Tchernenko et l’ordinateur du Kremlin : histoire d’un des premiers hoax de l’histoire d’Internet

Un beau jour du printemps 1984, des internautes américains ont la surprise de découvrir sur le réseau un mystérieux message : celui-ci émanerait d’un ordinateur situé au Kremlin … manipulé par le Premier Secrétaire Tchernenko en personne.

Konstantin Ustinovitch Tchernenko fut Premier Secrétaire du Parti Communiste d’URSS de février 1984 jusqu’à sa mort en mars 1985. Il est le prédécesseur de Mikhaïl Gorbatchev à ce poste.

En 1984, Internet tel que nous le connaissons aujourd’hui n’existe pas encore. Ils sont pourtant déjà des milliers, pour la plupart ingénieurs et chercheurs américains ou européens, à communiquer via leurs ordinateurs. Ils n’utilisent certes pas encore les protocoles contemporains : le TCP/IP (adressage et routage par adresse IP) et le système DNS (domain name system), qui sont à la base de l’Internet d’aujourd’hui, viennent tout juste d’être développés et ne sont pas encore populaires. A cette époque, c’est le réseau Usenet qui est plébiscité. Créé en 1979, Usenet est un réseau de forums qui existe encore aujourd’hui. C’est notamment de là que proviennent la plupart des films et séries piratées que l’on retrouve ensuite en Torrent. Faisant désormais sémantiquement partie du « darknet » (c’est-à-dire des réseaux qui n’utilisent pas les protocoles standards et qui ne sont pas directement accessibles via Internet, à ne pas confondre avec « Dark Web »), Usenet est à l’époque bien différent de ce qu’il est devenu. C’est alors un foisonnement de forums où l’on parle technique, politique, musique, littérature … Autrement dit, c’est l’ancêtre du « forum » tel que nous l’avons connu à son heure de gloire – c’est-à-dire avant l’arrivée des réseaux sociaux.

Interface d’un « news grabber », qui est à Usenet ce qu’un navigateur est à Internet.

C’est dans ce contexte qu’un matin d’avril 1984, les habitués des « newsgroups » (sortes de forum sur Usenet) les plus populaires reçoivent un bien curieux message. Si l’on en croit les métadonnées qui apparaissent avant le corps du texte (un peu à la manière des mails contemporains), celui-ci proviendrait d’Union Soviétique. Cette origine est déjà en soi tout à fait surprenante pour l’époque : à l’exception d’une seule personne (dont l’histoire est racontée ici), aucun citoyen soviétique n’a encore jamais communiqué sur le réseau depuis son pays. On est à l’époque encore loin de l’ouverture de la Glasnost’ et de la Perestroïka, et le Rideau de Fer est encore solide.

Outre le fait qu’il émane d’un pays quasi-absent du réseau, c’est la provenance exacte du message qui surprend alors le plus. Le réseau Usenet utilisait à cette époque le protocole UUCP (Unix to Unix Copy Protocol), basé sur le principe de l’ordinateur relais. Autrement dit, pour envoyer un message d’une machine A à une machine D non directement reliées entre elles, il fallait que celui-ci passe inévitablement par les machines intermédiaires B et C, si bien que le destinataire du message verra le chemin (bangpath) que ce dernier a parcouru (A,B,C, puis D). Or, le bangpath du fameux message en provenance d’URSS est le suivant : chernenko/ kremvax/ moskvax. « VAX » étant un suffixe alors utilisé pour désigner une machine, tandis que le préfixe désignait la localisation géographique ou institutionnelle de celle-ci. Si bien qu’en langage clair, nous avons un message qui est propagé via un ordinateur situé au Kremlin (kremvax) par un utilisateur nommé … Tchernenko, c’est-à-dire le Premier Secrétaire du PCUS à cette époque. Voici ce que contenait le message :

From chernenko@kremvax.UUCP Sun Apr  1 15:02:52 1984

Relay-Version: version B 2.10.1 6/24/83 (MC840302); site mcvax.UUCP

Posting-Version: version B 2.10.1 4/1/84 (SU840401); site kremvax.UUCP

Path: mcvax!moskvax!kremvax!chernenko

From: chernenko@kremvax.UUCP

Newsgroups: net.general,eunet.general,net.politics,eunet.politics

Subject: USSR on Usenet

Message-ID: <0001@kremvax.UUCP>

Date: Sun, 1-Apr-84 15:02:52 GMT

Article-I.D.: kremvax.0001

Posted: Sun Apr  1 15:02:52 1984

Date-Received: Mon, 1-Apr-84 12:26:02 GMT

Organization: MIIA, Moscow

Lines: 41


<.....>


Well, today, 840401, this is at last the Socialist Union of Soviet

Republics joining the Usenet network and saying hallo to everybody.


One reason for us to join this network has been to have a means of

having an open discussion forum with the American and European people

and making clear to them our strong efforts towards attaining peaceful

coexistence between the people of the Soviet Union and those of the

United States and Europe.


We have been informed that on this network many people have given strong

anti-Russian opinions, but we believe they have been misguided by their

leaders, especially the American administration, who is seeking for war

and domination of the world.

By well informing those people from our side we hope to have a possibility

to make clear to them our intentions and ideas.


Some of those in the Western world, who believe in the truth of what we

say have made possible our entry on this network; to them we are very

grateful. We hereby invite you to freely give your comments and opinions.


Here are the data for our backbone site:


Name: moskvax

Organization: Moscow Institute for International Affairs

Contact: K. Chernenko

Phone: +7 095 840401

Postal-Address: Moscow, Soviet Union

Electronic-Address: mcvax!moskvax!kremvax!chernenko

News: mcvax kremvax kgbvax

Mail: mcvax kremvax kgbvax


And now, let's open a flask of Vodka and have a drink on our entry on

this network. So:


                                               NA ZDAROVJE!


--
Chernenko, Moscow, USSR
                ...{decvax,philabs}!mcvax!moskvax!kremvax!chernenko

Autant soulager tout de suite le lecteur d’un suspense insoutenable : ce message est bien évidemment un poisson d’avril (le message date du 1er avril 1984) envoyé par un facétieux hollandais, Piet Beertemaa, qui reconnaitra plus tard en avoir été l’auteur. Il est évident que le message est une vaste blague. Si l’idée même qu’un Premier Secrétaire du PCUS octogénaire puisse « geeker » tranquillement sous les ors du Kremlin est inconcevable, que penser du fait qu’il signe son message par un sibyllin « NA ZDAROVJE » (à votre santé, dans un russe très approximatif) ? Sans parler de la logique de la démarche, ni des propos tenus dans le texte, qui sont surréalistes.

 

Un débat sur la présence de l’URSS sur le réseau

Si le message inventé par Piet Beertemaa ne comporte en soi qu’un intérêt très limité, la réaction des utilisateurs est quant à elle très instructive. En fouillant dans les (lointaines) archives de Usenet, j’ai ainsi pu récupérer la totalité de la discussion houleuse provoquée par le message attribué à Tchernenko. Si certains ont tout de suite flairé le « poisson », beaucoup d’autres sont tombés dans le panneau, comme la personne qui a posté le message suivant :

We in capitalist America have received your first message and

one simple thought pops into the minds of many a capitalist

computer interfacer such as myself:  ARE YOU FOR REAL?

Please reply.  We in the "buying is being" world would like to

know for sure if you exist.

Also, how do you get vaxes [ordinateurs, NdA] ?  From Sweden, or South Africa?

(From Malaysia, El Salvador, Indonesia etc.)


D’autres en revanche, sans croire une seconde que Tchernenko soit à l’origine du message, ont réellement cru qu’il émanait d’Union Soviétique. Il faut dire que notre blagueur néerlandais avait pris soin de bien cacher ses traces et de proposer un bangpath (chemin de routage du message) crédible. Ainsi, un utilisateur a émis l’hypothèse qu’il soit effectivement techniquement possible qu’un Soviétique puisse avoir accès au réseau :

The USSR without vaxen?  USENet a secure environment?  Who's the April fool

now?

Anyone who seriously believes that their communications on the nets are not

easily monitored by (a) partisan agents, (b) domestic government `security'

groups, or (c) junior high school students should carefully reconsider the

state and structure of their net.  Not that I believe that (a) or (b) are

true -- who would want to monitor this much drivel?  On the other hand, the

thought that USENet communications are in any way more secure than ham radio


L’auteur de ce message a été d’une clairvoyance étonnante : les services de renseignement soviétiques n’ont jamais, à ce que l’on sache, manifesté le moindre intérêt pour le réseau. Les premiers contacts entre Soviétiques et occidentaux via des terminaux informatiques ont effectivement été rendus possible dès 1989 par une poignée de chercheurs et d’étudiants dont l’histoire est racontée ici. Toujours est-il que si en 1984 beaucoup trouvaient que la présence de Soviétiques sur le réseau relevait du fantasme, d’autres étaient prêts à y croire, informations à l’appui :

The 9 April dated AW&ST has an article that says that it is believed

that a complete 782 and the guts of a 780 got into the USSR before

the smugglers got caught. 

I suspect that kremvax and kgbvax are the dual processors of the 782.


Ce scepticisme a d’ailleurs largement dépassé le cercle restreint des utilisateurs de Usenet. Selon l’auteur du canular, celui-ci aurait même provoqué de sérieuses discussions au Pentagone … En effet, l’informatique soviétique était alors un sujet d’importance pour les services de renseignement américains. La stratégie du président Reagan, qui consistait à provoquer un épuisement des ressources soviétiques par une compétition technologique effrénée, commençait alors à porter ses fruits. Or, la grande faiblesse des soviétiques était alors justement l’informatique. Si le pays avait pu disposer, jusqu’au milieu des années 1970, d’ordinateurs de fabrication nationale particulièrement performants (les ESVM notamment), plusieurs décisions désastreuses1 avaient précipité la chute d’un complexe cybernétique qui se contentait désormais largement de « cloner » des modèles occidentaux via des vols de technologie (en particulier chez IBM). Dès lors, la puissance de calcul nécessaire à de nombreux projets de recherche stratégiques (notamment dans le domaine spatial ou nucléaire) était devenue en URSS une denrée d’autant plus précieuse que les américains avaient largement dépassé les soviétiques sur ce plan. Cette situation avait d’ailleurs amené l’administration américaine à mettre en place un embargo sur les produits électroniques à destination de l’URSS, afin d’accroître une situation de pénurie qui, sur le long terme, pouvait jouer en faveur des américains. En 1984, la situation était d’ailleurs telle que selon Anatoli Klyesov, l’Union Soviétique ne disposait sur son territoire que de quelques modems achetés clandestinement à l’étranger et conservés dans des installations hautement protégées.

 

Du poisson d’avril à la réalité

Considéré comme l’un des premiers hoax de l’histoire d’Internet, le canular Kremvax ressurgit cinq ans plus tard, en 1989. Beaucoup de choses avaient alors changé en URSS : l’arrivée de Mikhaïl Gorbatchev au poste de Premier Secrétaire, le début de la Perestroïka, l’autorisation de la libre entreprise … Tout ceci avait conduit à l’émergence progressive d’un segment soviétique du réseau UUCP, développé par de jeunes ingénieurs de l’Institut Kourchatov de recherches nucléaires.

Carte montrant l’étendue du réseau soviétique en 1991 [cliquer pour agrandir]

Très vite, certains d’entre eux créèrent le tout premier (et le seul) fournisseur d’accès Internet d’Union Soviétique, Relcom. Afin d’assurer une connectivité avec le reste du monde, les ingénieurs de Relcom s’appuyaient sur un système passablement artisanal : une ligne téléphonique internationale automatique reliée à un serveur baptisé … kremvax. Après la chute de l’URSS, c’est autour de cette première machine que s’installèrent d’autres serveurs, au fur et à mesure que l’Internet russe se développait. Très rapidement, la pièce où était installé Kremvax fut remplie de serveurs, puis l’étage, puis le bâtiment entier … Si bien qu’aujourd’hui, ce bâtiment désigné sous le nom de M9 est l’un des centres névralgiques du Web russophone : c’est là que la plupart des fournisseurs d’accès Internet de Russie échangent entre eux les données de leurs utilisateurs, et c’est aussi là que les données envoyées depuis le réseau russe transitent lorsqu’elles doivent atteindre l’Europe ou les Etats-Unis.

Morale de l’histoire : c’est donc une fake news qui est à l’origine de l’architecture actuelle de l’Internet russe :)

Le VRAI Kremvax, premier serveur de l’histoire russe

 

 

 

  1. On conseillera à ce propos l’excellent livre de Benjamin Peters, How Not to Network a Nation: The Uneasy History of the Soviet Internet, MIT Press []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.