La Russie et la mer Noire : histoire d’une mise en récit géopolitique

Monument aux navires coulés, Sébastopol. Kolya Sanych, 2018

Texte initialement publié dans Questions Internationales n°72, mars-avril 2015

Le 4 décembre 2014, lors de sa traditionnelle allocution devant l’assemblée fédérale, Vladimir Poutine s’est exprimé ainsi : « La Crimée […] et Sébastopol ont une importance civilisationnelle et même sacrée inestimable pour la Russie, comme le Mont du Temple à Jérusalem pour les adeptes de l’Islam et du Judaïsme »[1]. Dans ce discours faisant office de bilan politique de l’année écoulée, il a en outre été question de « vérité », de « justice », et d’autres vastes notions dont le caractère messianique peut frapper le citoyen occidental, habitué à d’autres formes d’expression politique.

Dans sa formulation surtout, l’adresse de Vladimir Poutine aux députés de la Douma et du Conseil de la Fédération constitue une rupture. Si le fond du propos ne fait que reprendre les grandes lignes d’une idée de grandeur érigée en doctrine depuis quelques années, l’emploi de notions telles que la sacralité, la vérité ou la civilisation confirment la séparation très nette que la communication officielle tente depuis peu d’établir entre Vladimir Poutine et le reste de la classe politique russe. Le président russe se présente ici clairement dans un rôle de « visionnaire », c’est à dire strictement séparé des « techniciens » chargés de l’exécution de cette vision.

Dans ce sens, M. Poutine renoue avec une vieille tradition intellectuelle que nous pourrions qualifier de « mystification géopolitique ». Entendons par là l’idée suivant laquelle les ambitions d’un Etat aspirant au contrôle d’un espace géographique donné pour des raisons stratégiques (contrôle de ressources, de richesses, de voies de communication … etc.) sont réhaussées par un ensemble de références mémorielles et théoriques destinées à donner une légitimation supplémentaire à ces ambitions – et donc à multiplier sa capacité de mobilisation humaine, financière ou autre. C’est d’ailleurs là le sens premier de la géopolitique telle qu’elle se développa entre la fin du XIX ème et le milieu du XX ème siècle. Loin d’être une science fondée sur la déconstruction, cette géopolitique primitive était (et est toujours) l’art de construire des récits, des représentations du monde en conformité avec un projet territorial – bref, de « mystifier » des impératifs stratégiques.

Cette démarche intellectuelle, que nous pourrions également qualifier de géopolitique des grandes théories, n’est bien évidemment ni l’apanage du président Poutine, ni de la Russie. On la retrouve aujourd’hui partout (aux Etats-Unis, aux extrêmes des spectres politiques européens), sous diverses formes, que ce soit en tant qu’élément de justification intellectualisé d’une ambition pragmatique de contrôle territorial, ou bien en tant que véritable idéologie structurante de la vision qu’un gouvernement ou une organisation peut avoir de la carte du monde et du rôle que celui-ci entend y jouer.

Il serait alors possible d’aborder la question du rapport que la Russie contemporaine entretient avec la mer Noire de bien des façon : la question des hydrocarbures, des rapports de force militaires, des tensions identitaires ou même des difficultés économiques et politiques internes à la Russie permettraient d’éclairer cette progressive radicalisation du discours présidentiel. Or, la production de représentations géopolitiques à laquelle se livre aujourd’hui le pouvoir russe, si elle répond à des impératifs stratégiques, est aussi une tentative d’actualisation de certains courants de la pensée géopolitique russe autour d’un espace géographique, la mer Noire, qui fut le lieu privilégié de leur développement dès la fin du XVIII ème siècle.

C’est en effet à cette époque que l’empire russe commence à s’intéresser sérieusement à cet espace, avec en toile de fond la volonté de poursuivre la stratégie de désenclavement du pays et d’intensification des échanges avec l’Europe occidentale initiée par Pierre le Grand. Jusqu’aux guerres de Livonie et à la fondation de Saint-Pétersbourg, l’Etat russe moderne s’était en effet développé avec pratiquement aucun accès à la mer. Malgré les tentatives parfois fructueuses d’Ivan IV pour accéder à des espaces maritimes synonymes de richesse, de commerce et de modernité, la Russie demeurait coincée entre les principautés germano-baltes du nord, les vassaux tatars des ottomans au sud, ainsi que par la Pologne catholique à l’ouest.

Après les conquêtes de Pierre Ier sur les rivages de la Baltique, l’accès à la mer Noire devient l’un des objectifs principaux de la politique d’expansion territoriale russe sous Catherine II. Rendue possible par le très lent affaiblissement de l’empire ottoman, cette stratégie poursuit plusieurs objectifs. D’une part, fournir à l’empire russe, alors en pleine expansion économique, de nouveaux débouchés. D’autre part, renforcer la stratégie de conquêtes territoriales sur les rives de cette mer qu’il s’agissait de contrôler au moyen d’une flotte permanente, face aux ottomans et à leurs alliés. Enfin et surtout, permettre à la Russie de disposer des atouts nécessaires pour ce qui paraissait alors comme l’objectif final de toutes ces conquêtes : le contrôle des détroits du Bosphore et des Dardanelles, qui aurait permis à la Russie d’entrer en Méditerranée et de peser sérieusement sur les échanges maritimes mondiaux.

Caricature britannique de la fin du XVIIIe siècle montrant la progression de la Russie vers Constantinople

Si Catherine II jette les bases de cette stratégie en fondant notamment Sébastopol en 1783, celle-ci se poursuit tout au long du XIX ème siècle. Rythmée par une série de guerres opposant la Russie à un empire ottoman entré en décadence, cette dynamique d’expansion territoriale au sud finit par inquiéter sérieusement les grandes puissances maritimes occidentales, notamment la Grande Bretagne. La poussée russe menace en effet la route des Indes que l’empire britannique compose progressivement à cette époque siècle à travers une série d’acquisitions territoriales en Méditerranée. Si bien qu’en 1853-1856, la guerre de Crimée et le siège que la coalition franco-britannique met devant Sébastopol portent un coup d’arrêt brutal à cette politique d’expansion. Celle-ci reprend néanmoins dans les années 1870-1880, et lorsque l’empire ottoman accepte de signer le traité de San Stefano en 1878, les troupes russes ne sont qu’à une centaine de kilomètres d’Istanbul et des détroits.

C’est dans ce contexte de lutte pour le contrôle de cette mer fermée qu’au XIX ème siècle, des géographes, philosophes et écrivains y ont trouvé un terrain fertile au développement d’une pensée messianique dont on voit aujourd’hui resurgir certaines composantes. Ayant inspiré de larges pans du romantisme russe, les rivages ensoleillés du Caucase ou de la Crimée se sont en effet progressivement chargés d’une symbolique permettant d’en justifier le contrôle.

On peut à cet égard distinguer deux types de production de récits. D’une part la formulation de théories stratégiques, qui viennent donner à  l’espace mer Noire un sens géographique aujourd’hui encore mobilisable dans certaines luttes politiques. D’autre part, les récits géopolitiques stricto sensu, ayant vocation à mettre en scène cette valeur géographique, et dont certains éléments sont aujourd’hui repris par le pouvoir russe.

Point d’accès aux « mers chaudes » ou « porte du Heartland » : mise en récit d’un intérêt stratégique.

Un terme pourrait alors suffire à résumer les nombreuses tentatives de théorisation stratégique dont la mer Noire a fait l’objet de la part du monde intellectuel russe : celui de « mers chaudes ». On ne compte plus les analyses et ouvrages qui utilisent cette expression pour résumer une partie des intérêts russes en mer Noire. Le plus souvent, le terme de « mers chaudes » est présenté comme un objectif à atteindre, à savoir la Méditerranée et, plus loin encore, les océans libres de glaces. Nourri par la représentation d’une Russie considérée comme enclavée dans la mesure où ses accès maritimes donnent sur des mers fermées ou des océans gelés une partie de l’année, le concept de « mers chaudes » place la mer Noire au centre d’un dispositif intellectuel et stratégique qui s’est développé tout au long du XIX ème siècle et resurgit à l’époque contemporaine. C’est ainsi dans les Théories Stratégiques de l’amiral français Raoul Castex que l’on trouve l’un des meilleurs résumés de cette tentative de conceptualisation : « [La] Mer Noire n’est intéressante qu’en ce qu’elle conduit en Méditerranée […]. Comme il serait désirable d’y pénétrer directement. Mais cela pose le célèbre problème des détroits et exige que la Turquie soit complice. […] En 1914 encore, le slavisme, malgré tous ses efforts, n’est pas parvenu a réaliser son rêve d’accéder a la mer ensoleillée »[2]. Si la représentation de la mer Noire comme « tremplin » vers la Méditerranée est largement répandue et commune, certains penseurs vont encore plus loin en la désignant, ni plus ni moins, comme la première marche vers la « domination mondiale ». Ainsi, selon le géographe russe Piotr Semenov Tian-Shanski (1827-1914), le contrôle de la mer Noire et des détroits permettrait à la Russie de prétendre au leadership mondial qu’il estimait alors être assuré par la Grande Bretagne. La théorie de Tian-Shanski part du constat qu’il existe sur terre trois « baies océaniques » (Mediterranée, Caraïbes et mer de Chine), autour desquelles se sont développées les civilisations les plus puissantes et les plus avancées. Si le contrôle de ces trois zones parait à ses yeux indispensable pour la domination globale, il estime cependant que la domination par un Etat de l’une ou deux de ces baies suffirait pour que celui-ci s’assure un leadership mondial. Selon Tian-Shanski, et dans le cas de la Russie, contrôler la Méditerranée – et donc la mer Noire – reviendrait à assurer une liaison permanente « entre Sebastopol et Vladivostock, comme entre Kronstadt et Sebastopol. La Mediterranée jouerait enfin, au profit des Russes, son rôle essentiel: grâce a elle, les trois mers qui baignent les territoires [russes] communiqueraient les unes avec les autres ». Enfin, et au-delà de la question de la domination mondiale, Tian Shanski considère que la domination russe sur la mer Noire comme une condition sine qua non à sa sécurité : « quel que soit le choix de la Russie, […] pour sa défense dans le premier cas, comme point de départ de son expansion dans le second […]. Une mer fermée est un lieu ou tous les pays qui bordent cette mer sont contrôlés par celui qui possède la force navale la plus puissante »[3].

Considérée comme voie d’accès à la Méditerranée et aux océans, la mer Noire peut donc également être une faiblesse pour la Russie, si celle-ci venait à y perdre sa suprématie. C’est également l’idée développée par le célèbre théoricien britannique Harford Mackinder, pour qui cette mer fermée est la « porte du Heartland », c’est à dire du centre de la masse continentale eurasiatique qui constituerait selon lui le « pivot géographique de l’histoire ». Pour Mackinder, dont les théories ont par la suite été affinées par Spykman, le contrôle de ce « cœur des terres » assurerait lui aussi la domination mondiale. Les puissances périphériques à la masse continentale eurasiatique, à savoir la Grande Bretagne puis les Etats-Unis, dominant les mers entourant ce Heartland, n’auraient selon lui de cesse de vouloir le contrôler à cause des ressources dont il regorge, mais également en raison de sa position centrale dans le monde. Ainsi Mackinder explique que la mer Noire en constitue l’une des rares portes d’entrée pour les puissances périphériques souhaitant en prendre le contrôle, comparant les détroits à une brèche dans le « barrage continu de terres » que sont « le mont Taurus et les Alpes Dinariques », qui séparent le heartland de la Méditerranée[4].

Représentation cartographique du « heartland » de Mackinder, complétée par le travail de Nicolas Spykman

Les théories des « mers chaudes », de même que celles de Mackinder, constituent ainsi un premier niveau du phénomène de mise en récit géopolitique de l’espace mer Noire. Si certains concepts ne sont pas dénués d’intérêt pour le géographe, le flou qu’ils entretiennent par l’utilisation de termes vagues tels que « pivot géographique de l’histoire » ne peuvent que susciter méfiance et prudence. En effet, loin de constituer des grilles de lecture scientifiques, ils ajoutent plutôt à la confusion en créant de l’espace géographique en question des représentations conçues pour être mobilisées dans des luttes politiques, voire idéologiques, sous couvert d’un verni académique.

Depuis la début de la crise ukrainienne et l’annexion de la Crimée par la Russie, les théories du Heartland ou des « mers chaudes » ont par exemple bénéficié d’une publicité considérable, tant leur apparente systématisation des réalités géographiques est séduisante, et tant leur mobilisation peut s’avérer utile dans des prises de position incriminant ou justifiant le comportement des belligérants dans la région. Par exemple, on ne compte ainsi plus les tribunes ou décryptages qui convoquent l’aspiration séculaire de la Russie à accéder aux océans libres de glace pour expliquer la valeur stratégique de la Crimée et de la base navale de Sébastopol – alors même que la Russie disposait avant l’annexion de la presqu’île de plusieurs centaines de kilomètres de côtes sur la mer Noire, mais également de toutes les infrastructures stratégiques lui permettant, dans l’absolu, d’exercer une suprématie maritime sur cet espace.

La mer Noire et sa « mythologie » géopolitique.

Si le premier niveau de production de représentations géopolitiques induit par le rapport que la Russie entretient avec la mer Noire peut être qualifié de mise en récit de l’espace géographique, le second est quant à lui d’ordre historique. Il s’agit en effet des très nombreuses tentatives qui sont faites, depuis le XVIII ème siècle, de donner un sens à la progression russe sur les rivages de cette mer, ainsi que de donner une valeur symbolique aux objectifs stratégiques qui guident cette progression.

La plupart des courants de pensée qui se sont essayés à produire un sens historique du rôle de la Russie en mer Noire ont comme racine commune le projet politique de Catherine II. Si les succès que connaît la Russie en mer Noire sous son règne établissent durablement l’empire dans la région, ils sont également l’occasion de formuler un véritable « projet civilisateur » pour les territoires nouvellement conquis. Ainsi, l’annexion du Khanat tatar de Crimée en 1774 est-elle vue par certains historiens, comme Orest Subtelny, comme l’ultime victoire de la Russie sur « la steppe, qui depuis un millénaire représentait une source de danger pour les populations sédentaires slaves »[5]. Aussi, la colonisation du sud de l’Ukraine actuelle par des populations russes (la fameuse « Novorossya » dont le souvenir est aujourd’hui convoqué par les séparatistes de l’est de l’Ukraine, ainsi que par le président russe) constituait-elle une tentative de consolider les marches méridionales de l’empire en formulant un projet politique initialement inspiré de la philosophie des Lumières[6]. Mais surtout, cette avancée fut également justifiée par le « projet grec » que nourrissait Catherine, et par lequel elle entendait prendre Constantinople et placer son neveu sur le trône d’un nouvel empire byzantin panorthodoxe qui succéderait à la Russie[7]. La fondation de villes aux noms helléniques telles que Sébastopol (Sebastêin Polis, la « ville auguste ») ou Odessa (Odysseos, nom grec d’Ulysse) répondait alors autant à l’impératif de « civiliser » les marches méridionales de la Russie que d’établir une solide tête de pont en direction d’Istanbul.

Feu d’artifice donné en l’honneur de Catherine II sur les rives du Dniepr, par Jan Bogumil Plersch

En se prolongeant tout au long du XIX ème siècle, l’ambition russe de contrôler un jour les détroits s’est enrichie de diverses traditions intellectuelles qui se sont nourris de cette mise en récit initiale. Le courant de pensée le plus fécond de ce processus est de loin le slavophilisme, ainsi que ses ramifications ultérieures. S’il est difficile de définir ce mouvement intellectuel tant celui-ci fut protéiforme, on retrouve chez certaines de ses figures un intérêt commun pour la mer Noire, que Dostoïevski résuma ainsi : « Il faut que Constantinople et la Corne d’Or soient nôtres. Car non seulement c’est un port illustre qui maîtrise les détroits, centre de l’univers, arche de la Terre, mais car la Russie, ce formidable géant, doit enfin s’évader de sa chambre close où il a grandi au point que sa tête vient heurter le plafond, pour remplir ses poumons de l’air libre des mers et des océans […]. Cette obsédante question d’Orient est notre destinée future »[8]. Chez Dostoïevski, mais également chez d’autres penseurs slavophiles tels qu’Ivan Il’in ou Nikolaï Danilevski, la mer Noire est en effet considérée comme un espace dont le contrôle a une vocation certes stratégique, mais également messianique. En présentant comme finalité de la domination russe sur la région non pas le simple « contrôle des détroits », mais bien la prise de Constantinople pour en faire une « capitale d’une fédération de tous les slaves […], russes, les serbes, croates […], slovènes, bulgares, grecs, magyar et byzantins »[9], Nikolai Danilevski double d’ailleurs ce messianisme orthodoxe d’un projet panslave qui fut maintes fois repris pour justifier les intérêts russes en mer Noire. Ainsi, en 1916, en pleine première guerre mondiale et un an avant la révolution bolchévique, le président de la Douma Alexandre Trepov  écrivait, pour justifier l’engagement des troupes russes face à l’Autriche-Hongrie et l’empire ottoman : « Depuis plus de mille ans, la Russie cherche a s’étendre vers le sud, elle cherche un accès libre a une mer ouverte, Les clefs du Bosphore et de Constantinople. Le bouclier d’Oleg aux portes de Byzance, c’est le rêve immémorial, le rêve sacre du peuple russe depuis qu’il existe, Ce rêve, le voici tout prêt de se réaliser … Le peuple russe doit savoir pourquoi il verse son sang ! »[10].

Durant la période soviétique, ces mises en récit disparaissent en raison aussi bien du contexte idéologique que de la place qu’occupe la région dans la stratégie générale de l’URSS. Après la seconde guerre mondiale et avec le début de la guerre froide, les rivages soviétiques de la mer Noire font en effet directement face à ceux d’une puissance membre de l’OTAN, la Turquie. Dans la stratégie générale de l’URSS, la région est alors considérée d’abord comme l’un des possibles grands théâtres d’opération en cas de confrontation armée avec l’Ouest[11]. La Crimée devient par exemple une véritable forteresse où se concentrent de très importants effectifs terrestres, navals et aériens, ainsi que des installations balistiques de premier plan. Après 1991, les nouvelles tensions géopolitiques qui apparaissent à la faveur de l’écroulement de l’Union Soviétique et du Pacte de Varsovie font parfois craindre un embrasement de la région – comme à Sébastopol en 1992-1993, où déjà des soldats russes et ukrainiens s’étaient affrontés autour de la question du contrôle de l’ancienne flotte soviétique de mer Noire.

Depuis l’arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine, la politique régionale de la Russie est caractérisée par une stratégie d’influence qui promeut une identité supranationale et pluriethnique structurée par des récits fondateurs racontés en langue russe. Les politiques linguistiques de certaines anciennes républiques riveraines de la mer Noire comme l’Ukraine ou la Géorgie ont souvent servi de leitmotiv à toutes sortes d’actions ayant pour but de maintenir l’influence russe dans la région, face notamment aux « révolutions de couleur ». Pour autant, les événements de 2014 constituent une rupture, dans la mesure où jamais le pouvoir russe n’avait été aussi loin dans sa tentative de récupération des vieux mythes géopolitiques, et par conséquent d’une certaine vision de l’histoire et du rôle de la Russie au sud. En qualifiant la Crimée de « nouvelle Jérusalem du peuple russe », mais aussi en utilisant des termes tels que « nouvelles Russie » pour qualifier le sud-est ukrainien, Vladimir Poutine a clairement ancré son discours dans une stratégie non seulement de réactualisation, mais également de production de mythes géopolitiques en complément des positionnements classiques sur les questions linguistiques ou mémorielles. Le fait que la mer Noire soit l’espace privilégié de leur production est bien entendu lié, en premier lieu, au conflit en Ukraine et à l’annexion de la Crimée. Mais l’histoire de cette région en fait également un « laboratoire » d’une certaine radicalisation discursive qui évoque bien les mutations et tensions auxquelles est soumis le pouvoir russe à l’intérieur du territoire de la Fédération. Face à la crise économique qui touche aujourd’hui le pays et qui entame la crédibilité d’un pouvoir qui avait fondé sa légitimité sur sa capacité à redresser l’économie nationale, la mystification géopolitique apparaît comme une dangereuse fuite en avant. Cette dernière participe en effet à cristalliser les positions et à diminuer un peu plus la probabilité d’un règlement pacifique des crises qui secouent cet espace, et plus largement des tensions qui existent entre la Russie et « l’Occident ». Mais elle est aussi et surtout le signe du virage intellectuel et idéologique qui se produit actuellement à Moscou, où l’on convoque

[1]    Discours du président de la Fédération devant l’Assemblée Fédérale, 4 décembre 2014 – http://kremlin.ru/news/47173

[2]    CASTEX R., Théories stratégiques, Tome VII. Paris : Economica, 1997, p. 112.

[3]    SEMENOV TIAN-SHANSKI, cité par TAKASHIMA T., Traditions, actions et stratégies de la marine de guerre soviétique. Lille : Atelier National de reproduction des thèses, université Lille III, 2006, p. 27.

[4]    MACKINDER, H.J. « The geographical pivot of history ». The Geographical Journal, 1904

[5]    SUBTELNY Orest, Ukraine : a history.Toronto : University of Toronto Press, 2000, p. 176

[6]    Cette influence de la philosophie des Lumières est particulièrement visible dans le Manifeste de l’Union à la Crimée, un document signé par Catherine II en 1783 qui définit les grandes lignes du rôle de l’Etat russe sur cette nouvelle province.

[7]    PERNOT M., l’Union Soviétique et la Méditerranée. Revue « Politique étrangère, vol. 11, 1946, pp. 117-128.

[8]    DOSTOIEVSKI F., « De ce que Constantinople doit être nôtre », in Journal d’un écrivain. Paris : La Pléiade, 1972.

[9]    DANILEVSKI N. IA., Rossija i Evropa, vzgljad na kul’turny i političeski otnošenija (La Russie et l’Europe, regard sur des relations culturelles et politiques). Saint-Pétersbourg : Strakhova, 1895.

[10]  TREPOV A., cité par PERNOT M., op. Cit.

[11]  Le rôle stratégique de la mer Noire pour la défense de l’Union Soviétique a notamment été théorisé par l’amiral Shlomin dans son ouvrage La souveraineté sur les mers fermées (Gospodstvo na zakrytyh morjah, 1974).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search