurs spécificités respectives, autour du thème de la territorialisation de la puissance russe. Quel est aujourd’hui le sens, pour l’ancienne ville fermée comme pour le reste de l’espace post-soviétique, d’une activité intériorisée et déviée de son objectif premier par la disparition du commanditaire final, l’Union Soviétique ? L’apparition des nouveaux Etats indépendants en 1991 et la fin de la guerre froide n’ont pas empêché que se perpétue un véritable « récit territorial » qui fait de la ville fermée la matérialisation d’un projet de puissance pourtant vidé de sa substance politique et idéologique.

L’existence même d’activités spatiales à Baïkonour, nucléaires à Dubna ou navales à Sébastopol, au service des intérêts vitaux de la Russie prouvent qu’une continuité existe malgré l’indépendance du Kazakhstan ou de l’Ukraine, et malgré la fin de la compétition militaro-idéologique entre l’est et l’ouest.

La comparaison entre ces trois villes devrait permettre non seulement de mieux comprendre les mécanismes internes qui permettent le maintien d’une symbolique locale de la spécialisation territoriale, mais également de traiter des différents jeux de représentations et de rivalités qui peuvent découler des distorsions entre la ville (liée au centre) et son assise régionale.

Ce lien, après un demi-siècle de cloisonnement imposé par Moscou, s’appuierait sur la persistance d’une représentation inclusive de l’espace post-soviétique qui subsisterait par delà les frontières créées en 1991, et qui participerait au maintien d’une identité et même d’une vocation citadine à servir les intérêts d’une Russie qui dépasserait largement ses frontières juridiques actuelles.

Objectifs et enjeux.

L’analyse de la continuité qui existe entre la situation soviétique et la réalité contemporaine à Sébastopol, Baïkonour et Dubna implique le traitement de plusieurs questions. Avant toute chose, il conviendra de se livrer à une réflexion sur l’objet d’étude. Le choix de trois villes ayant « réussi » la transition post-soviétique en conservant au coeur de leur identité et de leur économie la spécialisation qui faisait sens à l’époque soviétique est certes un élément central qui donne à la problématique toute sa profondeur. L’un des premiers objectifs sera alors de se livrer à une étude sur la pérennisation de l’activité spécialisée, là où de nombreuses anciennes villes fermées sont soit devenues des «  villes fantôme », soit ont perdu le complexe militaro-industriel qu’elles abritaient. Ce premier élément d’approche devrait permettre de mieux saisir, d’un point de vue dynamique, toute la singularité de Baïkonour, Dubna et Sébastopol par rapport à d’autres agglomérations anciennement fermées.

Ensuite, une fois établie cette « typologie du succès », il conviendra de déterminer dans quelle mesure ces villes sont rattachées à Moscou, et donc comment peut être vécu aujourd’hui l’ancien sentiment de proximité avec le pouvoir central. Cette question sous-tend celle de l’évolution de l’activité spécialisée au coeur de la ville. La représentation de ces ensembles urbains comme outils servant les intérêts vitaux de la Russie découle certes des anciennes structures mentales soviétiques. Mais au-delà du récit territorial (« Sébastopol, ville de marins », ou « Dubna, ville de scientifiques »), il conviendra de déterminer s’il y a corrélation entre le discours (fidèle à la tradition soviétique) et la réalité urbaine. Il sera alors nécessaire d’analyser l’influence sur les populations d’un milieu urbain bâti pour soutenir l’activité stratégique, alors que la rivalité binaire qui donnait sens au complexe militaro-scientifique soviétique n’est plus. La question se posera alors de mettre en lumière les mutations de la culture citadine depuis la chute de l’URSS : les habitants de Baïkonour, Dubna et Sébastopol se sentent-ils investis d’une mission au service de la puissance russe ? Mais la puissance russe se limite-t-elle aux frontières juridiques de la Fédération ? Les habitants de Baïkonour par exemple ne peuvent-ils pas se représenter l’activité spatiale de leur ville comme au service d’une communauté issue de l’URSS ? Il pourrait découler d’une telle analyse des outils nouveaux pour comprendre les mutations identitaires dans l’espace post-soviétique. Comme nous avons pu le montrer dans le cadre d’une précédente étude sur Sébastopol, la dimension identitaire est centrale, alors que l’activité dite « stratégique » héritée de l’époque soviétique s’intègre au patrimoine culturel urbain d’une ville peuplée à 90% par des russophones, permettant ainsi d’affirmer une tradition contre les tendances centrifuges du nouveau gouvernement ukrainien [MALGIN, 2000]. La flotte de mer Noire basée à Sébastopol est un faire-valoir identitaire qui prouve la continuité de certaines structures de la ville fermée. De par l’ancrage urbain très particulier de la flotte, le pouvoir central de Moscou peut se trouver dans une relative situation de proximité avec Sébastopol, allant dans le sens des aspirations identitaires d’une population farouchement opposée à la construction d’une culture nationale ukrainienne. La culture citadine est alors un « vouloir vivre ensemble » issu d’une idéologie soviétique niant les particularismes nationaux. Ces anciennes villes fermées, de par la volonté politique de voir se perpétuer la tradition d’une économie unifonctionnelle, constituent ainsi des territoires de la mémoire russe [NIVAT, 2007] objectivés par un projet économique ou stratégique, posant la question de l’identité et du rôle de l’héritage soviétique dans un espace politique morcelé où la volonté de réaffirmation a remplacé l’affrontement binaire est-ouest.

