Les intrusions russes sur ondes courtes : un outil de veille géopolitique ?

 

 

448291789_ebc5059e94_b

Dans le monde merveilleusement complexe des ondes radio et de leur gestion, il existe des règles strictes. Par exemple, si d’aventure je possédais un puissant matériel d’émission, je ne pourrais en aucun cas me permettre d’émettre sur n’importe quelle fréquence. Car si je le faisais, et que je décidais par exemple de « squatter » la fréquence de France Culture (au hasard), vous ne pourriez peut-être plus écouter votre émission préférée dans un certain périmètre … et je finirais par avoir des problèmes avec la justice.
Or, si vous priver de votre plaisir radiophonique quotidien n’est pas d’une gravité extrême, il en va bien différemment lorsqu’il s’agit de communications d’urgence, ou de tout autre type de systèmes vitaux et/ou stratégiques utilisant les ondes radio pour communiquer. La plupart des longueurs d’ondes sont ainsi réservées à diverses activités allant du réseau wifi de votre salon (ondes centimétriques) aux communications militaires de longue distance (ondes courtes) en passant par les systèmes de transmission aéronautiques et maritimes (VHF).
L’univers des fréquences regorge donc de cloisons, de frontières et de règles définies par l’Union Internationale des Telecoms (UIT) et par les autorités nationales de régulation. Or, toute règle étant faite pour être transgressée, la radio a elle aussi ses « hors la loi » et ses délits.

Dans le jargon, cela s’appelle une « intrusion ». C’est à dire lorsque quelqu’un (ou quelque chose) émet un signal sur une bande qui lui est interdite – soit parce qu’il n’a pas l’autorisation d’émettre sur cette bande, soit parce que son matériel est si puissant qu’il parasite les signaux émis sur des bandes qui ne sont pas les siennes.

Dans le domaine des ondes courtes (c’est à dire celles qui voyagent sur de longues distances), c’est l’Union Internationale des Radio Amateur (IARU) qui assure la veille des intrusions via le IARU Monitoring system. Il s’agit d’un réseau de techniciens qui veillent et rapportent les intrusions sur les fréquences réservées aux radio amateurs. La plupart du temps, ces intrusions proviennent des radios à onde courte (Radio France International, par erreur, peut émettre sur une fréquence qui lui est interdite), d’émetteurs non enregistrés auprès de l’UIT (bateaux de pêche clandestins), ou carrément d’engins militaires. Tous les mois, les veilleurs de l’IARU dressent ainsi la liste des intrusions détectées sur chacune des trois régions de l’UIT.

La division du monde selon l'UIT

La division du monde selon l’UIT

La région qui nous intéresse ici est la n°1, qui regroupe l’Europe, l’Afrique, le Moyen Orient ainsi que l’ancienne Union Soviétique. On y trouve toutes sortes d’intrusions, des plus banales aux plus surprenantes. Parmi les « banales », on trouve des choses telles qu’un signal intrusif de radio Teheran, des pêcheurs espagnols qui n’ont visiblement que faire des règles de l’UIT, ou encore des pirates discutant dans le golfe de Guinée. Pour ce qui est des intrusions « surprenantes », bon nombre d’entre elles viennent de l’ancienne Union Soviétique. Ce sont par exemple des chauffeurs de taxi de Moscou qui communiquent entre eux par VHF sur des fréquences qui leur sont interdites, et que les radio amateurs détectent jusqu’en Espagne ! C’est aussi ce signal des services de renseignement extérieurs ukrainien (SZRU) que l’on peut entendre tous les mercredi à 10h00 GMT sur la fréquence 14280 khz : une voix de femme qui récite des chiffres, et que l’on peut écouter ici. Et puis, il y a l’ambassade de Corée du Nord à Moscou qui communique parfois ses messages diplomatiques à Pyongyang sur des fréquences amateurs, et qu’un veilleur de l’IARU a enregistré ici.

Prendre le pouls des activités stratégiques russes

Au-delà de l’aspect anecdotique de ce fatras de communications « clandestines », leur monitoring peut être intéressant pour qui souhaite prendre le pouls de l’activité stratégique russe. En effet, l’armée russe est la championne incontestée des intrusions sur les fréquences radio-amateurs. A l’époque soviétique déjà, l’armée rouge polluait les ondes de manière significative. On se souvient notamment de l’affaire dite du  Russian woodpecker (« pic-vert russe », aussi appelé « moulinette à caviar »), un parasite radio dont le signal sonore ressemblait à celui d’un pic-vert. Celui-ci était si puissant que l’on pouvait parfois même l’entendre jusque sur le réseau téléphonique d’Europe occidentale. Tandis que certains esprits particulièrement féconds attribuaient ce signal à un programme soviétique secret de manipulation mentale, il fut vite identifié comme provenant d’un gigantesque radar Duga-3 installé aux environs de Tchernobyl.

Duga 3, aux environs de Tchernobyl

Duga-3, aux environs de Tchernobyl

Aujourd’hui, et bien que le Russian woodpecker ait disparu depuis longtemps, les veilleurs de l’IARU enregistrent chaque mois des dizaine de signaux que l’armée russe laisse « traîner » sur de nombreuses bandes, notamment 7 et 14 Mhz. Parmi les classiques, un radar trans-horizon (qui permet de détecter un objet sur plusieurs milliers de kilomètres) situé dans la région de Nizhny Novgorod,  dont les impulsions très puissantes parasitent certaines fréquences. Ou encore un brouilleur de type Yakhta (que l’on peut écouter ici), probablement utilisé par l’état major de la marine à Moscou pour communiquer avec des unités en province*.

Augmentation significative de l’activité russe depuis août 2015

Bien qu’il soit impossible d’analyser le contenu de ces messages cryptés ou brouillés, leur récurrence et leur intensité peuvent permettre d’alimenter une veille – et par conséquent de donner une idée de l’évolution des activités stratégiques russes dans certaines régions. D’autant plus que la plupart de ces signaux peuvent être localisés avec plus ou moins d’accuité grâce à la triangulation.
Or, les veilleurs de l’IARU ont enregistré depuis le milieu de l’été 2015 une forte augmentation des signaux en provenance de Russie. Par exemple durant la période du 6 au 18 septembre 2015, sur un total de 33 intrusions répertoriées, 14 sont imputables à l’armée russe – soit plus de 40% du total. A titre de comparaison, en mai 2015, l’armée russe n’était coupable « que » de 20% des intrusions. En ce qui concerne leur nature ou leur provenance, il faut ici s’en remettre aux avis d’expert des veilleurs de l’IARU : une partie significative de ces signaux serait imputable à la marine russe (en particulier autour de Sébastopol), ainsi qu’à des « messages cryptés » de provenance inconnue. De là à imaginer qu’il y a un lien entre cette recrudescence et la montée en puissance du dispositif militaire russe en Syrie, il n’y a qu’un pas que je me garde bien de franchir pour l’instant …

NOTA : Les rapports mensuels de l’IARU (ainsi que les enregistrements sonores utilisés dans cet article) sont disponibles en ligne à cette adresse : http://www.iarums-r1.org/

* http://www.cvni.net/radio/nsnl/nsnl072/nsnl72mil.html


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *