Qu’est ce qu’une ville fermée ? Première partie : recadrages théoriques

Les villes fermées en Russie aujourd'hui (ATTENTION : cette carte peut contenir des erreur, j'ai un doute sur quelques localités)

Le qualificatif de « ville fermée » renvoie à une réalité bien particulière héritée de l’époque soviétique. Aujourd’hui encore, la presse parle de « villes fermées » pour désigner les 42 entités administratives et territoriales fermées (ou ZATO – Zakrytoe Administrativnoe Territorialnoe Obrazovanne) dont le statut est régi par la loi du 14 juillet 1992 n°3297-1 relative aux entités administratives et territoriales fermées. Ces 42 entités sont pour l’essentiel d’anciennes villes fermées du complexe militaro-industriel soviétique, et leur statut spécial est légitimé par « l’existence d’établissements dédiés à la fabrication, au stockage, à l’élimination des armes de destruction massive, au recyclage des matières radioactives et autres matériaux, ainsi qu’à d’autres activités militaires pour lesquels un régime spécial de sécurité et de protection des secrets d’Etat est établi » [Loi du 14 juillet 1992 n°3297-1 relative aux entités administratives et territoriales fermées, article 1]. Régulièrement amendée depuis 1992, cette loi instaure un statut juridique unique qui n’existait pas à l’époque soviétique. En fait, il semblerait que la représentation actuelle de la ville fermée soviétique soit « parasitée » par la loi de 1992.

La première faiblesse de mes hypothèses de départ a en effet été de considérer la ville fermée comme un objet d’étude ontologique défini, précis et encadré par une réglementation juridique soviétique hiérarchisée et rationnelle, à l’image des ZATO. Or, il n’en est rien. Le terme même de ville fermée renvoie à une réalité on ne peut plus floue, surtout présente dans le langage journalistique des deux dernières décennies. En fait, le terme de « ville fermée » renvoie non seulement à de multiples réalités (a), mais semble surtout créer une distorsion de représentations entre la réalité historique et le sens actuel de ce qualificatif, notamment par le biais de la question de la mobilité des biens et des personnes (b). Pourtant, nous le verrons ensuite, le terme de ville fermée n’est absolument pas vain. Simplement, il semble à mon sens nécessaire de « recadrer » la définition théorique de ces ensembles urbains atypiques, afin de mieux comprendre par la suite comment se sont générées les représentations territoriales autour des anciennes villes fermées de Dubna, Baïkonour et Sébastopol.

a. Des réalités multiples.

Après avoir cherché (en vain) des précisions juridiques sur le statut de ville fermée à l’époque soviétique, j’ai fait connaissance avec les travaux de Michael Gentile, géographe statisticien qui a beaucoup travaillé sur les anciennes villes fermées soviétiques de l’est du Kazakhstan. Celui-ci est catégorique : « Les villes fermées ne constituent pas une catégorie absolue de territoires urbains […] On ne sait pas aujourd’hui combien de villes étaient fermées à l’époque soviétique, dans la mesure où les informations les concernant étaient hautement classifiées par les autorités soviétiques, et n’ont pas encore été totalement déclassifiées » [GENTILE Michael, Former closed cities dans urbanisation in the FSU: an exploration in Kazakhstan. Europe-Asia Studies, 56:2, 2004. pp. 263-278]. En d’autres termes, il est difficile d’obtenir des informations générales sur le statut juridique des villes fermées, et les autorités soviétiques semblent avoir agi au cas par cas [Ibid.]. Définir avec exactitude ce qu’était la fermeture à Sébastopol, Dubna et Baïkonour implique un travail de terrain conséquent, fondé à la fois sur le dépouillement d’archives municipales et la collecte de témoignages d’habitants ayant vécu la fermeture avant 1991. Cela semble être la seule manière possible d’agir, tant les statuts des villes dites « fermées » étaient différents.

Néanmoins, il est déjà possible de trouver un premier élément commun de définition de nos objets d’études. Si le terme de ville fermée est très général, il recouvre au moins trois réalités thématiques différentes à l’époque soviétique :

  • Les villes fermées du complexe industriel (ex : Dnipropetrovsk, Ukraine)
  • Les villes du complexe carcéral soviétique, le fameux « archipel du Goulag » (ex: Magadan, Extrême-Orient russe)

  • Les villes fermées du complexe militaro-industriel soviétique.

C’est la dernière catégorie qui nous intéresse ici, car aussi bien Dubna, que Baïkonour ou Sébastopol rentrent dans cette thématique. A l’instar des deux premières catégories, les villes fermées du complexe militaro-industriel soviétique sont des produits de la Guerre Froide. Kate Brown, qui a travaillé sur les villes du complexe nucléaire soviétique les appelle les « composantes territoriales de la Guerre Froide »[BROWN K., Incarcerated space : making bombs and middle classes, papier présentée à la convention AAASS, Nouvelle-Orléans, 2007]. Ces villes apparaissent à un moment précis, en 1948 (dont Sébastopol), date qui coïncide d’ailleurs avec le discours de Winston Churchill sur le rideau de fer à Fulton. En posant de « petits rideaux de fer » autour de certaines agglomérations, l’Union Soviétique montre deux choses :

D’une part, pour reprendre les mots de Martin Malia dans sa Tragédie Soviétique, que l’URSS entre dans une nouvelle phase de maturité. Après le communisme de guerre de Lénine, après « l’aventure » stalinienne des années 30 (qui a vu naître les premières villes fermées du complexe industriel et carcéral), voici le temps de l’empire vainqueur et consolidé [MALIA M. La tragédie soviétique, Seuil, 1995]. Celui-ci, solidifié par la victoire sur l’Allemagne, s’extériorise face à l’ouest à l’aune de ses nouvelles conquêtes territoriales en Europe. L’intérêt supérieur de l’Union Soviétique prend un sens nouveau, alors que la « lune de miel » américano-soviétique prend rapidement fin avec la clôture des procès de Nuremberg et le blocus de Berlin.

D’autre part, si cette maturité s’affirme à l’international par la compétition est-ouest naissante, elle s’affirme également à l’intérieur de l’URSS. Le processus de territorialisation de la puissance que constitue la création des premières villes fermées montre une maîtrise nouvelle du territoire par les autorités soviétiques.

Pour le comprendre, penchons-nous d’abord sur l’idée de guerre dans la ville. Comme le dit l’historienne des sciences Amy Dahan pour le cas des Etats-Unis, la guerre froide va « inoculer » la culture de guerre dans les milieux scientifiques. Celle-ci, selon Dahan, se fonde sur une « culture de l’urgence et de la mobilisation des ressources et des personnes » [DAHAN A. les scientifiques dans la guerre froide, séminaire du 17 janvier 2011, programme Guerre Froide, université Paris IV]. Certes, aux Etats-Unis, ce processus va prendre une tournure « libérale », via des organismes pilotés ou créés par l’armée américaine, mais qui deviennent très vite indépendants (c’est le cas de la Rand Corporation, créée par l’US Air Force pour modéliser un conflit entre l’URSS et l’OTAN, devenant ensuite un influent think tank au sein duquel travaillent de nombreux mathématiciens, statisticiens ou physiciens). En Union Soviétique, cette culture n’est certes pas nouvelle, puisque l’essence idéologique du régime est fondée sur la mobilisation des ressources face au capitalisme. Mais dès 1946-1947, la Guerre froide va objectiver cette position, aussi bien dans une perspective de réaction aux politiques américaines (au sortir de la guerre, l’URSS est en retard technologiquement dans presque tous les domaines) que grâce à l’identification d’un adversaire concret. Dans le cas soviétique, je rajouterais donc aux réflexions d’Amy Dahan l’élément suivant : il y a certes une confirmation de la culture de guerre au sein des milieux scientifiques, mais l’hypercentralisation de l’URSS stalinienne, ainsi que le rapport à l’espace géographique induit une dimension territoriale à cette culture de la mobilisation.

Source : GHIRARDI R., SOURBES-VERGER I., VERGER F., L'espace, nouveau territoire. Atlas des satellites et des politiques spatiales, Belin, 2002

Les villes fermées du complexe militaro-industriel matérialisent donc ce processus soviétique de mobilisation des ressources et des personnes. Ajoutons également à ce processus l’idée de l’interdépendance. Les villes fermées militaro-industrielles ont pour caractéristique d’être monotâches, c’est à dire dédiée à une seule activité, quelle que soit sa complexité. Par exemple, Snijersk sera spécialisée dans l’enrichissement d’uranium. Dubna, dans la recherche fondamentale. Baïkonour dans le lancement des fusées. Cela postule donc qu’il y ait une interdépendance très forte entre les différentes villes de ce complexe. Prenons ici l’exemple de Baïkonour, à travers la carte présentée ci-contre.

Certes, les fusées sont lancées depuis Baïkonour. Mais ces fusées sont construites à Omsk, Samara, Voronej ou Privoljski. Le contrôle des vols s’effectue quant à lui depuis le CUP (Centr Upravlenja Poleti, centre de contrôle de vol), situé à Korolev dans la banlieue de Moscou. De même, les instituts de recherche, les stations de radioguidages, sont disséminées sur tout le territoire soviétique. Baïkonour n’est donc que le dernier maillon d’un processus d’accès à l’espace. Il en est de même pour Dubna ou Sébastopol, qui s’intègrent dans un système de villes fermées dont elles concentrent les activités. Dans le cas de Sébastopol, il s’agit du commandement et de l’entretien de la flotte, qui nécessitent d’importants soutiens que ce soit en termes logistiques (usines, chantiers navals) ou militaires (bases secondaires sensées protéger Sébastopol d’une éventuelle attaque).

Cette logique induit une hiérarchisation du territoire en fonction de l’intérêt supérieur de l’URSS. Par exemple, Dubna (centre de recherche principal sur l’atome) n’aura pas la même importance (en terme de budget, ou même de propagande) aux yeux du pouvoir central qu’une petite ville dont la principale tâche est le traitement des déchets radioactifs. De même, Sébastopol, aux vues des effectifs militaires, ne saurait être comparée avec tout autre port militaire fermé de moindre importance, comme Sillmäe sur la Baltique. Pourtant, toutes ces villes sont rangées sous la bannière des « villes fermées ». On serait alors tenté de considérer celles-ci comme un tout indivisible, hermétiquement séparé du reste du territoire soviétique par les barrières de l’intérêt national.

b. Villes fermées soviétiques et ZATO fédérales : confusion de sens autour du thème de la mobilité.

Or, cette tentation (à laquelle j’ai été soumis) est une erreur, dans la mesure où elle présenterait les villes fermées soviétiques comme une catégorie à part, à l’image des ZATO fédérales d’aujourd’hui. Cela impliquerait une vision faussée de l’histoire, notamment autour du thème de la mobilité des biens et des personnes. Or, ce thème me sera très utile pour comprendre la construction des représentations.

Dans le contexte de la Russie contemporaine, les ZATO peuvent représenter pour certains une entrave à la liberté de circulation dans la mesure où ce statut implique l’établissement de restrictions d’entrée, de résidence, de libre entreprise et d’accès à la propriété privée pour les habitants des municipalités sous statut de la loi de 1992 [LEMAITRE Roemer, How closed cities violate the freedom of movement and other international human right obligations of the Russian Federation. Faculty of Law of Leuven, Institute for International Law, Working paper n°77, juin 2005]. Calquer la représentation des ZATO aux villes fermées de l’époque soviétique reviendrait à affirmer que les autorités soviétiques responsables de la fermeture considéraient la gestion du territoire, des migrations et des échanges d’une manière assez proche de celle, libérale, des autorités russes contemporaines. Or il n’en est rien, et cette typologie établie par Michael Gentile permet de le comprendre :

Degré de fermeture Caractéristiques Exemples de villes
Villes secrètes Ne figurent pas sur les cartes, sont totalement fermées Baïkonour, Seversk
Villes totalement fermées Régime drastique de fermeture, sélection attentive du personnel Severomorsk, Dubna
Villes fermées Autorisation requise pour les visites, délivrées par les autorités Sébastopol, Petropavlovsk
Villes fermées aux citoyens étrangers Les citoyens étrangers sont interdits Murmansk, Gorky
Villes totalement contrôlées Migrations contrôlées, nécessité d’obtenir un permis de séjour Moscou, Léningrad, Riga
Villes à expansion industrielle limitée Interdiction d’expansion des industries Kirov, Omsk, Alma-Ata
Villes ouvertes Aucune restriction Bukhara

Source : GENTILE M., Generic classification of the degrees of city closure during the soviet era, in Former closed cities and urbanisation in FSU, Europe-Asia Studies, 56:2, pp. 263-278, 2004.

Ce tableau montre qu’il n’existe pas un seul type de ville fermée qui obéirait à un décret-loi du gouvernement soviétique, mais des statuts multiples avec différents niveaux de restrictions. C’est ici que réside la principale différence entre les ZATO de la Fédération de Russie et les villes fermées soviétiques. Le statut de ZATO, au-delà du fait qu’il soit juridiquement rationalisé et uniformisé, implique une règle d’exception en limitant la liberté de mouvement au sein d’une fédération où les biens et les personnes sont libres de se déplacer. La ville fermée soviétique n’implique quant à elle qu’un degré plus ou moins élevé de restriction dans un vaste système de contrôle de la mobilité. La fermeture n’est donc pas l’exception, mais plutôt l’extrémité d’une échelle de valeur intériorisée par le citoyen soviétique, et qui comprend des villes aussi importantes que Moscou ou Leningrad.

Sur ce sujet, ma réflexion est encore balbutiante. Je compte améliorer ma connaissance de ce vaste système de contrôle qui fut matérialisé par la généralisation du passeport intérieur (dont chaque citoyen soviétique devait se munir pour se déplacer à l’intérieur de l’URSS) et de la propiska (autorisation de résidence). Mais déjà, je perçois que l’entrave à la mobilité n’est pas le premier critère de définition des villes fermées. Déjà, en 1987, Michel Foucher notait dans Hérodote cette « géographie du pouvoir » qui dressait de nombreuses barrières à l’intérieur de l’Union Soviétique et portait à une complexe hiérarchisation des territoires.

Source : FOUCHER M., L'Union Soviétique et ses frontières, géographie des armées au dehors, et du pouvoir au-dedans. Hérodote n°47, Géopolitique de l'URSS, 4ème trimestre 1987.

La carte présentée ci-contre est tirée de l’article de M. Foucher et, bien qu’incomplète aux vues des informations disponibles à l’époque, permet de se faire une idée de cette « maîtrise du territoire » voulue par les autorités soviétiques. Elle permet aussi de visualiser géographiquement le schéma de contrôle de la mobilité intériorisé par les citoyens soviétiques.

Au sein du système soviétique de la passeportisation, l’entrave à la mobilité ne joue donc pas le rôle que j’avais escompté au départ pour définir les villes fermées soviétiques. La formule « c’est une ville fermée car je ne peux pas y aller » n’est pas vraiment recevable pour l’époque soviétique, et il me faut trouver de nouveaux outils qui me permettront d’analyser les représentations territoriales qui découlent de cette époque à Dubna, Baïkonour et Sébastopol. A suivre !


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. FICARA dit :

    Bonjour,
    avez-vous un livre à me conseiller sur les villes fermées des Pays Baltes ? Et surtout un livre qui insisterait sur Kaliningrad ou le caractère fermé s’étend à tout un oblast ?

  2. Rahmanov dit :

    Je ne peut pas être d’accord avec votre point de vue par rapport le système de passeport intérieur. Vu le territoire Soviétique, qui composait plusieurs pays culturellement, politiquement divers. Certes le pouvoir a été contrôler de Moscou, mais les autres pays avait ses autorité aussi. Pour moi passeport soviétique c’était comme passeport européen dans notre jour.

  1. 25/01/2011

    […] This post was mentioned on Twitter by Pierre Mounier, Hypothèses billets. Hypothèses billets said: Qu’est ce qu’une ville fermée ? Première partie : recadrages théoriques http://bit.ly/gDIxbs […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *