CARTO-UKRAINE. Quelques (cyber)considérations.

Cliquez pour agrandir

Cliquez pour agrandir

Depuis le début de la crise, l’Ukraine occupe une situation délicate pour ce qui est de ses réseaux informatiques physiques. La carte ci-dessus montre que, malgré sa densité et sa bonne connexion au monde extérieur, le réseau comporte une faiblesse de taille : ses IXP (Internet Exchange Point), c’est-à-dire des installations physiques permettant aux fournisseurs d’accès d’échanger du trafic en optimisant la bande passante. Ceux-ci agissent comme des tremplins qui relaient le signal, permettant de réduire considérablement la latence et les coûts de connexion. Or, les IXP ukrainiens sont tous situés dans les zones dites « russophones » d’Ukraine, traditionnellement attachées à une ligne politique complaisante à l’égard de Moscou. J’ai ici pris les résultats des élections de 2010 pour rendre visible la division est-ouest, en gardant cependant à l’esprit qu’il s’agit d’une extrême simplification de la réalité … Mais c’est un test. Compte tenu de la tension politique qui règne dans le pays entre l’est et l’ouest (la Rada vient de voter la création d’une garde nationale, qui aura pour but de garantir l’intégrité territoriale du pays, notamment à l’est où des incursions russes sont redoutées) la localisation des IXP pourrait s’avérer pour la Russie un atout stratégique en vue de nuire aux intérêts du nouveau gouvernement ukrainiens dans le cyberespace. En effet, plusieurs cyberattaques ont déjà eu lieu depuis le début du mois de mars. Si les premières furent vraisemblablement d’origine russes, les plus récentes semblent s’être largement appuyées sur les infrastructures situées en Crimée, une zone aujourd’hui sous contrôle de l’armée russe. Par ailleurs, les forces présentes aux deux points d’accès terrestres de la presqu’île (isthme de Perekop et Flèche Tatare) auraient volontairement endommagé les infrastructures reliant la Crimée au reste de l’Ukraine. Ces même forces auraient pris le contrôle de l’IXP situé dans le centre-ville de Simferopol.

NOTA : Merci à Yannick Harrel qui, par un billet posté sur son site, m’a donné l’idée de croiser les IXP avec des données politiques.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *