Dubna, entre guerre froide et douceur de vivre.

Avant de publier un prochain billet sur la vie quotidienne dans les villes fermées à l’époque soviétique, je voudrais ici me livrer à une petite mise en situation préliminaire concernant la ville de Dubna. Il s’agira ici de “s’imprégner” de l’air du temps avant d’entrer dans des considérations plus vastes sur la fermeture et ses conséquences internes.

Petite histoire de Dubna

Blason de la ville de Dubna

Dubna n’est pas une ville secrète, au contraire de l’écrasante majorité des villes du complexe nucléaire soviétique. En fait, Dubna pourrait être considéré à l’époque soviétique comme la « partie émergée » de l’iceberg. La ville abrite en effet le Centre Unifié de Recherche Nucléaire (CURN, ou OIJaN en russe), au sein duquel des chercheurs venus de nombreux pays du bloc socialiste travaillent notamment sur les ions lourds. Ce centre est connu de la communauté scientifique mondiale pour avoir employé nombre d’éminents chercheurs du secteur nucléaire, alors que la ville de Dubna donne son nom à l’un des éléments du tableau périodique de Mendeleïev, le dubnium (découvert au CURN).

En fait, le CURN a été fondé en 1955 sur le modèle du CERN (Conseil Européen pour la Recherche Nucléaire) européen, fondé quant à lui en 1954. Proposé par l’URSS, ce CURN avait pour objectif la recentralisation géographique de la ressource intellectuelle disponible au sein du Pacte de Varsovie sur le nucléaire.

Poste de contrôle de l'accélérateur à particules du CURN, 1968.

Officiellement (c’est à dire dans la bibliographie soviétique), le CURN constitue « l’âme » de Dubna, dans la mesure où la ville a été fondée en même temps et autour de celui-ci. Aujourd’hui encore, nous y reviendrons largement, Dubna entretient cette identité. Pourtant dès 1946, le site intéresse les plus hautes instances du gouvernement soviétique. C’est cette même année que Staline décide de la construction d’un premier accélérateur de particules, censé forcer la marche vers l’arme nucléaire. Le site semble avoir été choisi pour deux raisons. D’une part, son relatif isolement en même temps que sa proximité avec Moscou. Le site de l’accélérateur est situé à quelques centaines de mètres du réservoir d’Ivankovo (créé en 1937 comme annexe du canal Volga-Moscou), dans une forêt de bouleaux. D’autre part, la proximité du réservoir pourvu d’un barrage hydroélectrique semble avoir emporté le choix du comité scientifique présidé par le célèbre physicien soviétique Igor Kurtchatov. Dès 1946 donc, les prisonniers du goulag commencent à construire les infrastructures nécessaires : chemin de fer, bâtiments … etc. Il est intéressante de noter que si Kurtchatov est président du comité scientifique, le comité exécutif de gestion des travaux est placé sous la direction personnelle de Lavrenti Béria, chef du NKVD et très proche collaborateur de Staline. L’accélérateur de particules est achevé en 1949, alors qu’une autre infrastructure stratégique a été installée à proximité du site. Dès 1947, la branche n°2 de l’OKB Mig est formée sur le site de Dubna. Sous la direction de Mikhail Bereznjak, l’OKB Mig n°2 (renommé Raduga dans les années 50) travaille notamment à l’élaboration de vecteurs balistiques et de réacteurs d’avions. Cet organe de recherche est complété par l’usine de production n°30 qui, dès 1950, se consacre exclusivement à la fabrication de missiles de croisière.

Avant sa fondation officielle en 1955, Dubna a donc eu une première existence discrète. La fondation du CURN, et la venue de nombreux physiciens étrangers met fin à cette période, curieusement close par la mort de Béria. Il serait d’ailleurs intéressant de voir en quoi l’homme est lié à l’histoire de Dubna. Toujours est-il que si la ville n’est plus secrète, elle reste totalement fermée, du fait de sa double fonction stratégique.

La vie quotidienne à Dubna.

Dans un article sur les « territoires et lieux secrets de production et de documentation », P. Polian et V. Kolossov écrivent : « Dubna est l’exemple typique d’une ville scientifique qui s’est développée à partir d’un petit village situé à 120 km au nord de Moscou ». En effet, à plusieurs égards, Dubna semble a posteriori constituer un modèle urbain de développement bien particulier connu en URSS sous le nom de ville de science (Naukograd). Dans leur fonctionnalité, ces villes partagent avec leurs équivalentes des villes fermées du complexe militaro-industriel de très nombreuses caractéristiques : cloisonnement, population matériellement favorisées, contrôle idéologique, activités de puissance souvent liées au complexe militaro-industriel … Mais au contraire d’une ville comme Baïkonour, Dubna se fonde sur une différence intéressante : les villes de sciences ne pouvaient, en raison des nombreux chercheurs et spécialistes qui y travaillaient, être trop éloignées des centres urbains. L’isolement total aurait été, pour ces populations d’élite, contre-productif. En revanche, les villes nucléaires, qui en quelque sorte appliquent les théories et stratégies décidées à Dubna et dans quelques autres naukograd, ne bénéficient pas de toutes ces attentions. Même si les villes nucléaires, on l’a vu, sont fort bien pourvues en bien matériels, il est impossible de compenser totalement l’impact psychologique dû à l’isolement total.

Dans un article paru en 2002, le géographe russe Boris Rodoman a objectivé les facteurs dont dépendait l’implantation d’une naukograd. Selon Rodoman, il fallait que la ville soit fondée :

- Assez près de Moscou pour pouvoir bénéficier du bouclier anti-missile sensé protéger la capitale des attaques nucléaires par voie aérienne.

- Sur un sol « libre » de tout peuplement conséquent, sans fortes contraintes de relief, et dont les caractéristiques géologiques autorisent la construction d’installations secrètes souterraines.

- Dans un bel endroit. Rodoman insiste sur l’importance des paysages, car il fallait donner envie aux chercheurs et académiciens de s’investir, notamment en leur fournissant un cadre de vie sain.

Et Rodoman de conclure sa classification par la phrase suivante : « Et il s’est donc avéré que les installations servant à la destruction de toute vie sur Terre furent construites dans des endroits beaux et propres, à proximité d’une réserve naturelle, comme il se doit en Russie ».

Dans le cas de Dubna, la typologie de Rodoman fonctionne. On l’a vu plus haut, c’est en 1949 que l’accélérateur à particules entre en fonction sur la rive droite de la Volga, au milieu d’une forêt de bouleaux. Sur la rive gauche, une usine d’aéronautique en fonction depuis les années 1940. Le site de l’accélérateur avait été choisi en raison de la proximité du barrage d’Ivankovo construit dans les années 30, qui pouvait donc alimenter pleinement des installations « gourmandes » en énergie. Mais c’est en 1956 que Dubna apparaît sur les cartes, après que le Praesidium du soviet suprême de la RSFSR ait adopté le décret faisant de Dubna une ville, avec toute l’architecture juridique afférante. Cette décision suit de près la fondation en mars 1956 de l’IURN, auquel doivent participer des savants venus de tous les pays socialistes, de la RDA à la Corée du Nord. Dès lors, le décor est planté. Voici une carte de la ville de Dubna en 1985 :

Dubna en 1985. Cliquer pour agrandir

Avant de rentrer dans le détail de l’organisation urbaine, attardons-nous un instant sur le développement de la ville. Je ne dispose malheureusment pas encore des matériaux me permettant de faire une série de cartes qui suivent le développement urbain. Néanmoins, voici plus ou moins comment cela s’est produit :

- Dans les années 1940, la Volga tient lieu de frontière naturelle entre l’Oblast’ de Moscou et celui de Leningrad. Sur la rive droite (côté Oblast’ de Moscou), il n’y a rien qu’une forêt de bouleau, mis à part un petit hameau en bordure du réservoir d’Ivankovo, à l’emplacement marqué sur la carte par le quartier Dubna-1. Sur la rive gauche (côté Oblast’ de Leningrad), une usine d’hydravion (marquée n°3 sur la carte) qui deviendra plus tard l’OKB Raduga.

- Dès 1944, des travaux sont entrepris pour la construction de l’accélarateur à particules (marqué n°2 sur la carte). La voie de chemin de fer est alors construite, ainsi que les premiers bâtiments de l’Institutskaja Cast’ (la ville de l’Institut, qui ne portera ce nom qu’après la fondation de l’IURN en 1956). Aucun point de contact n’existe entre la rive gauche et la rive droite, qui sont toujours séparées par la frontière       administrative.

- Dès 1956, c’est le site de l’IURN qui sort de terre (marqué n°1 sur la carte). Avec lui, Elitnye Rajon (le quartier des élites) voit le jour. Il s’agit d’un ensemble de cottages et de datchas cossues prévues pour accueillir les savants et académiciens les plus reconnus et les plus importants. Voici d’ailleurs un cliché d’époque (non daté) de ce paisible ensemble urbain :

Vue de la rue Lesnaja. Photographie prise par P. Zol'nikov, date inconnue.

- Dubna devient officiellement une ville le 24 juillet 1956. En 1958, la rive gauche est rattachée à l’Oblast’ de Moscou avant d’être intégrée dans la municipalité de Dubna en 1960. En 1964, un plan d’urbanisme est adopté, dont tous les objectifs sont atteints en 1984.

La carte de 1985 nous montre donc une ville « achevée », dans la mesure où la croissance démographique est strictement contrôlée et planifiée afin que Dubna reste une ville « à taille humaine ». Fait intéressant, nous n’avons pas ici, à la différence de Sébastopol ou de Baïkonour un seul ensemble urbain continu, mais bien quatre ou cinq zones séparées par des forêts ou des parcs. La nomenclature de deux de ces quartiers (Institutskaja Cast’ et Elitnye Rajon) rappelle en outre que chacun d’entre eux était spécialisé dans une activité précise. Le caractère monotâche de la ville fermée, présenté comme une constante théorique plus haut, trouverait ici une limite : A Dubna-3 les ouvriers de l’OKB Raduga, à Insitutskaja Cast’ les personnels du IURN et à Elitnye Rajon les savants. Au-delà d’une représentation généralement admise d’une identité monolithique fondée sur la recherche nucléaire, il existerait donc une certaine pluralité au sein même de la ville, suivant le quartier dans lequel on habite. Une ségrégation tacite pourrait d’ailleurs se faire sur la simple nomenclature du lieu de résidence, qui suggérerait une certaine situation professionnelle, et donc une position sur l’échelle sociale de la ville qui intégrerait la notion de secret envisagée plus haut. En plus d’être une force structurante d’ordre social, l’accès au secret et la notion d’intérêt supérieur de l’URSS ont une influence directe sur l’organisation urbaine.

En outre, en accueillant des chercheurs issus des tous les pays du Pacte de Varsovie, Dubna devient vite une « ville vitrine » que peuvent à loisir observer les élites des peuples frères d’Europe ou d’Asie. Il était donc impératif de construire une ville modèle (peut être même une ville témoin ?) qui illustre au mieux les réussites du système socialiste. Dans ce sens, l’aménagement urbain semble particulièrement choyé, notamment dans le quartier de l’Institut et dans le quartier des élites :

Place de la Paix. Photographie prise par P. Zol'nikov, date inconnue.

Ce cliché non-daté de la Place de la Paix (au centre du quartier de l’Institut) révèle ainsi de larges avenues bordées de verdure entretenue. Ayant eu accès à de nombreuses photographies publiées par les archives municipales, j’ai pu avoir le sentiment qu’il émane de ces clichés un air de vacances. Je ne sais pas encore si cette impression résulte d’un objectif de propagande de la part du photographe.

Toujours est-il que la ville est fort bien pourvue en installations de loisir. Ainsi, les habitants de la partie de l’Institut peuvent s’adonner aux plaisirs de la voile, de la baignade sur les berges de la Volga, pratiquer la culture physique, ou encore se promener dans les forêts de bouleaux via des parcours balisés. La ville semble être à l’époque soviétique particulièrement agréable en été. Et si le cadre naturel offre de larges possibilités d’activités, les scientifiques et Dubna ainsi que leurs familles ont pu avoir l’occasion plusieurs fois par ans de se rendre par groupe, via un autobus du collectif du CURN, à Moscou afin de respirer l’air culturel de la capital. Il n’était ainsi pas rare de croiser dans les salles de concert ou de théâtre moscovites des groupes de personnes provenant des villes scientifiques fermées de la périphérie.

On voit donc qu’ici, le sentiment d’isolement a été réduit à son minimum, et que tout est fait pour satisfaire les habitants. L’architecture de la ville elle-même semble agréable, du moins sur la rive droite de la Volga, là où vivent les scientifiques de l’IURN. Rappelons que la rive gauche est principalement dédiée à l’OKB Raduga, qui emploie surtout des ouvriers. L’observation des photographies d’époque permet déjà de présumer d’une différence de traitement entre les deux rives de la Volga. Rive droite, les larges avenues sont bordées de bâtiments en style néoclassique, et les barres d’immeuble qui caractérisent si bien la ville soviétique ne semblent pas nombreuses. En revanche, on peut observer de nombreux bâtiments construits dans un style très moderne pour l’époque (assez bas avec des baies vitrées).

Salle internationale de conférence. Photographie prise par P. Zol'nikov, date inconnue.

Rive gauche, nous retrouvons l’ambiance des quartiers ouvriers soviétiques, et la différence de traitement se marque ici dans le bâti :


« Rue Central'naja, côté pair », photographie prise par V. Shustin, date inconnue.

Ainsi, Dubna s’avère être un objet d’étude beaucoup plus complexe que j’ai bien voulu l’imaginer au départ. Loin d’être monolithique, la ville semble bâtie sur un modèle de privilège qui sied bien peu à l’idéologie socialiste, là où dans d’autres villes fermées ont pu être construits des Rajon suivant le principe des sotsgorod (Sébastopol, Baïkonour). La fermeture y semble moindre du fait de son caractère international, et je pense que la comparaison avec Sébastopol et Baïkonour s’avère prometteuse sur le plan de l’urbanisme et des pratiques urbaines à l’époque soviétique.

Sources


BYRIUKOV V.A. LEBEDENKO M., RYZHOV A., Joint Institute for Nucléaire Researches at Dubna, Ver Deutscher verlag für grundstoffindustrie, Leipzig, 1990

KOLOSSOV V., POLIAN P., Les limites de la mobilité territoriale et la construction de l’espace en Union Soviétique, in KONDRATIEVA T. (dir.), Les soviétiques, un pouvoir, des régimes, pp. 29-51, Les Belles Lettres, 2011, Paris

RODOMAN B. Lanshaft dlja Uchenyh (paysages pour des savants), Otecestvennye zapiski n°7, 2002]


Imprimer ce billet Imprimer ce billet
This entry was posted in Dubna, Non classé. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">