Carnet de terrain : Obninsk “première naukograd”

Obninsk est une ancienne ville fermée soviétique ouverte dès 1991. A l’époque soviétique, celle-ci abritait plusieurs instituts de recherches et sa population était essentiellement composée de chercheurs et d’ingénieurs. Depuis 2000, Obninsk est juridiquement une « cité des sciences » (naukograd) de la fédération. Premiers pas dans une ancienne ville d’élite qui entend recomposer avec son passé.

En arrivant par le train Moscou-Kalouga en gare d’Obninsk, la première chose qui frappe le visiteur est la relative indigence des infrastructures. La ville fait pourtant partie de cet « archipel de la science » qui, armé de privilèges considérables à l’époque soviétique, dispose d’infrastructures de meilleure qualité. En comparaison avec Doubna, une autre ville de sciences de profil sensiblement similaire, les choses sont ici moins brillantes. J’ai pu dire que la ville de Doubna faisait aujourd’hui figure de vitrine, avec ses gazons bien tondus, ses parterres de fleurs, ses trottoirs pavés (un luxe à la mode dans les villes russes qui en ont les moyens). A Obninsk rien de cela. La place de la gare est bordée par une série de bâtiments en briques, tout à fait significatifs de l’urbanisme khrouchtchévien. Des immeubles de 5 étages environ, que les russes appellent aujourd’hui encore « khrouchtchevki », dans la mesure où ils furent la grande réponse du premier secrétaire d’alors au problème de logement que connaissait l’URSS des années 1950 (ce fut la priorité du 7ème plan quinquennal, dans lequel la question du logement est qualifiée de « bombe à retardement » pour la stabilité du régime, les plans antérieurs ayant fait peu de cas du « byt », c’est à dire des biens de consommations et des commodités civiles telles que le logement).

Cinéma abandonné aux environs d'Obninsk

Si l’on poursuit depuis cette place de la gare, l’on tombe sur l’hôtel « ioubilejnoe », dont l’architecture est quant à elle tout à fait représentative des années 70. A quelques pas de là, le bâtiment de la mairie est modeste, le marteau et la faucille sont toujours présents sur la façade, discrètement … voilà qui change de l’imposant immeuble dont dispose l’administration de Doubna, quant à lui tout à fait moderne et pourvu d’un ascenseur. Ici rien de cela. Pourtant, Obninsk compte 40 000 habitants de plus que Doubna.

Lors de ma rencontre avec une députée du soviet local, je lui pose la question : comment se fait-il que cette ville, prestigieuse, dotée budgétairement au niveau fédéral du fait de son statut de ville de science de la fédération (naukograd), ait une allure si modeste, en comparaison de l’opulence de Doubna ? La réponse pour elle qui a vécu les trente dernières années de vie politique locale est claire. Obninsk ne se situe pas dans la région de Moscou, et ne dispose pas des réseaux d’influence sur lesquels s’appuie l’administration de Doubna. De même, l’oblast’ de Kalouga (dont dépend Obninsk) ne dispose pas de la force de frappe financière de l’oblast’ de Moscou en termes de science et d’innovation. Si la région de Kalouga attire les investisseurs étrangers (PSA est très implanté), elle ne se hisse pas au niveau de celle de Moscou qui dispose par exemple de son propre ministère régional de l’innovation (réformé et mieux doté il y a quelques mois). De même, Obninsk ne dispose pas (ou plus) de toute l’infrastructure socio-culturelle dont bénéficie Doubna. Il existe bien encore un palais de la culture datant de l’époque soviétique, où se produisent de nombreux artistes, mais à part cela les éléments qui faisaient à l’époque soviétique la particularité de cette ville d’élite ne sont plus. Les causes sont encore pour moi obscures, mais il semblerait qu’au niveau municipal, la ville n’ait pas disposé (au contraire de Doubna) d’une élite politique assez forte et influente pour organiser des opérations de sauvegarde des infrastructures socio-culturelles. A Doubna, la proximité des élites municipales et de la direction de l’institut de recherche nucléaire (JINR) avaient pu permettre le rachat par la ville de nombreuses installations détenues jusqu’alors par le JINR ou d’autres entreprises municipales. Mais surtout, à Doubna, c’est la même équipe municipale qui se maintient depuis 1991 et les réseaux sont très solidement installés à tous les niveaux. A Obninsk, rien de cela. Il y a eu 3 maires depuis 1991, et leurs liens avec le complexe scientifique ne sont pas aussi profonds qu’à Doubna. En cause, le fait que les instituts de recherches d’Obninsk soient des structures couvertes par le secret à l’époque soviétique, installant irrémédiablement une barrière entre activités de production/recherche et vie politique locale.

Un peu d’histoire …

Officiellement, la ville est née en 1956 pour héberger la première centrale nucléaire du monde, dont les haute cheminées dominent encore le paysage urbain. Mais la ville est secrètement créée dès 1945 autour du « laboratoire V », un objet secret ayant relevé au début du ministère de l’intérieur et du NKVD. Il s’agissait d’une branche secrète de l’institut de physique énergétique, où furent « invités » de nombreux chercheurs allemands ayant travaillé sur le programme nucléaire nazi. Très vite, les recherches portèrent au sein du Laboratoire V sur la possibilité de construire un réacteur nucléaire pour la production d’énergie. La première centrale nucléaire du monde y fut donc ouverte en 1954. Ici, le parallèle historique avec Doubna est frappant. Doubna fut officieusement créée autour de l’institut des problèmes hydrauliques, un « pseudonyme » derrière lequel se cachait un institut de recherche ayant pour but de créer le premier accélérateur à particule de l’URSS. Là aussi, quelques chercheurs allemands furent employés, bien que la plupart aient travaillé sur l’autre berge de la Volga, au sein de l’OKB 30, qui produisit les premiers réacteurs pour l’armée de l’air soviétique (cf. article correspondant sur ce carnet).

En 1956, Obninsk est donc élevée au rang de ville, au même moment que Doubna. Dans le cas de cette dernière, son élévation est due au fait qu’elle fut désignée comme siège du JINR, une organisation nucléaire internationale fondée sur le modèle du CERN et qui devait permettre la mise en commun des savoirs sur la maîtrise de l’atome entre les pays socialistes. Dans ce cas, l’influence des réformes du XX ème congrès est prégnante. Nous passons d’un modèle de villages secrets à celui de ville internationaliste et pacifique. Dans le cas d’Obninsk, j’ai pour le moment un peu de mal à systématiser la correspondance des deux événements au sein du contexte global des réformes du XX ème congrès.

Le palais de la culture de l'institut de physique

Toujours est il que peu de temps après, le réacteur nucléaire d’Obninsk intéresse la marine soviétique qui s’apprête à lancer son premier sous-marin nucléaire en 1958. Le Leninski Komsomol ou K-3 (code OTAN « November ») se distingua notamment en atteignant le pôle nord en 1962. Ce sous-marin de toute nouvelle génération nécessitait d’importantes formations spéciales pour l’équipage : radiations, maîtrise et gestion du réacteur nucléaire … Obninsk fut donc choisie pour héberger le centre d’entraînement des équipages de sous-marins nucléaires soviétiques. Aujourd’hui encore, la marine russe y entraine ses équipages dans le même but. En marge de cette activité, un institut d’étude médicale des radiations fut installé afin d’observer l’impact de la radioactivité sur l’organisme humain dans un premier temps. Dans un second temps, cet institut eut une grande utilité dans l’invention des premiers rayons-x qui équipèrent les hôpitaux du pays. Durant toute la période soviétique, et pour des motifs compréhensibles, Obninsk fut fermée. Les citoyens soviétiques ne disposant pas d’autorisation ne pouvaient s’y rendre, et les étrangers étaient absolument interdits.

Bâtiment jouxtant l'institut de physique. L'architecture est typique du monumentalisme stalinien d'après guerre.

Le soucis du secret fut poussé si loin que les marins qui venaient s’entrainer à Obninsk étaient tenus de porter des uniformes de l’armée de terre, et de ne divulguer à personne leur véritable mission. Mais comme souvent en URSS, le secret concernait plus les populations locales que les Etats-Unis qui eurent vite vent de ces installations.

Une anecdote célèbre m’a été rapportée à ce sujet. Dans les années 80, le commandant du centre secret d’entraînement des sous-mariniers fut surpris d’apprendre que Radio Free Europe (la radio américaine qui émettait en direction des pays socialistes et qui était très écoutée par l’intelligentsia malgré les interdits et brouillages d’ondes) lui souhaita un jour non seulement un bon anniversaire, mais également plein de réussites dans l’accomplissement de sa mission ! Le sens de l’humour de l’ennemi américain fut ce jour-là salué par les physiciens d’Obninsk dont beaucoup écoutaient radio free europe, même si certains crièrent à la provocation …

Carte schématique de la répartition des activités à Obninsk à l'époque soviétique.

Obninsk est devenue en 2000 la première naukograd (cité des sciences) de la fédération de Russie. Dans ce cadre, elle est devenue une ville pilote pour la gestion des politiques de sauvegarde et de reconversion du complexe scientifique de l’URSS. Mais ceci fera l’objet d’un autre billet.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet
This entry was posted in Non classé. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">