Lénine, Venus et E.T. Brève histoire du premier signal radio interplanétaire.

« Paix, Lénine, URSS » (Mir, Lenin, SSSR). C’est peut-être grâce à ces trois mots, codés en morse, qu’une intelligence lointaine apprendra un jour l’existence de l’humanité. Ils sont émis en novembre 1962 par l’institut de radioélectronique de l’académie des sciences d’URSS, et constituent le tout premier message envoyé depuis la Terre vers les étoiles, plus précisément vers notre voisine Vénus.

0_d0efd_dcf2480f_XL

Annonce de l’événement, le lendemain de la transmission du signal.

Cette année-là, l’Union Soviétique n’est pas seulement engagée avec les Etats-Unis dans le bras de fer de la crise de Cuba, ni uniquement occupée à sécher le ciment du tout nouveau mur de Berlin. Ses scientifiques concurrencent les américains dans bien des domaines dont celui, assez nouveau, de l’écoute des étoiles. La radioastronomie (qui consiste à sonder le cosmos grâce aux ondes émises par les corps célestes) n’en est alors qu’à ses débuts de part et d’autre du Rideau de fer, et les perspectives de cette nouvelle science sont très vite prometteuses. Tout au long des années 1950, des radioastronomes du monde entier détectent par exemple d’importantes sources radios sans objet céleste associé et provenant du fond de l’espace. Quelques années plus tard, on réalise que ce ne sont pas malheureusement les prémices d’une rencontre du troisième type, mais simplement la découverte d’un nouveau type d’objets, les quasars.
Pourtant, quelques-uns parmi les plus sérieux astronomes et physiciens croient que l’humanité pourra un jour détecter un signal émis, intentionnellement ou non, par une intelligence lointaine. C’était l’idée développée, à l’est comme à l’ouest, par d’éminents spécialistes tels que l’américain Carl Sagan ou le soviétique Iossif Shkolvski, tous deux à l’origine du programme SETI. Alors pourquoi ne pas, nous aussi, envoyer un signal ? Peut être que quelqu’un, quelque part, est-il lui aussi en train d’écouter attentivement le ciel. Certes, le dialogue avec E.T. n’est sans doute pas pour demain. Car il faut dire que les ondes se propagent dans l’espace à une lenteur désespérante : 300 000 kilomètres par seconde, soit la vitesse de la lumière. Cela signifie qu’il faut entre 3 et 20 minutes à un signal émis depuis la terre pour atteindre Mars (selon sa position par rapport à la Terre), et plus de 4 ans pour que ce même signal atteigne Alpha du Centaure, l’étoile la plus proche de notre planète. Et s’il y a bien quelqu’un, ou quelque chose, capable de nous écouter, qui nous dit qu’il n’utilise pas d’autres technologies que celle des signaux radio ?

Toujours est-il que ce sont les soviétiques qui ouvrent le bal des signaux émis à destination d’autres planètes avec ces trois mots, particulièrement poétiques, qui viennent frapper la surface de Venus à l’hiver 1962. Mais pourquoi elle, et pas une autre planète ou étoile ? Parce qu’à l’époque on ne sait encore pas grand chose de notre voisine, pourtant observée depuis des millénaires et plus connue sous le nom d’étoile du berger … Si ce n’est qu’elle est une source intense d’émissions radios dont l’origine demeure alors inconnue.
Les soviétiques auraient donc envoyé un franche et cordiale accolades électromagnétique à nos voisins vénusiens, radioamateurs de leur état ? Pas vraiment. En fait, Vénus est à cette époque en train de devenir « l’ultime frontière » du programme spatial soviétique. Certains imaginent déjà comment des colons, pareils à leurs camarades de Sibérie, y bâtiraient l’avenir radieux.

Ville sur Vénus (A. Sokolov)

Ville sur Vénus (A. Sokolov)

Depuis le lancement du premier Spoutnik et l’arrivée de John Kennedy à la présidence des Etats-Unis, l’URSS et l’Amérique se sont lancées dans une célèbre course qui se termine en 1969 par un grand pas pour l’humanité. Mais pour l’instant, ni les soviétiques ni les américains n’ont les capacités d’envoyer un homme sur la Lune, et la course se poursuit à grands coups de sondes automatiques. Or l’espace circumterrestre ne fait déjà plus recette : Spoutnik s’est vu rétorquer Explorer-1, Gagarine est suivi de près par John Glenn, et même la Lune est atteinte par des sondes des deux pays. Naturellement, l’horizon de cette course à la primauté s’élargit, et les deux plus proches candidates sont alors Mars et Venus. La planète rouge n’a pas la préférence des autorités soviétiques, qui lui préfèrent notre autre voisine, qui deviendra bientôt terrain de jeu privilégié des américains et, plus tard, des européens. Sur Venus, le rapport de force est différent : le premier vaisseau spatial humain à s’y poser sur Vénus est soviétique. C’est d’ailleurs grâce à ce vaisseau, joliment nommé Venera, que l’on perce le mystère des intenses émissions radios de Vénus. Elles sont en réalité dues à l’intensité de son atmosphère et à la chaleur inimaginable qui y règne – réduisant du même coup à néant les espoirs d’un communisme vénusien.
En réalité, le message de 1962 fait partie d’une série de tests menés sur un tout nouveau radar du complexe Pluton-2 d’Evpatoria (Crimée), et destinés à montrer qu’il est possible d’envoyer un message vers un corps céleste donné … et d’en recevoir l’écho reflété par celui-ci. Et s’il y a quelque vénusien pour recevoir le signal, c’est encore mieux. Le choix de la cible s’est porté sur Venus en raison de sa proximité et de son transit entre la Terre et le Soleil, mais également parce que les concurrents américains avaient annoncé trois mois plus tôt qu’une de leurs sondes, Mariner 2, avait effectué un survol de la planète. Il fallait donner le change en attendant que le programme Venera porte ses fruits …

Pluton-2

Pluton-2

Mais si les soviétiques ont bien reçu l’écho renvoyé par Venus, le signal original continue lui de se propager dans l’espace à la vitesse de la lumière. A l’heure actuelle, il aurait atteint l’étoile HD131336, située dans la constellation de la Balance. C’est d’ailleurs vers cette même constellation qu’est envoyé en 1974 le fameux message d’Arecibo contenant des informations sur la Terre et ses habitants, à destination d’une hypothétique civilisation extraterrestre. Les mots « paix, Lénine, URSS » résonneront longtemps encore dans l’univers. Les ondes radios s’affaiblissent à mesure qu’elles progressent dans l’espace, mais elles peuvent être perceptibles très, très longtemps après leur émission – pourvu que l’on dispose d’un récepteur assez sensible pour les capter. Qui sait si un jour, quelqu’un (ou quelque chose) ne tombera pas sur ce témoignage étrange d’une civilisation à jamais disparue ?


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Thomas dit :

    Excellent ce nouveau blog et un sujet passionnant que celui du monde scientifique d’URSS et post Soviétique. Super article, on en redemande.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *