Baïkonour, le cosmodrome qui n’apparaissait sur aucune carte

Le 12 avril 1961, tous les organes de presse de l’URSS célèbrent l’exploit de la mise en orbite du cosmonaute Youri Gagarine et mentionnent pour la première fois le « cosmodrome de Baïkonour », dont le nom fait alors rapidement le tour du monde (on le retrouve dès le lendemain dans les colonnes du Monde). Un observateur qui aurait alors voulu localiser le fameux cosmodrome aurait pourtant été bien en peine d’accomplir cette tâche en ouvrant un atlas de l’URSS. Certes, il aurait trouvé qu’il existait alors une localité baptisée Baïkonour dans la steppe kazakhe, ainsi qu’une rivière portant le même nom, mais aurait ignoré que les cartographes soviétiques l’avaient sciemment induit en erreur. En effet, ledit village, tout comme la rivière, se trouvent à plusieurs centaines de kilomètres au nord-est de la véritable localisation du cosmodrome, qui n’apparaît alors sur aucune carte. D’abord, le nom de Baïkonour mentionné pour la première fois le 12 avril 1961 par une dépêche de l’agence TASS n’est pas le véritable nom du cosmodrome, qui est alors un « objet secret » identifié par le nom de code Tachkent 59. Le nom de Baïkonour a alors été précisément choisi pour que le véritable cosmodrome demeure introuvable.

En URSS, toute carte ayant une échelle inférieure à 1 : 250 000 était secrète, et le niveau d’habilitation augmentait au fur et à mesure que l’échelle se réduisait[1]. Sur les cartes bénéficiant d’un niveau de confidentialité moins élevé, aucun point de peuplement n’apparaît là où se trouve le cosmodrome, si ce n’est un bout de route qui finit en pointillés dans la steppe, à proximité du lieu-dit de « tjuratam », une station ferroviaire mentionnée sur les cartes depuis l’époque impériale et qui s’avère en réalité être la gare de Baïkonour. Le secret de la localisation du cosmodrome était si bien gardé que, même sur les cartes les plus confidentielles qui nous sont parvenues (cartes au 1 : 200 000, classées secret), les informations le concernant sont parcellaires.

Cliquez sur l’image pour agrandir

Certes, une ville apparaît là où les cartes moins confidentielles ne mentionnent presque rien : il s’agit de Leninsk, qui fut le nom donné dès les années 1960 à la ville bâtie au sud du cosmodrome pour en héberger les personnels. Mais même cette carte, alors difficilement accessible, est muette quant aux infrastructures du cosmodrome, qui demeurent invisibles.

En haut : carte  du cosmodrome de Baïkonour produite par l’US Air Force en 1972. On distingue clairement les infrastructures du complexe aérospatial au nord de la voie de chemin de fer (marquée « Aral Sea – Moscow road »)

En bas : carte soviétique classifiée de 1986. Si la ville de Leninsk apparaît clairement, rien ne laisse penser qu’il existe des infrastructures au nord e la voie de chemin de fer.

Il est à noter qu’en dépit de ces efforts de dissimulation il est aujourd’hui connu que la CIA avait connaissance de la localisation exacte du cosmodrome quasiment dès sa fondation[2]. Cependant, et bien qu’elle soit également ceinte de murs et constitue une « boîte postale », Tachkent-59 n’est alors pas aussi secrète qu’il y paraît. En juin 1966, le gouvernement soviétique invite sur place le général de Gaulle, premier dirigeant étranger à visiter le site. Les Soviétiques tâchèrent certes de dissimuler aux visiteurs français la nature militaire du site lors d’une opération baptisée « Palma ». Cela n’empêcha néanmoins pas un aide de camp du général de remarquer que la population locale était inhabituellement masculine, jeune et que les cheveux y étaient coupés très courts… Plus tard, de nombreux étrangers se rendirent à Baïkonour, comme Georges Pompidou en 1970, ou encore ces délégations américaines venues préparer le vol conjoint Apollo-Soyouz en 1975. Mais on savait aussi garder les secrets du cosmodrome, comme le 24 octobre 1960, lorsque l’explosion d’un prototype de fusée R-16 fit 92 morts. Parmi eux figurait le Maréchal Nedelin, commandant en chef des forces stratégiques soviétiques dont on ne retrouva que les médailles, tant l’explosion fut puissante. Or, pendant près de trente ans, la catastrophe fut dissimulée et l’on prétendit que le Maréchal avait péri dans un accident d’avion. Il fallut attendre 1989, en pleine pérestroïka, pour que la vérité soit enfin révélée dans un numéro du magazine Ogoniok, en même temps que la véritable localisation du cosmodrome.

[1] M. Rozanov, « Cartes faussées, cartes sous clé », Hérodote, n°59, 1990.

[2]  C’est même lors d’une mission de reconnaissance au-dessus de Baïkonour que l’avion U2 piloté par Francis Gary Powers fut abattu par des missiles sol-air le 1er mai 1960 – conduisant à l’une des affaires d’espionnages les plus célèbres de la guerre froide


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *