La Russie peut-elle se déconnecter d’Internet ?

En 2019, la Douma a adopté la loi FZ90, baptisée loi du « Runet souverain ». Elle prévoit de donner à l’Etat les moyens juridiques, administratifs et techniques de contrôler l’intégralité des flux de données entrant et sortant du territoire russe et, le cas échéant, de déconnecter le pays du reste du monde en cas de « menace extérieure avérée ». Plusieurs semaines après le début de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, la déconnexion prévue par la loi de 2019 n’a toujours pas eu lieu, alors même que le pays est progressivement isolé de nombreux flux financiers, logistiques et économiques de la mondialisation soit par des sanctions, soit par l’action du gouvernement russe lui-même.

Cela ne signifie pas pour autant qu’il ne se passe rien dans le cyberespace russophone : le blocage des derniers médias indépendants du pays, de même que celui de plusieurs sites d’information occidentaux, est déjà une mesure de déconnexion de la Russie de certains flux d’informations considérés comme « indésirables » par les autorités en raison de leur couverture de l’invasion russe. De même, l’Etat a demandé à Roskomnadzor, le gendarme russe des télécommunications, de ralentir ou de bloquer certains réseaux sociaux tels que Facebook, au prétexte que ceux-ci seraient des vecteurs de « fausses informations » sur le conflit.

Catastrophiques en termes de liberté d’expression et d’information, ces mesures constituent la suite logique des politiques de censure progressivement établies par les autorités depuis de nombreuses années. Il n’y a pourtant là aucune innovation majeure, mais plutôt une accélération spectaculaire du long mouvement qui vise à déconnecter l’espace informationnel russe de celui des pays occidentaux. D’ailleurs, et même si cela reste anecdotique à l’échelle de l’ensemble la population russe, des solutions de contournement de cette censure numérique existent : la massification des VPN, ou l’utilisation du réseau TOR, conseillée par exemple par la BBC à ses lecteurs situés en Russie où le média est bloqué, permet pour l’instant de dépasser bien des restrictions – du moins pour celles et ceux qui disposent des connaissances techniques nécessaires.

Ces éléments de censures sont pourtant bien loin de la fameuse déconnexion voulue par la loi de 2019. Car si elle venait à survenir, aucun VPN ni aucune ruse numérique ne suffirait à contourner un tel blocage. Les flux de données seraient interrompus ou filtrés à des niveaux qui laisseraient peu de marge de manœuvre au contournement d’un tel « rideau de fer » numérique. Cet article a pour objectif d’exposer les origines, principes, perspectives et surtout limites de la stratégie portée par la loi de 2019 de « frontiérisation » de l’Internet russe. En effet, la Russie semble ne pas (encore) être capable d’opérer une telle déconnexion, notamment pour des raisons structurelles qui ont trait à l’histoire et à la géographie du pays, de même qu’à l’architecture particulière de son réseau Internet.

Lire la suite sur Le Rubicon


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search