Méthodologie

Il convient ici d’aborder la manière de traiter une telle problématique. Il s’agira tout d’abord de définir un cadre théorique, avant de le compléter par des démarches pratiques adéquates, réalisables par la maîtrise de certains outils et processus.

  1. Volet théorique

La méthode la plus opportune pour accomplir cette étude comparative, du fait des nombreux niveaux d’analyse et de la centralité de la notion de territoire, est la méthode géopolitique. Celle-ci consistera d’abord à faire de l’approche multiscalaire un fil conducteur constamment alimenté par l’observation cartographique, indispensable pour analyser interactions et rivalités. Cette méthode devrait s’avérer d’autant plus utile que le cloisonnement des objets d’études à l’époque soviétique ainsi que leur spécialisation induisent des logiques et des inscriptions territoriales particulières, dont la compréhension est centrale dans l’élaboration de ce travail. Il est déjà permis, afin de saisir l’enjeu des représentations territoriales, d’envisager au moins trois niveaux d’analyse différents.

A l’échelle de l’espace post-soviétique, il conviendra de traiter de l’insertion de ces villes dans le maillage territorial de l’ex-URSS, ainsi que leur inscription dans leurs contextes géopolitiques respectifs. Du fait de leur passé, il est clair que l’organisation des infrastructures et des communications touchant aux anciennes villes fermées peut être un premier élément d’approche, alors que leur situation politique, juridique ou même ethnique devrait compléter l’observation géographique. Ici, la diversité des objets d’étude est totale. Pourtant, bien que Dubna soit à proximité directe de Moscou, Sébastopol située sur une presqu’île ukrainienne ou Baïkonour au milieu de steppes du Kazakhstan, la comparaison des ancrages territoriaux et du rôle joué par ces villes au sein de leurs contextes géopolitiques respectifs pourrait fournir un premier élément d’approche quant à la représentation de ces territoires de puissance.

A l’échelle régionale, il s’agira alors de poser la question de l’enclave stratégique et de sa représentation, mais aussi des rivalités qui peuvent survenir entre l’ancienne ville fermée (valorisée par sa spécialisation) et son environnement régional après cinquante années d’isolement. A l’échelle de la ville, il sera alors question de l’inscription du complexe industriel au sein du paysage urbain, son importance et son impact sur la ville, son aménagement ou l’organisation de son système social et politique, jusqu’à montrer comment celui-ci a pu modeler l’identité urbaine et le récit territorial.

Au-delà de l’approche géographique, la prise en compte de l’histoire est ici une conditionsine qua non. Chacune des trois villes dispose de sa propre genèse territoriale, qui participe, dans les différentes échelles ci-avant décrites, de la construction des diverses représentations et de la mise en oeuvre des rivalités et interactions.

  1. Volet pratique

Afin d’appliquer une telle démarche théorique, il est nécessaire de disposer des outils pratiques correspondants. A ce titre, la littérature occidentale fournit des sources qui constitueront la première base réflexive du travail, dans une première tentative de clarification, de hiérarchisation et d’identification des enjeux. Loin d’être suffisante, cette base documentaire sera considérablement enrichie par la littérature russe abordant le sujet.

Mais au-delà de la recherche documentaire, l’investigation de terrain sera véritablement au coeur de la démarche suivant deux procédés complémentaires. D’une part, les enquêtes de terrain viendront enrichir et illustrer l’approche multiscalaire, alors que l’observation empirique des lieux étudiés pourra s’avérer fort utile afin d’approcher la réalité du terrain et d’établir une cartographie originale. Au niveau des personnes, il s’agira de rencontrer, lors d’entretiens ouverts, des profils investis tels que ceux des conseillers municipaux, membres d’associations ou de mouvements politiques, acteurs indispensables pour comprendre les logiques de rivalité. Journalistes locaux et universitaires seront également, de par leur connaissance des enjeux et leur relative neutralité, des soutiens indispensables. Il sera également utile de rencontrer ingénieurs et acteurs retraités de ces villes, dans la mesure où ils pourraient faire le lien entre passé et présent, entre deux logiques territoriales et urbaines : celle de l’époque soviétique, et celle de la Russie contemporaine. Les experts des domaines techniques incarnés par ces villes peuvent eux aussi apporter un éclairage supplémentaire quant à l’organisation du complexe industriel, afin de mieux saisir son impact sur la population. Au niveau des lieux, l’utilisation de la photographie et de l’observation pourra permettre de saisir certaines réalités urbaines et de mieux « s’approprier » l’objet d’étude.

D’autre part, l’investigation de terrain sera complétée par la collecte d’archives dans les services susceptibles d’avoir des informations ouvertes concernant Dubna, Baïkonour et Sébastopol. L’objectif sera de mieux comprendre le développement de la ville, mais aussi les représentations territoriales ainsi que les rivalités antérieures, notamment entre la ville et le centre, ou entre la ville et sa périphérie. A ce titre, plusieurs organismes peuvent être privilégiés pour la collecte d’archives : bibliothèques municipales, archives communales ou de quartier, mais également archives ouvertes de l’académie des sciences de la Fédération de Russie, de l’institut de physique nucléaire Kourtchatov, de l’agence spatiale russe Roskosmos ou de l’état major de la marine. Ces données russes pourraient d’ailleurs être complétées par une collecte au sein des archives déclassifiées des armées françaises ou de l’OTAN concernant le complexe militaro-industriel soviétique.

Calendrier et faisabilité dans le temps imparti (3 ans)

Plusieurs phases de travail peuvent être envisagées.

  • La phase 1 devrait durer entre 4 et 6 mois, et porter sur la collecte des fonds documentaires en France. Durant cette première période, il s’agira surtout d’acquérir, par la lecture des ouvrages disponibles dans la littérature disponible en France, une connaissance suffisante de l’histoire et des enjeux que représentent ces villes fermées pour envisager une première investigation de terrain.
  • La phase de 2 sera celle d’une première enquête de terrain, organisée sur la base des connaissances acquises lors de la phase 1. Cette phase devrait durer environ 3 mois, et nécessiter un déplacement à Dubna et à Baïkonour, mais pas à Sébastopol ; l’intérêt de cette phase est de « faire connaissance » avec le terrain, les organisations, la culture et l’histoire locale. Ayant déjà eu l’occasion d’effectuer ce travail à Sébastopol en mars-avril 2010, il serait superflu à ce stade du travail de s’y rendre encore une fois.
  • La phase 3 devrait consister en une activité de synthèse et de problématisation des données récoltées lors des phases 1 et 2. Durant cette phase, qui devrait durer entre 4 et 6 mois, il conviendra de fixer les premiers questionnaires d’entretien par rapport aux conclusions des deux premières phases, et de procéder à une collecte d’archives à Moscou (Académie des sciences, état-major de la marine …) dans une optique sélective. A ce stade du travail, la connaissance du sujet se fait plus claire, et il devrait être possible de fixer un véritable cadre aux investigation de terrain, afin d’éviter toute dispersion inutile.
  • La phase 4, qui devra durer au moins 9 mois, sera celle des investigations sectorielles, c’est à dire l’étude séparée de chacun des objets d’étude. Elle consistera en un travail d’approfondissement des connaissances requises pour la compréhension de chacun d’entre eux, séparément. Il semble alors raisonnable de penser qu’une grande partie de cette phase se déroulera in situ.
  • La phase 5 intervient après deux ans de recherches. Pour cette dernière année, l’enjeu sera celui de la restitution des connaissances, de la mise en commun des différents travaux de terrain.

Bibliographie

HELLER M., NIQUEUX M., Histoire de l’utopie en Russie, Presses Universitaires de France, 1995

LACOSTE Y. Dictionnaire de Géopolitique, p. 22-23, Flammarion, 1993

NIVAT Georges, Les sites de la mémoire russe. Tome 1 :Géographie de la mémoire russe. Paris : Fayard, 2007

PERNOT M., l’Union Soviétique et la Méditerranée. Revue « Politique étrangère, volume 11, pp. 117-128, Paris, 1946

POLJAN P., gorodskie aglomeratsi Rossii (Les agglomérations urbaines de Russie), Institut de démographie de l’Université d’economie de Moscou, février 2010

QUALLS K., Imagining Sevastopol : history and postwar community construction, 1942-1953, National Identities, pp. 123-129, 2003

ROMER J.C. URSS : l’acquisition d’une culture nucléaire (1963-1976), article publié sur le site de l’Institut de stratégie comparée, www.stratisc.org

ŠLOMIN V., Gospodtsvo na zakrytyh morjah (contrôle des mers fermées), Vojennaja mysl, 1974, p.51

ZAJATS D. Zakrytaja Rossija (la Russie fermée), revue Geografija, 2007

ŠKOLVSKI I., Razum, Zhizn’, Vselennaja (Univers, vie raison. C’est pourquoi nous irons dans l’espace. Pensée soviétique d’avant-garde.) éd. Nauka, rédaction principale de littérature scientifique, académie des sciences de l’URSS, Moscou, 1987

MALGIN A., Krymskij Uzel (le noeud criméen), Moscou, 2001

PARIS H., L ‘atome Rouge, le nucléaire soviétique et russe, l’ Harmattan, Paris, 1996.

EPIČEV A., KPSS i vojennoje stroitel’stvo (le PCUS et l’édification militaire), Ministère de la défense de l’Union Soviétique, Moscou, 1982.

ERICKSON J., The soviet military district in peace and war : manpower, manning and mobilization. Center for advanced studies, Washington DC, 1979.

POZAROV A., Ekonomičeskie osnovy oboronnogo mogučestva socialističeskogo gosudarstva (les fondements économiques de la puissance défensive de l’Etat socialiste), Ministère de la défense de l’Union Soviétique, Moscou, 1981.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *