Carnet de terrain : premiers pas dans une ancienne ville soviétique d’élite, Dubna.

Au centre ville, sur la rue Joliot-Curie. Une ancienne maison de chercheur.

En arrivant de Moscou par l’express qui relie directement la capitale à la Naukograd de Dubna, la première impression, qui s’avérera assez juste par la suite, est celle d’une petite ville bien tenue, juchée sur un coin de Volga, au milieu de la forêt. Après un premier arrêt dans la ville de Dmitrov (à environ 40 minutes au nord de Moscou), le train s’enfonce dans une épaisse forêt qui ne s’éclaircit qu’une fois franchie la rivière Dubna, qui sert de frontière naturelle à la ville. Dubna compte deux gares : la première en venant de Moscou, celle de Bolshaja Volga (Grande Volga), est moderne, et arbore avec fierté son statut de Naukograd à travers d’imposants écriteaux. Je ne m’arrête pas dans cette première gare. Historiquement, Bolshaja Volga se situe hors de la partie scientifique de Dubna. Avant la fondation de la ville, ce n’était qu’un lieu-dit juché à quelques centaines de mètres du barrage hydroélectrique d’Ivankovo construit sous Staline, et qui ferme le lac artificiel éponyme. La plupart des voyageurs descendent à la gare de Bolshaja Volga : ce quartier est en effet devenu le poumon économique de Dubna dès la fin des années 1980, et les façades modernes qui le composent font face à la Volga. Le train reprend sa route jusqu’à son terminus, la gare de Dubna, située à 2 kilomètres à l’est.

Les bâtiments modernes de Bolshaja Volga, sur le Perspective Bogolubov, percée à la fin des années 1980 afin de relier Bolshaja Volga à la ville scientifique.

Le paysage urbain change radicalement. Après avoir traversé un agréable mikrorajon pourvu d’un grand nombre de jeux pour enfants qui ajoutent une touche colorée sous ce soleil de printemps, le train pénètre dans Institutskaja Cast’ (le quartier de l’Institut). Il s’agit de la ville « historique », construite dès 1949 autour de l’accélérateur de particules qui accueille dès 1956 l’Institut Unifié de Recherches Nucléaires. Les bâtiments sont nettement moins hauts, composés de ces briques réfractaires qui caractérisent si bien l’architecture khrouchtchévienne. Moins colorés, ils n’en sont pas moins agréables à contempler lorsqu’ils s’élèvent au-dessus des bouleaux et des pins.

"Ville de sciences, de culture et de sport !"

Car la toute première impression que j’ai en descendant du train, c’est de ne pas être en ville. Je laisse passer devant moi les groupes de jeunes moscovites qui, une bière à la main, viennent passer ce week end long à la campagne. Après quelques minutes de marche vers mon hôtel, le caractère « bucolique » du paysage se confirme. Les bâtiments sont de deux types : il y a les éternels immeubles en brique (pas plus de 3 étages) et des maisons de deux étages maximum, dont l’architecture frappe celui qui a déjà été confronté à l’urbanisme soviétique. Les façades sont jaunes ou bleues, et rappellent dans les formes nos chalets alpins. Imaginez le tout reposant paisiblement sous une véritable forêt de bouleaux et de pins, le bas-côtés des rues composé de limon sablonneux mêlé d’aiguilles et de pommes de pins. Sous ce soleil, le paysage rappelle vaguement celui des Landes.

Dans le "centre"

Je suis également frappé par le peu de voitures. Bien sûr, Dubna ne compte que 60 000 habitants. Mais en comparaison d’une ville française de la même taille, la circulation y est tout à fait anecdotique. En revanche, la majorité des gens se déplacent à vélo, renforçant l’impression de pénétrer dans un agréable lieu de villégiature.

Très vite je comprends que la ville a été conçue, pensée comme une vitrine du socialisme « à visage humain ». Rappelons que cette ville lovée dans la forêt est construite autour d’un accélérateur à particules et d’un synchrotron (les précisions techniques sur l’utilité de ces installations suivront dans un prochain billet), et que l’endroit a été, il y a plus de vingt ans, peuplé uniquement de chercheurs, de techniciens et de personnes utiles à ces installations. Or, il faut savoir que ces installations avaient un rayonnement international. L’IURN est fondé en 1956 sur le modèle du CERN européen comme un organisme de coopération interétatique pour la recherche dans le nucléaire civil. L’IURN est ainsi l’équivalent du CERN pour le Pacte de Varsovie. Dès la fin des années 1950, ce sont des centaines de chercheurs, académiciens et professeurs venant de Corée du Nord, d’Allemagne de l’Est, de Hongrie … qui s’installent dans la ville. Dès lors nous comprenons l’intérêt que les urbanistes ont pu porter à l’établissement d’un cadre de vie agréable. Les élites étrangères qui venaient travailler ici devaient percevoir le grand frère soviétique de manière positive, et Dubna servait de cadre à l’illustration d’un socialisme triomphant, agréable et pacifique, faisant la part belle à l’amélioration de la condition humaine à travers la recherche scientifique dans un domaine aussi prestigieux que celui de l’atome.

La maison de la Culture

Car la ville de Dubna a très peu changé depuis 1991. Loin du « cœur économique » de Bolshaja Volga, le quartier de l’institut semble être resté en l’état. Les quelques magasins présents se sont installés dans les locaux des ces anciens universam qui fournissaient aux habitants profusion (dans l’échelle des valeurs soviétiques!) de produit de qualité. Très peu de publicités sont visibles, qui renforcent l’impression d’évoluer au milieu d’un « fossile urbain ». Aujourd’hui comme sur les photographies des années 1960, Dubna semble véritablement construite dans la forêt, comme si celle-ci n’avait pas disparu et que les bâtiments n’étaient que d’éphémères invités au milieu de l’immense forêt russe.

Désormais je comprends mieux les mots du vice-maire de Dubna, M. Dzjiuba, lorsqu’il écrivait en 2001 : «  Dubna, c’est une ville-île, presque entièrement entourée par les eaux (celles de la Volga, de la Dubna, de la Sestra et du Réservoir d’Ivankovo lui servent d’ailleurs de frontières) et par les forêts. La ville se caractérise par un agréable microclimat qui ne se fonde pas uniquement sur des paramètres naturels, mais également sociaux.[…] Il nous incombe de sauvegarder ce patrimoine ».

Dubna est ainsi un « territoire de puissance » assez étonnant. Au contraire d’autres lieux d’accomplissement du projet idéologique de l’URSS, la puissance a ici un visage agréable, loin des villes fermées de l’Oural ou de la Baltique. En fait, il semblerait que Dubna ait été, et soit encore l’antithèse d’une ville fermée. Avec sa population issue de tous les pays du pacte de Varsovie, ses magasins bien achalandés, ses rues et ses cours ombragées, Dubna a plutôt été la « vitrine » d’une puissance à taille humaine dont l’ultime finalité est le bien commun, la paix et le progrès scientifique. En gros, une illustration dans le territoires de ces « lendemains qui chantent », ou tout du moins de cette dialectique libératrice, de cet ordre matérialiste qui, par la connaissance, devait triompher du chaos d’une nature indomptée dont les démocraties bourgeoises ne seraient que l’expression politique. Car Dubna a aussi été un territoire de la Guerre Froide, ne l’oublions pas !

"Travail, Liberté, Egalité, Fraternité, Bonheur"



Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Marie dit :

    J’irai y faire un tour cet été avec l’école d’été des mathématiciens…
    Les maisons sont superbes, évidemment, ça rappelle un peu le village des écrivains à Peredelkino…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *