La puissance technologique de la Russie dans l’imaginaire collectif. Le « fantasme » d’UVB76, entre théorie du complot et culte du mystère.

Connaissez-vous UVB76, cette mystérieuse fréquence militaire russe qui émet depuis les années 1970 sans que l’on sache pourquoi ? Dans le cadre de mes travaux consacrés aux représentations de la puissance technologique de la Russie, voici un petit texte sans prétention aucune à ce sujet. Il revient sur cette anecdote aussi amusante qu’évocatrice de l’image particulière dont la Russie et son complexe technologique continuent de bénéficier 20 ans après la fin de la guerre froide – entre fascination et culte du mystère.

UVB-76

Une nuit de janvier 1983, Ary Boender, banquier à Rotterdam et opérateur radio amateur, était assis comme souvent devant le poste à ondes courtes qu’il avait installé dans son garage. Là, dans la pénombre, il écoutait le bruit du monde. Les ondes courtes, en se réfléchissant sur la ionosphère, permettent de propager très loin les signaux radios. A cette époque où Internet n’existait pas, ils étaient nombreux à bricoler leur poste pour surfer d’une fréquence à l’autre : un bulletin marine provenant du Pacifique sud, un signal en morse émis depuis le Sahara à l’aide d’un générateur diesel, une conversations de pilotes d’hélicoptères sur la côte ouest des Etats-Unis … Un véritable foutoir de voix, de musiques et de signaux provenant des quarte coins du monde, émis dans des environnements extrêmement divers. Rien de mieux pour stimuler l’imagination, surtout lorsque vous êtes assis dans votre garage, vers trois heures du matin, et que vous venez de terminer la dernière cigarette de votre paquet.
Alors lorsque soudain vous tombez, comme Ary Boender, sur une fréquence qui diffuse en continue des bips énigmatiques à raison de 25 par minutes, vous voulez au moins savoir qui diffuse cela, depuis où, et surtout dans quel but. Pendant une quinzaine d’années, un petit groupe d’opérateurs radios amateur qui avait remarqué l’étrange « buzz » sur la fréquence 4625khz a tenté de répondre à ces trois questions, en vain. Tout ce que l’on savait, grâce à la triangulation du signal, c’est que cela provenait de quelque part en Union Soviétique, et que le son était inhabituel. L’utilité du signal demeurait quant à elle un mystère. Il n’en fallut pas plus pour exciter les imaginations. Certains avancèrent que le « bip » était un code, destiné soit au réseau diplomatique soviétique, soit à des agents en couverture à l’étranger. Mais d’autres leur rétorquèrent que cela ne pouvait pas être un code, en raison de l’absence de variation des intervales entre les bips. Alors d’autres encore supposèrent que cette fréquence énigmatique faisait partie du système Dead Hand, un protocole dont l’existence n’a jamais été véritablement prouvée, et qui serait programmé pour que l’arsenal nucléaire de l’URSS puisse riposter automatiquement à toute frappe atomique sur son territoire, même si les centres de commandements avaient été détruits (Il est à l’honneur, notamment dans Docteur Folamour de Kubrick). Le « buzz » de la fréquence 4625khz serait alors une sorte de système d’alarme, le pendule de l’apocalypse nucléaire. Enfin, quelques personnes à l’imagination fertile supposèrent que le fréquence permettait de dialoguer avec des races extraterrestres …

Cliquez ICI pour écouter le signal

Et puis virent la Perestroïka, la glasnost’, la chute de l’URSS … La mystérieuse fréquence 4625khz continuait d’émettre son « bip », imperturbable aux bouleversements géopolitiques. Bien sur, on l’écoutait moins : l’ennemi était vaincu, et le petit frisson que ressentaient de nombreux radios amateurs en « switchant » sur le « buzz » avait disparu en même temps que les derniers fantasmes sur la puissance militaire de l’URSS s’étaient envolés.

uvb76-2

Mais en 1997, quelque chose se produisit. Le buzz régulier avait cessé. Il fut brusquement remplacé par une série de de sons sans aucun rapport apparent entre eux : un morceau du Lac des Cygnes passait en boucle, avant qu’une voix féminine, lointaine et cachée sous une bonne dose de « friture » (c’est à dire le parasitage d’un signal en raison des perturbations atmosphériques), ne se mette à réciter des comptes à rebours et que des points d’interrogation ne soient transmis en morse. La fréquence rentrait en action, sans aucune raison ni logique apparente, avant de sombrer à nouveau dans la léthargie de son « buzz » régulier. A partir de d’octobre 2010, il semblerait que la source d’émission se soit déplacée. Depuis lors, le signal des émissions a lui aussi évolué. Exit le Lac des Cygnes. La mystérieuse voix féminine récitait désormais – de plus en plus régulièrement – des séries de prénoms russes et de chiffres, sur ce modèle :

“Ya UVB-76, Ya UVB-76. 180 08 BROMAL 74 27 99 14. Boris, Roman, Olga, Mikhail, Anna, Larisa. 7 4 2 7 9 9 1 4”.

En parallèle de ces changements, le développement de l’Internet et la retransmission du signal en ligne par un ingénieur estonien passionné par le mystère de cette fréquence désormais nommée UVB76, contribua à un fort regain d’intérêt pour celle-ci. Des forums lui furent dédiés, les théories les plus farfelues fleurirent à nouveau, cette fois-ci dans les recoins du Web. Le soir du 20 décembre 2012, pour la première fois depuis que le signal a été découvert, UVB76 cessa d’émettre complètement pendant quelques heures. Les forums s’affolèrent. Certains avancèrent qu’UVB était bien le minuteur du système Dead Hand : le lendemain devait être la soi-disant fin du monde selon le calendrier Maya. Le lendemain, la fréquence reprit comme si de rien n’était. Je ne peux m’empêcher de penser que l’opérateur en charge, quel que soit le but de sa fréquence, ait eu vent de sa notoriété en ligne et décider de faire une petite surprise à ses fans.
Nous savons aujourd’hui encore peu de choses sur le signal. Si ce n’est qu’n 2010, la localisation de celui-ci a changé, et qu’une équipe de fans a pu pénétrer dans une petite caserne de Povarovo, une voenny gorodok (village militaire fermé) dans la région de Moscou, d’où il était anciennement émis. Outre un passionnant reportage photo, les « fans » ont découvert sur place un bunker abandonné, ainsi qu’un certain nombre de documents militaires malheureusement muets sur les buts de la fréquence. Selon les habitants du petit bourg, les soldats seraient partis précipitamment après un orage, ils auraient évacué les lieux en à peine 90 minutes. Désormais, le signal émet depuis l’oblast’ de Pskov, et certains avancent que la fréquence sert en réalité à mesurer les évolutions de la ionosphère.

Le village de Kirsino, dans l’oblast’ de Pskov, est la nouvelle source du signal depuis 2010.

Alors, horloge de l’apocalypse, fréquence pour les agents « en couverture », ou simple instrument scientifique ? Quel que soit son but, UVB est un exemple qui a l’avantage de lier l’utile à l’agréable pour évoquer le « fantasme » qu’éveille aujourd’hui encore dans la culture populaire les sciences et techniques russes. Marquées dès Staline par la démesure et une volonté démiurgique de transformation de la nature, la technique soviétique a vite suscité à l’Ouest des représentations qu’alimentaient aussi bien la peur de l’ennemi que son caractère mystérieux et lointain. Véritable source d’inspiration pour de nombreuses œuvres de la « mass culture » des années 1950-1990, la puissance technologique de l’URSS continue d’irradier sur celle d’une Russie qui entend en préserver et valoriser les héritages matériels. UVB76 est un point parfaitement anecdotique dans tout cela, une brève de comptoir que l’on évoque entre deux verres avant de l’oublier aussitôt. Mais une chose est sûre : si UVB76 avait été une fréquence des forces armées du Luxembourg, il y a fort à parier qu’elle n’eut jamais suscité le même engouement passionné …

0_89e3a_b81542a2_L

 

PS : si vous avez du temps à revendre, vous pouvez vous aussi surveiller la fréquence en temps réel en l’écoutant ici.


Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Fanie dit :

    Un véritable régal à lire ce billet ! l’équipe de actu web

  2. Stephane dit :

    Bonjour,

    Quelques typos, dont ces deux ci entre autres: le fréquence … le le …

    La main morte est la meme idee que l’on trouve dans 2001 l’Odyssee de l’espace, sous la forme du monolithe.

    Cordialement,

    Stephane

  3. valentini dit :

    Il me paraît peu pertinent de qualifier la chose, par ailleurs racontée à merveille, de mythe. Car le mythe répond à une interrogation de type : qui sommes-nous ? D’où venons-nous ? Où allons-nous ? Nous avons donc affaire à une rumeur, genre : la vie, quel ennui, faisons-nous peur ! Et donc continuons la rumeur, mais mise en oeuvre par les mass-médias français, comme suit :

    L’agité au fond profond

    Une foule bariolée de causeurs, en dentelles, coureurs de pompons, battant la semelle, sur le fumier, là-bas, derrière le front, à l’agonie qui se marie si bien avec le pavé de préfecture, se fendent de mots nomades, qui circulent, dans tous les sens, à toute blinde. Il y a des cimetières browniens ambulants.
    Ces coureurs-causeurs sont en manque de cloches, pour se faire entendre, par ceux qui, comme moi, ne comprennent pas le français contemporain. À leur tête, ils ont placé un juif décomplexé (bravo, monsieur Milner ! Vous participez à la remontée des remontés), genre, i’savent pas ski croient, i’ savent pas ski font, pour faire oublier le camp du doryphore doré, dont ils proviennent.
    Il en résulte 200 000 situations dramatiques possibles, au bas mot. Le mieux donc, pour les embrasser en totalité, est de poser une question à la con, multiple, comme suit :

    Poutine qu’est-ce ?

    Un tsar (couleur en option)
    Un empereur romain
    Le fils caché d’Andropov et de Bond
    Un slalomeur-descendeur
    Une saucisse des neiges, brillante
    Un bronze par un sot chié
    Un vendeur de bibles à la sauvette
    Un tribun bourré de complexes
    Un sauveur des beaux jours de la guerre froide
    La Saint-Nicolas du p’tit Nicolas
    Un baiser long de 28 minutes
    Le Knout qui parle à Sophocle
    L’été indien de la philosophie-marteau
    Un ogre comique out cagibi
    Une marque d’absolu
    L’homme des raouts farouches
    Une caisse de pandores
    Un mignon qu’adore les p’tites pépées
    L’ours de l’Europe ménopausée
    Le promoteur grand-russe de Popeye
    Un godillot sur un bureau
    L’idiot médiatique le plus pur
    Une partie de baise-wall
    Un espion à la solde de Moscou

    ou bien : tout et rien tout est bien
    comme la foule bariolée de causeurs
    mal débaptisés et non encore revenus
    de leur surhumanité disparue

  4. Gulzar Joby dit :

    Merci pour votre article, je ne connaissais pas ce mythe contemporain… je vais bien trouver à lui rendre hommage dans mes écrits, notamment mon feuilleton Wictorius du futur… je vais aussi suivre et parcourir votre site, vraiment très pointu ! on a besoin de telles sources de renseignements comme auteur de science-fiction.
    bien à vous, Gulzar Joby

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *