Cartographier la « guerre informationnelle » russe : quelques pistes

Cette publication présente les premiers résultats (expérimentaux) de l’utilisation d’outils de visualisations de bases de données issues de Twitter pour mieux comprendre les mécanismes de diffusion des informations publiées par les grandes agences de presse russe … dans un contexte que certains n’hésitent pas à qualifier de « guerre informationnelle ».

2401122079_9780da3bc4_z

Si elle était encore méconnue il y a quelques années, la notion de « guerre informationnelle » fait désormais partie du paysage des études en cyberstratégie – et plus particulièrement en ce qui concerne la Russie. Dans les cercles militaires et politiques français intéressés par la question, la qualification de la « menace » russe dans le cyberespace passe en effet désormais par l’élargissement d’un champ des possibles qui fut longtemps cantonné aux cyberattaques stricto sensu (intrusions, vol d’information, dénis de services … etc.), et qui intègre maintenant des notions telles que l’influence.

Bien sûr, l’étude de la « guerre informationnelle » n’en est qu’à ses balbutiements. Ce terme mériterait d’ailleurs d’être plus amplement questionné, car il porte en lui les germes d’un parti-pris qui peut amener très loin d’un travail scientifique … C’est pourquoi je préfère pour ma part parler de « nouvelle stratégie informationnelle ». Quoiqu’il en soit, le recours systématique au terme de « guerre informationnelle » par de nombreux acteurs est né du besoin de comprendre le virage idéologique qu’ont pris les grands médias russes internationaux (destinés à l’étranger) au lendemain des manifestations de l’hiver 2011-2012 et du retour de Vladimir Poutine à la présidence de la Fédération en mars 2012. Au départ ce mouvement, qui devait donner son envol à la chaine de télévision Russia Today (RT) et accoucher de l’agence de presse écrite Sputnik, a été très discret. Il s’est principalement caractérisé par un subtil et progressif changement de ligne éditoriale au sein de l’agence RIA Novosti, ainsi que par l’apparition dans ses colonnes de figures aux idées politiques radicales – voire parfois même carrément conspirationnistes. S’en est suivie une période de « rodage » qui dure de 2012 à 2014, et durant laquelle la galaxie des médias russes à destination de l’étranger va se structurer progressivement. On y trouvait alors des choses bien hétéroclites, du professionnalisme de RIA Novosti (bientôt entamé par des purges internes) à l’amateurisme de la Voix de la Russie, qui devient rapidement le porte-voix d’une idéologie résolument réactionnaire. A partir de 2014, ce fatras institutionnel et politique est balayé par la réforme des organes de presse officiels à destination de l’étranger. Exit la Voix de la Russie et RIA Novosti, qui sont remplacés, dans leurs versions en langues étrangères, par une centrale unique appelée Rossija Segodnja. Celle-ci, détenue par l’Etat russe, est chargée de mettre sur pied un nouveau média multilingue baptisé Sputnik, dont le slogan en français donne le ton : « on dévoile ce dont les autres ne parlent pas ».

Dès sa création, Sputnik remplace à la fois RIA Novosti et la Voix de la Russie, et une partie des personnels sont reversés dans ce nouvel organisme qui, dans son positionnement politique, se situe à mi-chemin de ceux de ses deux illustres ancêtres. Sputnik est clairement plus engagé que RIA, mais moins fanatique que la Voix de la Russie. C’est ainsi que se mit en place l’un des plus curieux organes de presse de l’histoire contemporaine : entre articles factuels ou neutres et positionnements conspirationnistes ou radicaux, tous les moyens sont bons pour tenir ce « front de l’information » dans la nouvelle lutte qui, si l’on écoute certains officiels russes (et américains) opposerait désormais la Russie à « l’Occident » sur le champ des valeurs.

Cette nouvelle stratégie informationnelle, que beaucoup qualifient de propagande, commence à être bien étudiée par divers spécialistes. On peut entre-autre citer le travail d’Alexey Kovalev, ancien journaliste à RIA Novosti qui, sur son site « лапшеснималочная » (jeu de mot intraduisible, désolé), étudie divers aspects des nouveaux mécanismes de communication de RT et se Sputnik – comme par exemple leur façon de recruter des « experts » (qui parfois sont inventés de toute pièce), ou leur manière de comptabiliser leur audience. On peut également citer les travaux de Kevin Rothrock et de Tania Lokot qui, en plus de leurs travaux scientifiques, animent un site anglophone baptisé Runet Echo dédié à ces problématiques.

1. Cartographier la « stratégie informationnelle » russe

Pour ma part, en tant que géographe qui s’intéresse à l’impact territorial des nouvelles technologies en Russie, j’ai longtemps essayé de dresser une cartographie de cette stratégie informationnelle russe, et plus particulièrement de celle destinée à l’étranger. Mais la tâche s’est vite avérée impossible : le théâtre principal de déploiement de cette doctrine étant celui des réseaux sociaux, il est extrêmement difficile (voire contre-productif) d’essayer d’en dégager une cohérence géographique. Certes, on distingue aisément des mécanismes propres aux pays ou langues dans lesquelles RT et Sputnik produisent leurs articles et émissions. Mais on atteint très vite les limites imposées par un mécanisme de circulation des données où la géolocalisation est une denrée rare, et où les dynamiques géographiques ne font de facto pas sens.

C’est pourquoi j’ai décidé de m’orienter vers des systèmes alternatifs de cartographie qui s’affranchissent de la dimension géographique.  Sur les réseaux sociaux, le but affiché par RT et Sputnik est officiellement de proposer une vision de l’information alternative à celle proposée par le « mainstream » des médias occidentaux traditionnels – ce qui n’est pas sans rappeler des stratégie d’influence ou de guerre psychologique beaucoup plus anciennes. Dès lors, le nerf de la guerre pour atteindre cet objectif va être la viralité du message. En effet, ce qui importe lorsque l’on diffuse une information sur un réseau social dans l’espoir que celle-ci soit massivement lue, c’est le système d’arborescence par lequel ladite information va se répandre. Chaque réseau social utilise ses propres algorithmes de diffusion, et il existe de multiples stratégies adaptées à chacun d’entre eux pour « faire le buzz ».

Cette publication présente les premiers résultats (expérimentaux) de l’utilisation du module NodeXL à partir de bases de données issues de Twitter pour comprendre les mécanismes de diffusion des informations publiées par les grandes agences de presse russe. NodeXL permet, grâce à des algorithmes, de visualiser des interactions (appelées « edges » dans le jargon) entre plusieurs comptes (« vertex ») à partir de bases de données issues de nombreux réseaux sociaux (Twitter, Facebook, Vkontakte, Youtube … etc.). Dans ce billet, j’ai choisi de ne m’intéresser qu’à Twitter pour des raisons de commodité.

Concrètement, il s’agit d’observer comment se diffuse une information en visualisant son arborescence. Commençons par un exemple simple pour comprendre comment cela fonctionne. Je choisis un tweet en particulier. Ici, un message qui concerne un débat auquel je participe, et qui a été retweeté un faible nombre de fois :

 

 

 

exemple1

 

Ici l’arborescence est simple : 3 comptes ont été des relais actifs du message original : @kevinlimonier (mon compte), @bortzmeyer et @egeopol. Les autres ont effectué plusieurs retweets à partir de ces trois entités. C’est pour cela que l’algorithme de Nodexl les a placés au centre du graphique, et que l’arborescence a cette forme, ou « pattern ».

 

Maintenant produisons un graphique à partir du tweet d’un organisme de presse, en l’occurrence le journal le Monde :

exemple le monde le pen

Nous avons ici une arborescence en étoile, avec un seul centre représenté par le compte officiel du Monde à partir duquel d’autres personnes ont repris l’information.

Si l’analyse d’un tweet de Sputnik ou de RT donne le même résultat en terme de pattern (forme d’étoile), il convient ici d’utiliser la grande spécificité originelle de Twitter, le hashtag, pour commencer à voir des choses intéressantes. Les hashtags permettent notamment de marquer un contenu et de centraliser un mot ou un groupe de mot afin d’en faciliter la recherche ou le suivi. L’utilisation de hashtags permettrait ainsi en théorie d’améliorer la visibilité d’un message, le sommet de la gloire numérique étant de parvenir à faire de son hashtag un phénomène viral repris par des milliers/millions d’utilisateurs. Si le compte Twitter du Monde ne les utilise que très peu, ce n’est pas le cas de Sputnik, qui en fait une utilisation frénétique (tant mieux pour nous car il nous sera plus facile de visualiser une arborescence pertinente) et assez proche de celle des sites de « buzz » qui se rémunèrent sur le nombre de personnes touchées par leurs publications.

Ainsi, parmi la foule de hashtags utilisés par Sputnik et RT en fonction de l’actualité, choisissons le suivant : #RussiavsISIL (la Russie contre l’Etat Islamique), qui est massivement utilisé par ces deux médias pour rendre compte des frappes russes en Syrie.

Le graphique original étant difficilement lisible en raison du nombre d’interactions, je choisis de ne garder que les comptes (vertex) attirant plus de 20 interactions avec le hashtag #RussiavsISIL. C’est à dire les comptes qui ont publié un message avec ledit hashtag et qui ont été retweeté ou sélectionnés en favoris plus de 20 fois :

russiavsisil 4000 041115

La première chose que l’on aperçoit évidemment, c’est la centralité de la « nébuleuse » Sputnik (en orange), ou du moins de son compte principal @Sputnikint. Cependant, le pattern est plus complexe qu’une simple arborescence à centre unique. Trois autres comptes sont également de grands utilisateurs de #RussiavsISIL. Il s’agit de :

  • L’un des comptes de Russia Today, @inthenowrt (en vert)
  • Le compte officiel du ministère de la défense russe @mod_Russia (en noir)
  • Dans une moindre mesure, le compte officiel du ministère russe des affaires étrangères @mfa_Russia (en gris).

On remarque que ces trois comptes sont en interaction profonde. L’enchevêtrement des nébuleuses orange (Sputnik) et noire (Ministère de la défense) indique qu’un grand nombre d’utilisateurs de Twitter ont interagi avec les deux en utilisant le hashtag #RussiavsISIL. Plus intéressant encore, on note un petit groupe de comptes au confluent de Sputnik, du ministère de la Défense et de RT. Il s’agit là d’un nombre assez limité de comptes (quelques dizaines) qui retweetent systématiquement les publications de ces trois entités. Ceux-ci devront faire l’objet d’une étude ultérieure, car il ne peut s’agir que de deux types de comptes : soit des utilisateurs particulièrement friands du discours médiatique officiel russe, soit des robots (ou utilisateurs rémunérés) qui retweetent automatiquement les messages pour augmenter leur audience.

Lorsque l’on s’éloigne de ces centres multiples, on constate une arborescence que l’on peut classer dans deux catégories :

  • Les comptes Sputnik en langues autre que l’anglais (@Sputnikmundo en espagnol, @Sputnik_fr en français … etc.), qui ne sont pas une surprise ici dans la mesure où ils reprennent les codes de leur centrale en utilisant #RussiavsISIL.
  • Les comptes autres, non affiliés à Sputnik, qui nous renseignent sur qui utilise les même stratégies que les organes de presses russes officiels. Soit d’abord le compte @Iran, affilié au site The Iran project, probablement produit par les autorités iraniennes sur un modèle de stratégie informationnelle qui rappelle la démarche russe. Ensuite, le compte de Majd Fahd (@syria_protector), un journaliste syrien soutenant ouvertement le régime de Bachar Al Assad. Enfin, des comptes tels que @novorossyian, très suivis par les aficionados du séparatisme ukrainien.

En bref, nous avons ici une arborescence générale cohérente non seulement du point de vue institutionnel (Sputnik et ses filiales, l’interaction avec RT, les ministères …), mais surtout politique : le hashtag #RussiavsISIL est utilisé par des acteurs divers qui partagent très probablement une même vision du conflit syrien. C’est-à-dire qu’il constitue marque d’engagement partagée par des acteurs divers qui, par leur activité, augmentent la portée et la visibilité sur Twitter d’un discours « produit » par les organes de pesse officiels russes.

Ce que montre enfin ce graphique, c’est que la force de la stratégie d’influence numérique de la Russie réside dans l’organisation « en toile d’araignée » de son dispositif rhétorique. Ceci confirme par l’analyse quantitative un vieux constat empirique. A savoir que les organes médiatiques russes à destination de l’étranger s’appuient sur une galaxie bénévole et politiquement engagée qui joue, dans ce contexte de lutte informationnelle, le rôle de « corps francs numériques » – ou a minima celui de relai d’influence.

2. Des « corps francs numériques » et relais d’influence ?

C’est d’ailleurs ce que confirme et affine le graphique suivant, qui présente l’arborescence de tous les tweets publiés le 29 octobre 2015 et citant à la fois les mots « Russie » et « Syrie » en français.

russie syrie francais 29 1015

Encore une fois, on retrouve la nébuleuse Sputnik au centre du dispositif. Dans les périphéries éloignées figurent les grands médias francophones tels que le Monde, France24, l’AFP ou l’Orient le Jour (Liban), ainsi que des journalistes et experts de la Russie (Olivier Ravanello, Thomas Gomart, Arnaud Dubien, Pierre Sautreuil). On remarque que si des liens relient ces divers comptes, ils ont en revanche très peu de connexions avec la sphère Sputnik. Cela suggère que leurs abonnés sont, pour diverses raisons, éloignés du discours promu par les organes de presse russes.

Cependant, entre ces deux extrêmes de l’arborescence existe une zone intermédiaire assez fascinante. On y trouve un fatras de comptes, qui va de Russia Today à Alain Juppé en passant par Patrick Kaliciak (@patrickfn63), militant Front National assez prolixe sur la Russie. Sans compter le compte @Russia_Niemen72, qui se présente comme suit : « Support of Putin, Assad, Kadyrov, the BRICS, the non-aligned, Corsica – Against the fascist bloody US Imperialism – Against Israhell – Free Palestine – ROYALIST ».

On notera au passage la proximité des comptes de Nicolas Sarkozy et de Russia Today (ainsi que la sur-représentation du compte Les Républicains), probablement due au fait que le jour de l’extraction des données ici utilisées coïncide avec la visite de l’ancien président à Moscou.

S’il m’est encore difficile de mettre en ordre toutes ces données (qui mériteront une exploitation plus minutieuse dans les mois à venir), on constate une interpénétration forte entre les organes de presse russe et les comptes français « de droite », qu’ils soient modérés ou radicaux. C’est ici je pense l’un des principaux héritages de la stratégie numérique de feu la Voix de la Russie, dont l’audience reposait en grande partie sur l’engagement politique « très » à droite de ses followers. En fusionnant RIA Novosti et la Voix de la Russie, Sputnik parvient donc à faire le grand-écart que ces deux organismes n’avaient jamais réussi à faire entre modérés et radicaux – multipliant ainsi la visibilité de la plateforme.

De fait, le sujet de l’intervention russe en Syrie est, dans la sphère francophone, largement dominé par ces mêmes acteurs qui forment encore une fois une « toile » permettant d’amplifier l’information et de créer le fameux « buzz ».

Les mécanismes qui permettent aux organes de presse russe de tisser cette toile mériteraient à eux seuls toute une thèse de doctorat en marketing ou en sociolinguistique : il est bien évidemment impossible de classer dans la même catégorie un compte ayant un comportement radical/fanatique et un compte institutionnel tel que celui d’Alain Juppé. Mais toujours est-il qu’ils sont indirectement reliés entre eux par Sputnik sur certains sujets … Ce qui, d’un point de vue technique, est une prouesse qui en dit long sur cette remarquable horlogerie qu’est le dispositif informationnel russe.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Merci pour cette analyse visuelle de la stratégie web du Kremlin. J’ai deux questions sur la technique:
    – quel outil utilisez-vous pour visualiser les liens entre comptes Tweeter ?
    – pourquoi n’utilisez-vous que Tweeter et pas Facebook, VK et autres? Est-ce que cela tient à la relative simplicité d’analyser des mots plutôt que des phrases construites?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *