Poussières d'empire Site

Ethnicité & business en Russie : les chemins prometteurs de l’onomastique 0

Ethnicité & business en Russie : les chemins prometteurs de l’onomastique

Voici une étude préliminaire effectuée par l’atelier cartographique Atlasis et NameSorts sur la base d’un nouveau système de classement onomastique très prometteur. Voir ci-dessous une petite étude cartographique (en anglais) très originale qui permet de saisir...

Humour et défiance sur le Web russe. Le cas de Skolkovo. 2

Humour et défiance sur le Web russe. Le cas de Skolkovo.

Dans un article paru récemment dans la revue Hérodote, je mentionnais le fait que Skolkovo, ce projet d’un vaste technoparc qui redonnerait à la Russie l’image d’une grande puissance technologique, s’attirait les moqueries du...

Analyse géopolitique des enjeux d’une politique de puissance : le cas de la science et de l’innovation en Russie 0

Analyse géopolitique des enjeux d’une politique de puissance : le cas de la science et de l’innovation en Russie

Article paru dans la revue Hérodote 146-147 — « La géopolitique, des géopolitiques » (troisième et quatrième trimestres 2012) Résumé Depuis quelques années, la science et l’innovation sont devenues pour les autorités russes une préoccupation majeure...

Les chemins douloureux d’une économie russe de l’innovation 0

Les chemins douloureux d’une économie russe de l’innovation

Cet article a été initialement publié sur lemonde.fr Dans le cas de la science et de l’innovation, le défi auquel la Russie doit faire face n’est pas seulement économique mais également politique, dans la...

PARUTION : La flotte russe de mer Noire à Sébastopol, un outil d’influence géopolitique au service de « l’étranger proche » 0

PARUTION : La flotte russe de mer Noire à Sébastopol, un outil d’influence géopolitique au service de « l’étranger proche »

A lire dans le numéro août-septembre du magazine diplomatie, un article de votre humble serviteur sur le rôle géopolitique de la flotte russe de mer Noire et du port de Sébastopol. Kevin LimonierMore Posts

Carnet de terrain : Obninsk « première naukograd » 0

Carnet de terrain : Obninsk « première naukograd »

Obninsk est une ancienne ville fermée soviétique ouverte dès 1991. A l’époque soviétique, celle-ci abritait plusieurs instituts de recherches et sa population était essentiellement composée de chercheurs et d’ingénieurs. Depuis 2000, Obninsk est juridiquement...

Les prémices d’un pluralisme politique « à la russe »? La contestation silencieuse de la classe moyenne de l’archipel de la puissance. 0

Les prémices d’un pluralisme politique « à la russe »? La contestation silencieuse de la classe moyenne de l’archipel de la puissance.

Cet article est paru dans les pages idées du journal le Monde le 01/02/2012, ainsi que sur le site de la fondation Res Publica. Il s’agit d’une très courte synthèse sur l’actualité de mes...

Un retour de la Russie en Méditerranée ? 1

Un retour de la Russie en Méditerranée ?

Invitation à la conférence [Télécharger le carton d’invitation en pdf:invitation LIMONIER] Kevin LimonierMore Posts

Carnet de terrain : premiers pas dans une ancienne ville soviétique d’élite, Dubna. 1

Carnet de terrain : premiers pas dans une ancienne ville soviétique d’élite, Dubna.

En arrivant de Moscou par l’express qui relie directement la capitale à la Naukograd de Dubna, la première impression, qui s’avérera assez juste par la suite, est celle d’une petite ville bien tenue, juchée...

Dubna, entre guerre froide et douceur de vivre. 0

Dubna, entre guerre froide et douceur de vivre.

Avant de publier un prochain billet sur la vie quotidienne dans les villes fermées à l’époque soviétique, je voudrais ici me livrer à une petite mise en situation préliminaire concernant la ville de Dubna....

Les villes fermées, « territoires monofonctionnels de puissance » : aperçu historique et symbolique d’une conception russe de la ville et du pouvoir. 0

Les villes fermées, « territoires monofonctionnels de puissance » : aperçu historique et symbolique d’une conception russe de la ville et du pouvoir.

Partons ici d’une question simple : pourquoi centraliser la puissance soviétique dans la ville, pourquoi imposer le secret au niveau de villes entières, et surtout pourquoi limiter la fonction de l’urbain à un domaine...