Dramaturgie des cyberattaques (russes)

Les récentes cyberattaques attribuées à la Russie découlent d’une logique où l’incertitude sur l’identité des attaquants sert à alimenter une dramaturgie d’autant plus efficace que les cibles sont la plupart du temps symboliques. In fine, l’impossibilité d’incriminer clairement le gouvernement russe pour ces actions constitue une ressource symbolique (dans le sens qu’en donne Bourdieu) considérable pour des responsables situés non seulement à Moscou, mais également à Washington ou Bruxelles.

Le site de TV5 piraté

Le site de TV5 piraté

Dans la nuit du 8 au 9 avril 2015, la chaîne française TV5 monde est victime d’une violente cyberattaque ayant pour résultat l’arrêt de la diffusion des programmes pendant plusieurs heures, ainsi que le piratage des principaux comptes de la chaîne sur les réseaux sociaux. L’attaque est directement revendiquée par un groupe qui, se faisant appeler « cybercalifat », prétend mener un « cyberdjihad » contre la France en réponse à son implication dans les frappes contre l’Etat Islamique. Quelques mois plus tard, les enquêteur abandonnent progressivement la piste islamiste au fur et à mesure que les rapports d’expertise pointent du doigt un groupe de hacker identifié sous divers noms : APT28, Fancy Bear, Tsar Team … L’attaque porte en effet des « signatures » communes à d’autres cyberattaques ayant touché le continent européen par le passé : les codes examinés par les enquêteurs auraient été tapés sur des claviers en cyrillique, à des moments correspondants aux heures ouvrées du fuseau horaire de Moscou et de Saint-Pétersbourg. Bien qu’il soit pratiquement impossible d’incriminer clairement la Russie (les indices relevés ci-avant auraient très bien pu n’être que des leurres), celle-ci constitue un suspect idéal tant les agissements des hackers de TV5 rappellent les modes opératoires utilisés dans d’autres attaques perpétrées contre des ministères de la défense de pays d’Europe de l’Est, contre des opposants russes installés en Europe ou encore contre certains personnels de l’OTAN. De même, des indices concordants laissent penser que la fuite de plus de 20 000 e-mails issus des serveurs de la convention démocrate américaine (DNC) pendant la campagne présidentielle de 2016 aurait été perpétrée par ce même groupe, ou par un groupe utilisant les mêmes tactiques et, peut-être, les mêmes personnels.

L’impossibilité de remonter formellement les pistes jusqu’au gouvernement russe, de même que le caractère symbolique des cibles ayant subi ces attaques indique néanmoins l’existence d’une véritable doctrine offensive dont l’objectif n’est pas tant de détruire les infrastructures de l’adversaire que de déstabiliser celui-ci en s’attaquant à son image et à sa crédibilité, tout en laissant planer un doute dont l’objectif est sans doute d’exacerber les divisions entre « pro » et « anti » Kremlin. TV5 Monde et le Congrès démocrate américain partagent en effet cette caractéristique commune d’avoir subi des attaques dont la principale conséquence a été une perte importante de crédibilité : dans le cas de la chaîne française, c’est un certain dilettantisme interne en matière de sécurité informatique qui a été révélé par cette attaque (le fait, notamment, que le mot de passe du compte Twitter de TV5 soit apparu à l’antenne imprimé sur un papier derrière un journaliste de la chaîne lors d’une interview), participant à donner du service public français une mauvaise image dans le domaine. Dans le cas des DNC leaks, c’est bien la crédibilité d’Hilary Clinton et de son équipe qui ont été attaquées en révélant de nombreux aspects de la « cuisine interne » du parti démocrate.

wikileaks-dnc-email-leak

Cette logique, qui consiste à entretenir un « flou » sur les auteurs comme sur leurs motivations est d’ailleurs à relier aux modes d’actions jadis mobilisés par les services de renseignement soviétiques sur de nombreux théâtres extérieurs, et regroupés sous le terme générique de maskirovka. En 1988, Charles Smith donnait de la maskirovka la définition suivante : « un ensemble de procédés destinés à induire en erreur, à confondre et à interférer dans la collectes de données exactes concernant les objectifs, forces et faiblesses des plans soviétiques ». Basée sur la technique du camouflage dont elle porte le nom en russe, la maskirovka a été élaborée et utilisée durant la seconde guerre mondiale ainsi que, plus tard, lors d’opérations plus ou moins clandestines de soutien à des groupes considérés comme favorables à Moscou partout dans le monde durant la guerre froide. Un exemple particulièrement éloquent est celui de l’opération Anadyr qui, en 1962, devait conduire à l’installation de missiles nucléaires soviétiques à Cuba. Afin de tromper les services de renseignement américains, les Soviétiques avaient équipé les soldats de l’opération de vêtements d’hiver alors qu’ils se dirigeaient en réalité vers les Caraïbes. Plus récemment, les opérations militaires russes en Crimée ont remis ces techniques au goût du jour en déployant sur la péninsule des soldats sans écussons et des camions sans plaques d’identification afin d’en prendre le contrôle au lendemain de la révolution du Maïdan. Bien qu’il n’y ait jamais eu l’ombre d’un doute sur la provenance de ces soldats, l’absence d’identification formelle a permis d’instaurer autour de ce déploiement un « flou » à même de marquer les esprits des observateurs et de participer à la construction du « sotrytelling » d’une opération militaire avant tout pensée comme une opération de communication. Il en a été de même en Syrie où, avant le déploiement officiel de troupes russes à Tartous et sur l’aéroport de Khmeimim, de nombreux « touristes russes » ont été identifiés sur les réseaux sociaux et par les habitants de bande côtière située entre Tartous et Lattaquié .

Les cyberattaques supposées d’origine russe dont ont été victimes un certain nombre de pays occidentaux découlent d’une logique similaire où l’incertitude sur l’identité des attaquants sert à alimenter une dramaturgie d’autant plus efficace que les cibles sont la plupart du temps symboliques. Et au final, l’impossibilité d’incriminer clairement le gouvernement russe pour ces actions constitue une ressource symbolique considérable pour des responsables situés non seulement à Moscou, mais également à Washington ou Bruxelles. Imaginons deux minutes que les Russes – chose improbable – n’aient rien à voir avec tout cela, ou du moins que les groupes de hackers qui ont visé le Congrès démocrate n’aient aucun lien avec le gouvernement russe. Il n’en demeure pas moins que l’incrimination de Moscou permet de maintenir un rapport de force dont beaucoup d’acteurs, en Russie comme à « l’Ouest » retirent des dividendes de toutes sortes, et que la représentation de la menace russe s’avère être une manière comme une autre pour ces acteurs de maintenir cette posture confrontation dont ils tirent tout ou partie de leur légitimité.


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. TRICOT Jean-Claude dit :

    Cher collègue,
    J’étais suis Maître de Conf à l’École Centrale de Lille, actuellement en retraite active (j’encadre bénévolement des projets).
    M’intéressant au cas du physicien Pontecorvo, je suis tombé sur votre article « Réflexions sur une « iconologie territoriale » de l’URSS. Le cas de Bruno Pontecorvo » qui m’a beaucoup éclairé sur sa trajectoire…
    Je serai très honoré de vous compter parmi mes relations sur LinkedIn mais je ne puis vous y contacter directement. Si vous vouliez bien le faire de votre coté ?
    Très cordialement,

  2. Croal dit :

    Merci pour ce nouveau article tout aussi intéressant que les précédents,

    A la fin de votre texte, on peut lire « une manière comme une autre pour ces acteurs de maintenir cette posture confrontation dont ils tirent tout ou partie de leur légitimité ». Je ne comprends pas quels sont ces acteurs et je ne saisis pas les intérêts qu’ils tirent la confrontation entre la Russie et l’occident. Pourriez-vous m’expliquer ?

    Cordialement,

    Croal

  3. Bruno dit :

    La Russie est un cas exceptionnel dans la mesure où on ignore les véritables intentions du gouvernement. Cependant, les cyberattaques existent vraiment même si l’identité des hackers demeure la plupart du temps inconnue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *